Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

MONSIEUR JACQUES EMERY Prêtre Sulpicien

Publié le par culture

IMG_3185-copie-1.JPG

IL Y A DEUX CENTS ANS, AUJOURD'HUI MÊME, Monsieur Jacques André EMERY rendait son âme à ce Dieu qu'il avait tant servi, à la tête de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice, en particulier durant les vraies heures les plus sombres de notre Histoire dont l'enseignement est si malmené depuis Jules Michelet.

Né le 26 août 1732 à Gex, près de Genève, au pied des monts du Jura, fils du lieutenent-général du bailliage de la ville, il fera ses études à Mâcon puis ensuite au séminaire Saint-Sulpice à Paris, exactement chez les Bernardins-établissement réservé aux candidats à la prêtrise sans ressources et sélectionnés- et bien vite il révèle ses qualités de coeur, habile à argumenter, clair dans ses exposés, estimé par ses condisciples, fidèle au règlement de la Maison, modeste et clairvoyant.

Ordonné prêtre en 1756, il intègre la Compagnie en 1758 et en sera élu Supérieur Général en septembre 1782, par le Chapître extraordinaire réuni au Séminaire d'Issy les Moulineaux. On peut lire dans La Revue du Souvenir Chouan de Brtetagne- juin 2010-:«d'une haute spiritualité, ce qui pour autant ne le laisse pas"planer", il arrive à temps» pour diriger le séminaire parisien devenu plus temporel que spirituel.

La Révolution arrive avec son cortège de lois et décrets visant principalement l'Eglise Catholique et l'obligation du serment civique. Comment un régime laïque, puisque devenu constitutionnel le régime monarchique n'a plus sa dimension religieuse, peut-il se permettre d'intervenir dans l'organisation d'une société spirituelle. Monsieur Emery, après mûres réflexions encouragera à prêter le serment car "il n'est pas de foi".

Emprisonné longuement à La Conciergerie puis ensuite au Plessis (la réserve à guillotine de Fouquier-Tinville) il échappera de peu au supplice, comme il avait échappé aux Massacres de Septembre. Fidèle à son sacerdoce il assurera le soutien spîrituel à ses co-emprisonnés, leur donnant même sa nourriture.IMG_3172_edited.JPG

La tourmente passée, il va oeuvrer au rapprochement entre ceux qui ont prêté le serment, divisés en plusieurs courants, ceux qui l'ont fait par conviction, ceux qui l'ont fait par intérêt, ceux qui l'ont fait pour assurer le salut des âmes. Puis il oeuvrera ensuite pour la réintégration de ceux qui se sont mariés, souvent pour échapper à un triste sort, encourageant à une ré intégration rapide et digne, ce qui sera souvent refusé par certains intrus ; cette situation n'était pas aussi simple que certains, bien au chaud, veulent la juger !

Monsieur Emery arrivera à panser les plaies ouvertes par la Révolution. Le Consul Bonaparte fera appel à lui pour la rédaction du Concordat et voudra le récompenser par l'évêché d'Arras. Le Consul nommera le flamboyant abbé Bernier (lequel abbé a eu un rôle équivoque dans l'arrestation de Charette) évêque d'Orléans en remerciement des services rendus par cet "ambitieux, complaisant à l'égard du pouvoir, sans scrupules, aux procédés personnels, mais aussi d'une intelligence, d'une souplesse, d'une ténacité merveilleuse qui se montrera dans les négociations avec Rome un grand serviteur de l'Eglise et de son pays".

IMG_3176.JPG

Dans un courrier à Portalis, Ministre des Cultes, Monsieur Emery exprimera son refus du siège épiscopal d'Arras. Il ne veut que s'occuper de son cher Grand Séminaire qui a toujours été l'objet de ses soins attentifs, même lorsque le Club révolutionnaire avait envahi sa Maison à Issy les Moulineaux. Auparavant il avait été emprisonné une vingtaine de jours par le sinistre Fouché qui le soupçonnait de conseiller le Légat du Pape, au détriment de Bonaparte.

On doit aussi à Monsieur Emery d'avoir remis le Cardinal Fesch, oncle de Bonaparte, sur le droit chemin du sacerdoce ; il sera le ferme soutien du Supérieur Général de Saint-Sulpice quand sera venue l'heure d'un retour à la discipline et aux activités spirituelles. Les biens écclésiastiques avaient été confisqués, y compris ceux de la Compagnie de Saint-Sulpice.

 

IMG_3188.JPG

Avec ses faibles moyens d'abord, puis avec les émoluments qu'il percevra lorsque l'Empereur l'apellera à siéger au Grand Conseil de l'Université qu'il a créé, il rachètera le Séminaire d'Issy, lui aussi volé, et le parc attenant de Lorette, lui aussi volé et morcelé.

Napoléon 1 le destituera de son poste de Supérieur Général de son "cher" Saint-Sulpice, pour avoir refusé de se désolidariser du pape Pie VII à loccasion de l'application d'aticles organiques, dont le fameux Catéchisme Impérial rédigé sous le contrôle de l'Empereur  et pour avoir condamné son divorce. Se souvient-on que parmi ses lubies, le nouvel Empereur avait envisagé de faire résider de façon définitive,  le Souverain Pontife à Paris où il aurait fait aménager l'archevêché, ramenant ainsi le Pape, par rapport à l'Empereur, aux doublures en violet des préfets de département comme l'écrit  l'excellent biographe de Monsieur Emery, le chanoine Leflon ?

Fatigué, malade ne se soignant pas, usé par ses dizaines d'années de très grande activité, célébrant avec peine sa dernière messe, il s'alite après Pâques et donnant sa bénédiction à ses séminaristes il leur dit:" je n'ai vécu que pour l'Eglise et pour le séminaire..". Le mardi 28 avril 1811, le cardinal Fesch accourt pour recueillir son dernier soupir, à 14 h 45, heure à laquelle est réalisée la rédaction de cet article.

Monsieur Emery avait quatre vints ans.

IMG_3190.JPG

Il repose dans le cimetière de Lorette, à Issy les Moulineaux, au milieu de ses chers sulpiciens, dans la discrétion qu'il a toujours voulue autour de sa personne et de ses actions.

L'Empereur voulait qu'il repose au Panthéon, ce que refusa, au nom de ses dernières volontés, le cardinal Fesch.

Humble toujours, il n'a jamais été proposé  à la cause des Saints, il ne fait pas partie des Docteurs de l'Eglise bien qu'il entre dans la définition :" Le titre de Docteur de l'Eglise est donné à des écrivains ecclésiastiques, remarquables par la pureté de l'orthodoxie et la qualité de la science théologique". 

  Clichés Souvenir Chouan de Bretagne

Partager cet article

Repost 0

Récréation avec ce film de Plouharnel

Publié le par culture

Journée du 2 avril à Plouharnel où, entre les batailles, les Blancs et les Bleus parlent, entre gens intelligents, tout est possible, et dans la bonne humeur.
-Merci aux excellents Fifres et Tambours d'Aunis et Saintonge, leur surprenante musique d'époque et le plaisir musical qu'ils ont apporté régulièrement, sans lassitude et avec talent,
-Merci à "Le Garde Chauvin" venu de Rochefort, sous les ordres de son commandant, en costume d'époque, dans l'ambiance et les motivations de l'époque et  avec conviction,
-Merci aux "Brigands du Bocage" dévoués à la cause des Chouans et Vendéens,
-Merci aux membres de Plouharnel et son Histoire et à  "son" Georges Cadoudal.
-Merci au cinéaste pour cet agréable film, sans prétention, mais si agréablement tourné que c'est un grand plaisir de le regarder sans lassitude, un bon rafraîchissement.

 

 

 
 

Partager cet article

Repost 0

SOUVENIR: SURFACE MENSONGERE CONTRE SURFACE HISTORIQUE

Publié le par culture

Le 19 novembre 2006, le Comité Célébration Charette organisant la Commémoration des Noyades de Nantes (qui entre le 16 novembre 1793 et avril 1794 avaient fait près de 10 000 victimes prêtres, religieux, religieuses, femmes, 300 enfants, anciens, artisans, agriculteurs, commerçants, Vendéens, Chouans pris à Savenay, opposants divers et variés) déposait une demande de pose de plaque à l'endroit du quai de la Fosse ou les malheureuses victimes furent embarquées sur les gabares ou sapines pour être noyées en Loire d'abord sur les ordres de Carrier puis de ses  successeurs, Bô et Bourbotte. Il est utile de rappeler que Carrier fut rappelé à la Convention à sa demande à propos de l'épisode des 132 bourgeois nantais (qui n'étaient plus que 90 à leur arrivée à Paris), qu'il fut nommé secrétaire de la Convention, ne fut inculpé que le 25 novembre 1794,  jugé par ses pairs qui l'avaient nommé,  condamné à mort par ces mêmes pairs et exécuté le 16 décembre 1794. Il ne s'était donc pas agi d'un rappel comminatoire pour ses crimes. Il ne fut pas non plus la victime d'un procès "expédié" comme il le fit si souvent à Nantes du temps de sa splendeur alcoolique et forcenée.
Dans un courrier au président du Comité Célébrations Charette, Jean-Marc Ayrault député maire de Nantes (propriémaire de Nantes ?) refusait cette pose de plaque alléguant qu'il existait déjà un rappel de cet épisode de l'histoire nantaise sur le porche de l'ancien entrepôt des Cafés

Entrepots-Plaque.JPG

    

 

Pour un épisode historique de la ville de Nantes, la surface de la plaque,  rappelant l'Histoire est inférieure au mètre carré.

 

 

 

 

 

Pourquoi cette commémoration, qui ne correspond à aucun anniversaire, demandait la journaliste de TV 7 Nantes ? "Parce que c'est la vraie réponse apportée aux allégations d'Octave Cestor, conseiller municipal de la ville de Nantes qui a déclaré dans la presse:

"Des fleurs vont être jetées dans la Loire (…)c’est un lieu symbolique d’où l’on débarquait les esclaves et ou certains étaient jetés par dessus bord. La Loire représente donc aussi un tombeau. Quand je la vois je me dis que les esprits de nos ancêtres sont là ".  Or il n'y a eu aucun  esclave noir noyé en Loire, ni même vivant en France, le Code Noir de Louis XIV précisant bien que tout esclave franchissant les frontières du Royaume de France était automatiquement affranchi. Octave Cestor est donc un menteur et un inculte. Le reportage fut non pas censuré mais simplement supprimé.

IMG_3263_edited.JPG

Et pourtant, Nantes, aux ordres de son Propriémaire Jean-MarcAyrault, construit un mémorial de l'esclavage. Pour un épisode  MENSONGER de 'Histoire de Nantes, la surface AU SOL DU MONUMENT, qui sera inauguré en septembre est de: 6.800 mètres carrés oui, six mille huit cents mètres carrés.

Il n'y a jamais eu un esclave en France, mais pour des raisons électoralistes on dépense 7 millions d'€uros pour un mémorial à l'abolition de l'esclavage, alors qu'il y a déja des dizaines de mètres carrés consacrés à cela au Château des Ducs de Bretagne, pour 1 mètre carré 60 consacré à la Révolution et à ses  crimes à Nantes. Nous reviendrons sur ce sujet dans une prochaine page du Blog. Si le maire de Nantes avait voulu montrer une quelconque compassion pour les victimes de l'esclavage, il aurait parrainé des monuments à Alger, sur les côtes d'Afrique, à Tombouctou, en Arabie, là où existaient des marchés de l'esclave à vendre, où venaient les acheteurs qui ne seraient pas venus s'il n'y avait eu de l'offre !!! Et le maire de Nantes oublie facilement que l'abolition de l'esclavage est venue de l'Europe et non de l'Afrique ni de l'Arabie et que si Charles X a envoyé ses troupes conquérir Alger en 1830, sous les ordres du comte de Bourmont, ancien chef Chouan, c'était pour faire cesser les rezzous sur les côtes de France où les barbaresques venaient à l'intérieur des terres enlever les habitants et surtout les habitantes !

DONC POUR EN REVENIR AU TITRE DE CETTE PAGE:

-SURFACE POUR UN SOUVENIR HISTORIQUE:    MOINS D'UN METRE CARRé.

-SURFACE POUR UN MENSONGE HISTORIQUE:  6.800 MèTRES CARRéS.

Bravo monsieur le maire de Nantes qui se moque de l'Histoire ou l'ignore. Pourtant il a été élevé en plein territoire soulevé, à Maulévrier, en école catholique ou ces "choses" étaient enseignées. Mais il est vrai qu'un mandat électoral vaut bien quelques vilénies

Cette page aurait aussi bien pu s'intituler: Jean-Marc Ayrault et ses conceptions de la Vérité Historique à travers ses visées électoralistes. Mais cela faisait trop long.

Ce qui est amusant est de l'entendre s'irriter que des interlocuteurs ministres l'ignorent ou ne répondent pas à ses questions tel qu'entendu une fois à la télévision. Aïe Aïe Aïe !

 

Partager cet article

Repost 0

VICTIMAE PASCHALI LAUDES

Publié le par culture

Louanges à la Victime Pascale.

Il faudra attendre l'application du Concordat en avril 1802 pour que les Chouans puissent enfin chanter, sans crainte, le Christ ressuscité. Et il en est encore pour nier l'aspect anti-catholique de la Révolution !

Si, en effet, les mêmes parlent de l'accalmie de la persécution sous le Directoire, c'est faire preuve d'une belle faculté d'oubli ; c'est oublier, parmi tant de victimes le Bienheureux Pierre-René Rogues arrêté le 24 décembre 1795 et guillotiné à Vannes le 3 mars 1796, canonisé le 10 mai 1934, jour où il est fêté.

Fêter le Christ ressuscité, c'est rendre évidente la coupure  entre le judaïsme et le Christianisme comme le dit le Grand Rabbin de France Gilles Berheim (successeur du Grand Rabbin Joseph Sitruk) au journal "Le Monde" le 26 juin 2008: "Dans le judaïsme, un libéral est quelqu'un qui suit moins qu'un juif orthodoxe les commandements juifs et ce n'est pas mon cas....Pour moi le dialogue Judéo-Chrétien est une discussion pied à pied sur la Résurrection, la Christologie. Mais le fait est que beaucoup de rabbins pensent encore que Jésus est un hérétique qui méritait la mort... Sur les trente trois premières années de Jésus, il n'y a rien d'irréparable entre Juifs et Chrétiens ; ce sont ses deux derniers jours et après qui nous éloignent pour toujours ! ". Photo-064.jpg

Nous n'aurons pas fini de voir de telles caricatures comme celle-ci parue dans Mariâne N° 36 du 23 février 2008. Cet article concernait un Bosniaque arrêté dans son pays avec plus de 6 G d'alcool dans le sang. Il aura fallu que le dessinateur frôle la méningite aigüe pour arriver à faire un amalgame blasphématoire avec Jésus-Christ lorqu'il institua l'Eucharistie !

 

 

Regardez bien la légende:"Buvez, ceci est mon sang" "Le record reste à Jésus, 12 G/litre". Photo 064-copie-1

Reconnaissons que le dessinateur prend des risques insensés; il risque de se retrouver avec un "curé" en soutane qui vienne se faire exploser devant sa porte !

Il n'aura pas à prendre de risques identiques avec les israëlites parcequ'ils n'ont pas de sacrements mais des rites, ni avec les musulmans qui n'ont pas non plus de sacrements et en plus ne boivent pas d'alcool.

On ne pourra donc pas tester le courage graphique du caricaturiste ! Dommage !

 

BELLE OCTAVE PASCALE A TOUS.

Partager cet article

Repost 0

IL Y A 1978 ANS.

Publié le par culture

Les Chouans se sont soulevés il y a plus de deux cents ans parceque les Révolutionnaires martyrisaient leurs prêtres, souillaient leurs chapelles et leurs églises, abattaient leurs calvaires dans les campagnes. Le droit de pratiquer leur religion leur était retiré, la liberté de faire des processions leur était ôtée, au nom des Droits de l'homme et du citoyen. Cela fait partie des Valeurs de la Révolution.

Au risque de leur vie, et de celle de leurs proches, beaucoup persistèrent et, que ce soit en Bretagne, en Vendée ou dans les Cévennes s'obstinèrent à honorer leur Dieu par les célébrations de la Semaine Sainte, surtout celle du Chemin de Croix du Vendredi Saint.

Hier était la 1978 ème commémoration de la mort de Jésus Christ.

Alors que nous avons encore le droit de nous réunir, dans notre monde occidentale, dans nos églises, ce qui n'est pas autorisé dans beaucoup de pays musulmans ou entraîne des risques dans certains endroits du Sud-Est de la France, bien peu de monde se déplace pour cette émouvante et simple cérémonie d'hommage au Fils de Dieu, dont l'Histoire avait été annoncée par les Prophètes.

bdbf029558

Alors il n'est pas étonnant qu'en réponse on outrage l'image du Crucifié par ce genre de photo d'un crucifix dans un bocal d'urine ou qu'on l'outrage dans la presse en le qualifiant, selon les propos du chanteur Elton John, d'homosexuel sado-maso.

Pas sûr que cela se serait produit pour d'autres religions.

 

Et puis, il y a eu aussi la belle réaction de Monseigneur Jean-Michel Di Falco sur ce qui a été présenté comme un oubli des fêtes chrétiennes dans l'agenda offert par le Conseil européen aux élèves des Lycées et Collèges. Oui une belle réaction. 

  

 

 

 

BONNES ET SAINTES FÊTES DE PÂQUES A TOUS

Partager cet article

Repost 0

DE L'EGALITé DES RELIGIONS !!!!

Publié le par culture

Jesus-Christ-Blaspheme.jpg

 

 

   LIBERTE DE LA PRESSE:  HUMOUR

                                                   AUTORISE

                                                   AUTHORIZED

                                                    ZUGELASSEN

 

 

 

 

 

 Enfants-pendus.gif

    ART CONTEMPORAIN : PENSEE MODERNE

 Maurizio Cattelan (mannequin d'enfants pendus à une branche) indécence et sadisme, au nom de l'art:

                                                        AUTORISE

                                                        AUTHORIZED

                                                         ZUGELASSEN

 

Piss-Christ.jpg

ART CON TEMPORAIN:    ANTI OBSCURANTISME

 EXPRESSION LIBRE DE TOUTE ATTAQUE RELIGIEUSE  (CONTRAIREMENT A CE QUE PENSENT LES OBSCURANTISTES CATHOLIQUES MANIPULANT LES NOMBREUX CATHOLIQUES NON PRATIQUANTS)

 

                                                  AUTORISE ET SUBVENTIONNE

                                                  AUTHORIZED

                                                   ZUGELASSEN

                    

 

 

caricaturedemahomet_163.jpeg

 LIBERTE DE LA PRESSE:    INTERDIT

                                                   NO

                                                   VERBOTEN

 

 ATTEINTE A LA LIBERTE DE CROYANCE :

 

                            INTERDIT ET DANGEREUX


 

 

CoranCoran                        TorahScroll  ThorahBOUDDHA                     Bouddah      

 dans un bocal d'urine:  IMPENSABLE

                                         FORMELLEMENT INTERDIT

                                         NO AUTHORIZED

                                         VERBOTEN 

 Georges Cadoudal, Au Secours !!!!!!!

Partager cet article

Repost 0

UNE EXPOSITION BLASPHEMATOIRE MAIS courageuse !

Publié le par culture

Les Chouans se sont soulevés il y a plus de deux cents ans parceque les Révolutionnaires martyrisaient leurs prêtres, souillaient leurs chapelles et leurs églises, abattaient leurs calvaires dans les campagnes.

Des prostituées furent issées sur les autels ou on les sacra "Déesse Raison". Certains les souillèrent par leurs ébats.

A Nîmes des protestants déféquèrent et urinèrent sur les autels, comme Pierre Causse l'a rapporté dans son ouvrage "Languedociens oubliés".

Aujourd'hui, au nom de la liberté d'expression, la République laisse ouverte une exposition-blasphème à Avignon présentant le summum de l'art: une photo du Crucifié dans un bocal d'urine.

Les Lois de séparation de l'Eglise et de l'Etat, voulues par le même Etat laïc, le font gardien du respect de la laïcité et de la religion, donc du respect envers ses fidèles au nom de la déclaration des Droits de l'homme et du citoyen.

Sans nul doute, nous agirons de même lorsque le même "artiste" montrera le Coran ou les rouleaux de la Torah, ou une statue de Bouddah dans le même liquide, puisque, pour lui, ce sera aussi de l'art.

Si !

 

Nous attendons simplement que le dit"artiste" et les mêmes autorités concernées montrent là leur vrai courage. Chiche !

 

Mais il y a fort à penser que ce courage montrera ses limites,  tel que démontré par "l'artiste" Patrick Sébastien dans sa réponse à Jean Diwo alors Directeur de Télé 7 Jours, qui lui demandait, il y a une trentaine d'année, pourquoi il s'en prenait si souvent au Pape, au clergé et aux catholiques :

"Avec eux au moins, je ne risque pas de me retrouver avec une bombe sur mon palier".

C'est cela le vrai courage d'un artiste !!!!!!

 

 

http://www.itele.fr/video/avignon-une-oeuvre-qui-fait-scandale

 

Partager cet article

Repost 0

PIERRE CAUSSE, REQUIESCAS IN PACE

Publié le par culture

100_4197.JPGNotre ami Pierre Causse nous a quitté le mercredi 31 mars.

Ses obsèques ont été célébrées, en son église paroissiale de Carnas dans le Gard, mardi 5 avril où une très grande foule était venue rendre hommage à cet homme rare..

Le président du SCB, accompagné de Julie, la mascotte de l'Association, portait le drapeau pour le trajet de la maison à l'église, puis de l'église au cimetière.

Lors de notre dernière communication téléphonique, peu de jours avant sa mort, Pierre m'avait dit, et cela donne une idée de l'homme qu'il était:"Que je parte maintenant ou dans six mois, vous aurez la même peine. Alors il vaut mieux que je parte maintenant plutôt que dans six mois car ainsi je causerai moins de tracas à Renée (sa femme)".

Toute la générosité de l'homme est dans ce propos. D'une vivacité d'esprit qui aurait pu rendre jalouses des personnes de quarante ans plus jeunes, il fallait voir son oeil pétiller lors de discussions élevées de théologie, d'Histoire se terminant parfois par une fable de La Fontaine, parfois, s'il y avait des enfants sur la véritable histoire de Ravaillac assassinant Henri IV pour un simple ras le bol de la poule au pot. Le tout avec un accent povençal irrésistible.

Dans la lettre du Souvenir Catholique en Languedoc il rédigeait des éditoriaux que je retranscris: «oui la persévérance porte toujours ses fruits, et c'est au fruit qu'on juge l'arbre. La mémoire que nous défendons, les valeurs chrétiennes que nous rappelons sans cesse, indispensables soutiens de la civilisation à laquelle nous croyons, sont inséparables de notre action, de celle que nous voulons léguer à nos enfants. L'image désastreuse que nous donne le Monde, ce Monde prétentieux qui ignore Dieu, plus païen que les vieux peuples polythéistes, qui idolâtre sa propre personne à travers le matérialisme, qui s'autoproclame maître de l'univers, nous confirme dans notre détermination. Cette civilisation n'engendre que guerres, génocides, terrorismes, famines, épidémies, misère croissante. Au lieu d'être partagé, le progrès est confisqué. Il nous appartient de maintenir la flamme que nous avons reçue, nous et bien d'autres, heureusement. Vous êtes de plus en plus nombreux à soutenir et encourager notre action, de notre région et de provinces lointaines, comme nous encourageons d'autres aux associations à vocations voisines. Nous ne sommes pas isolés. Que cette chaîne témoigne de notre solidarité, par des échanges d'informations, de bulletin, de conférences, de participations. Évitons les querelles de sensibilité. Notre cause et dépasse toutes.» (Bulletin N°13 avril 2005)

Et puis en décembre 2009 cet éditorial :

« En ces temps où le pouvoir en place se demande ce qu'est l'identité française, je crois bon d'affirmer que je suis français que je sais pourquoi. Mais tout d'abord je tiens à préciser que mon pays, c'est la France et non la République Française.
La république n'est pas un pays, c'est un type de gouvernement, et pas spécifiquement français. Ce n'est pas, non plus un territoire limité par des frontières. On n'a jamais dit que la monarchie était un pays ; c'est aussi un régime ; on le dit ancien, et il faudrait l'opposer à nouveau. Le ridicule ne tue pas mais je refuse d'y participer. La République Française n'est pas un pays, une nation, elle n'a donc pas d'identité. C'est seulement une constitution imposée au pays.
Je tiens donc essentiellement à ce que mon pays soit la France.
La France s'est constituée depuis Clovis, autour d'une monarchie qui a su agglomérer des provinces, une langue, une pensée commune née des monastères et des universités, qui ont construit la civilisation chrétienne, dite occidentale, formant un peuple solidaire. Au demeurant, on dit : l'Espagne, la Belgique, la Suède, et non la monarchie espagnole etc.…
La France a donc eu un régime monarchiste pendant 1300 ans sans interruption, et elle subit un régime alterné de républiques à constitutions variables et adaptées, avec empires et monarchies soumises, depuis seulement 200 ans. C'est sans doute parce que nous vivons dans l'éphémère que l'on ne parle que de durable. Je me sens donc encore héritier d'un patrimoine dont la réalité est d'ancien régime,
et porteur d'une déception contemporaine, que j'espère momentanée».Photo-057.jpg

Nous aurons l'occasion de revenir sur les écrits de notre ami, et sur ses pensées élevées dont la communication au soir du 1 juillet 2010 lui avait valu un bel aéropage, même si la traite des vaches avait été ratée par certains.

Pierre avait écrit il y a une dizaine d'année un ouvrage, petit par la taille mais grand par son contenu, sur la Révolution dans le Languedoc: Languedociens oubliés. Cet ouvrage devrait être présent dans toute bonne bibliothèque. Il y racontait les affres de la Terreur semée par les Bleus, renforcée par la rancoeur protestante.

A Dieu, Pierre !!!!

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

PLOUHARNEL J+5

Publié le par culture

IMG_3369.JPG

 

 

 

Samedi 2 avril, le groupe musical de grande qualité, Fifres et Tambours d'Aunis et Saintonge, ouvre la journée d'animation au bois du Bégo en Plouharnel, devant le Musée de la Chouannerie et des Guerres de l'Ouest, installé dans un ancien blockaus qui servit d'infirmerie durant la Seconde Guerre Mondiale.

La batterie de Plouharnel comptait 3 canons de fort calibre et ne servit pas à grand chose, à part détruire le clocher de l'église de Nostang, tuer sept civils lors d'un tir sur la gare de Vannes et six civils lors d'un tir sur Languidic. Elle cessa son activité lors de la reddition de la Poche de Lorient.

Revenons à cette journée qui se déroula sous un ciel aux allures mitigées.

Sur le mât central, derrrière les musiciens, on peut remarquer le drapeau du Souvenir Chouan de Bretagne, en berne par hommage à Pierre Causse, adhérent de notre Association et Président du Souvenir Catholique en Languedoc, décédé le mercredi 31 mars. Nous rendrons un nouvel hommage à cet homme rare.

La fréquentation n'a pas été exceptionnelle, malgré une campagne Presse du Télégramme et de Ouest-France, dont nous remercions et félicitons les correspondantes locales qui ont superbement communiqué, malgré deux passages sur Radio France Bleue Armorique avec la complicité de Ronan, et un passage sur Radio Sainte Anne avec la complicité de Simon. La prochaine fois, il sera bon de faire larguer des tracts par les mouettes et  autres goélands.

Les huit musiciens de l'Association Fifres et Tambours d'Aunis et Saintonge, venus de Saintes et La Rochelle ont créé, avec un parfait professionnalisme, l'ambiance musicale indispensable aux diverses saynètes dans lesquelles s'opposaient les Bleus du "Garde Chauvin"  et les Blancs des "Brigands du Bocage" et de "Plouharnel et son Histoire" menés par un sosie de Georges Cadoudal.

Les "Brigands du Bocage" nous avaient mijoté d'excellentes mogettes de Vendée qui accompagnaient des grillades de cochon (c'est encore autorisé) le tout arrosé d'un gouleyant rosé de Vendée dont le producteur brigandin mérite d'être connu. Auparavant avait été servie une remarquable Trouspinette concoctée par La Chouette. Jusqu'au soir se déroulèrent des épisodes guerriers accompagnés de fifres et tambours mais aussi de décharges de fusil d'époque assez tonitruantes.

Les Bleus jouèrent leur rôle "comme en vrai" et les Chouans, comme dans l'Histoire, succombèrent avec panache.La journée se termina par la photo de famille des belligérants restants.

Photo-045.jpg

Dimanche 2 avril, la journée commença par la messe en liturgie grégorienne à l'abbaye Sainte Anne de Kergonan. Après l'apéritif, commencèrent les conférences, pendant le repas pour gagner du temps par égard pour ceux qui avaient 4 à 5 heures de route ; le Président du SCB présenta des causes peu connues parmi celles qui entraînèrent la chute de la Monarchie et le soutien apporté par l'Angleterre de William Pitt le jeune. Puis notre historien Reynald Secher prit la parole pour une longue conférence sur le Génocide et le Mémoricide.

Merci à ceux qui ont participé à ces animations et qui n'ont pas lésiné sur leur temps et leurs efforts. Remerciements à "Les Brigands du Bocage", "Fifres et Tambours d'Aunis et Saintonge", "Le Garde Chauvin", "Plouharnel et son Histoire". Merci également à la Direc trice de l'Office de Tourisme de Plouharnel, la sympathique Madeleine Juberay, au Maire-Conseiller Général de Plouharnel Gérard Pierre et à  son adjoint Jean-Pierre Morane.

Essai à transformer.

IMG_3371.JPG

Partager cet article

Repost 0

TRISTESSE................

Publié le par culture

Pierre-Causse-conferencierM.P.LANCELOT.jpg

LE DRAPEAU DE NOTRE ASSOCIATION SERA EN BERNE CE  WEEK END AU BéGO.

NOUS NE VERRONS PLUS EN CE BAS MONDE NOTRE AMI

PIERRE CAUSSE.

 

Il est retourné vers notre Dieu en qui il avait mis toute son espérance.

D'un dévouement sans relâche pour soutenir le souvenir de ceux qui étaient tombés pour Dieu et le Roi, il n'hésitait pas à faire des kilomètres pour aller "fouiller" dans les Archives ou pour manifester son soutien. Il est venu souvent nous voir depuis son Languedoc natal, il était avec nous le 1 juillet 2010 pour cette fabuleuse journée au Bégo, en Plouharnel, et le lendemain à la coordination des Chouanneries à Domfront dans l'Orne où il passionna l'auditoire par ses récits sur les soulèvements dans le Midi.

Pierre présidait aux destinées de l'Association Père Yves-Marie Salem-Carrière / Souvenir Catholique en Languedoc depuis plus de 10 ans, lui donnant une grande partie de son temps et de son énergie et il commençait à voir les fruits de son dévouement à la cause de ceux qui sont tombés, sur ces terres du Languedoc où le fanatisme protestant fit autant de mal que le fanatisme de  la Révolution.

Pierre était aussi un homme d'une culture rare, parlant aussi bien de "son ami" Saint Louis, que de l'épopée napoléonienne (qu'il n'aimait guère) de la Seconde Guerre mondiale et de la Libération, "troussant" un compliment à sa femme en alexandrin (12 pieds), et pouvant raconter dans la foulée aux enfants l'histoire des 3 tortues et de la feuille de laitue, ou l'épopée de la poule au pot d'Henri IV, pour revenir à un éblouissant exposé sur la monarchie en expliquant que le premier arrivé à Reims aura gagné.

Il va manquer aux siens, évidemment, mais à beaucoup d'autres et ce n'est pas une formule banale.

Nous lui demandons de veiller sur nous et sur notre pauvre pays.

Nous lui rendrons un bel hommage dans La Revue de Juillet.

Kénavo, Adichat, Pierre

Partager cet article

Repost 0