Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

JOURNEE DU MEMORICIDE

Publié le par culture

DIMANCHE 30 SEPTEMBRE sera le jour du Mémoricide.

Pourquoi ce jour ? : Parcequ'il est au plus près du jour de la promulgation de la  loi génocidaire , le 1 octobre 1793. C'est une sorte de 11 novembre des Révoltés contre la révolution. Et le dimanche est le jour où il est facile de se réunir pour une commémoration.

Enfin....logiquement car le dimanche est le jour préféré pour que la famille se réunisse. Mais on peut aussi venir commémorer en famille.

Cette année, il y a, en dernière minute, une modification: la Messe sera célébrée à 17 H et non à 11 H.

11 H sera le moment d'accueil par Reynald Secher, dans la chapelle Saint Pierre ès-liens, suivi de la conférence de Pierre Gréau. Le déjeuner sera servi à la dîmerie. L'après-midi se déroulera à la chapelle Saint Pierre ès-liens, animations et danses par les Brigands du Bocage soutenues et favorisées par Le Vezou, entrecoupant les deux conférences:

-Les vitraux et leur récit de la guerre de Vendée par François de La Harie.

-" Comment en est-on arrivé là ? "  par Noël Stassinet.

derniere-couverture-Reynald.JPG

Partager cet article

Repost 0

1792-2012 toujours les mêmes sornettes...

Publié le par culture

Il n'était pas question de garder, intimement, la réaction d'un lecteur à un article concernant Marie-Antoinette ; il est soumis à votre réflexion:

Mon sentiment balance entre la tristesse et la moquerie, lorsque je constate qu'après 220 ans, la République nourrit toujours en son sein de pauvres hères nostalgiques de leur servitude passée. Continuez de pleurer sur vos maitres déchus, cela vous consolera de votre ressentiment d'impuissants.
Au hommes libres de choisir s'il doivent en rire ou en pleurer...

http://tieche.net/

Allez sur ce lien et vous serez édifiés sur le niveau intellectuel de  certains sots qui se pensent investis d'un pouvoir de juger de ce qui est "bonne pensitude et mauvaise pensitude".

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Dans la lignée des statuts (Histoire et culture) du Souvenir Chouan de Bretagne rappelons deux faits importants pour l'Histoire de la France et le devenir d'un très grande partie de sa population:

-20 septembre 1792, à la fin de la dernière réunion de l'Assemblée Législative, avant qu'elle ne cède la place à la Convention, Collot d'Herbois, ancien acteur sans envergure, prend la parole: "Avant de nous séparer, votons l'abolition de la Royauté". A l'unanimité, les 321 députés votent tous ce texte. Ce qui fera dire aux Tièches que ce fut une décision démocratique.

Un seul bémol: cette décision fut votée par une assemblée non représentative ; en effet les 321 députés ne représentaient que 49% de l'Assemblée.

51 % des députés étaient absents.

DEMOCRATIQUEMENT L'ABOLITION DE LA ROYAUTE, D'UN SYSTEME POLITIQUE QUI AVAIT DIRIGE LA FRANCE PENDANT MILLE DEUX CENTS ANS,  ETAIT DECIDEE ET VOTEE PAR UNE MINORITE NON REPRESENTATIVE D'AUTANT MOINS  REPRESENTATIVE QU'ELLE N'AVAIT ETE ELUE QUE PAR MOINS DU QUART DE LA POLPULATION.

Le 21 septembre, la Convention décidait que ce jour était le premier jour de l'An I de la République, Une, Indivisible et Invincible.

Nous avons là le texte d'une déclaration et non d'une proclamation !!!!

 

 

Partager cet article

Repost 0

LES MENSONGES CELA SUFFIT ! C'EST LE 30 SEPTEMBRE, A LA CHAPELLE BASSE MER (44)

Publié le par culture

Mémoricide 2Les Membres du Souvenir Chouan de Bretagne ayant reçu La Lettre de septembre, il est bon de communiquer l'information sur la deuxième journée du Mémoricide organisée à La Chapelle Basse-Mer, en la chapelle Saint-Pierre-ès-Liens, aux Internautes lecteurs de ce Blog.

En 2011, à l'initiative de Reynald Secher Historien des Guerres de l'Ouest, un temps officiel de réflexion et d'information sur un des plus graves dénis de l'Histoire de France a été créé.

Ce déni de l'Histoire de France c'est le Mémoricide qui met sous une chape de plomb toute l'Histoire du formidable soulèvement, dans 60 départements sur 83, des Révoltés au nom de leur libertés, y compris la liberté religieuse. Le scandale de l'enseignement officiel de l'histoire, c'est le tue-mémoire de cette période de 1791 à 1799 ou des milliers de personnes, d'origine ordinaire, populaire, se levèrent pour leur dignité. Dignité confisquée par les relais officiels de l'Enseignement qui préfèrent parler de la Saint Bartélémy, qui fut un épisode essentiellement politique (sous apparence religieuse). Celui de la contre-révolution le fut au nom de la persécution religieuse (présentée comme politique par les tenants de l'Enseignement Laïque, gratuit et obligatoire).

Faut-il rappeler, ce sont les textes, que les premières mesures furent dirigées contre l'Eglise ?

DIMANCHE 30 SEPTEMBRE, PLUTÔT QU'EN RECRIMINANT EN DES CERCLES RESTREINTS, VENEZ NOMBREUX EXPRIMER PAR VOTRE PRESENCE VOTRE "CELA SUFFIT" DE L'ENSEIGNEMENT PARTIAL. CELA SUFFIT DES MENSONGES. CELA SUFFIT DE LA MANIPULATION !!!

Le programme figure sur l'affiche ci-dessus: 11 H Messe selon la forme extraordinaire du Rit romain (messe dans les bois à l'époque), 12 h 30 (12 H 45) apéritif et déjeuner à la Dîmerie, 14 H 30 conférences à la chapelle Saint-Pierre-ès-Liens. Librairie, dédicaces et verre de l'amitié en suivant.

Contact:02 97 47 80 39


Partager cet article

Repost 0

LE "CASSE" DU SIECLE. LUNDI 17 SEPTEMBRE 1792

Publié le par culture

20120901P9010093P9010093.jpgCe magnifique bâtiment de la place de la Concorde a été construit de 1757 à 1774 à l'usage de Garde-Meubles.

L'Hôtel de Coislin, car  tel est son nom, verra, en 1778, la signature par le Roi Louis XVI, du Traité d'Amitié avec les treize états indépendants d'Amérique.

Ainsi Louis XVI reconnaît l'indépendance de ces états, libérés du joug de l'Angleterre, les premiers Etats Unis d'Amérique.

(Caroline du Nord, Caroline du Sud, Connecticut, Delaware, Géorgie, Maryland,  Massachusetts, New Hampshire, New Jersey, New York, Pennsylvanie, Rhode Island et Virginie).

Louis XVI ne peut pas présager que ce soutien aux Insurgents va lui coûter son trône et sa vie. Rappelons, en effet, que ce soutien généreux vit les déboires économiques du Royaume, causes de la Convocation des Etats Généraux en 1789.

Lorsque la Cour due, sous la pression de la populace, quitter Versailles et s'installer aux Tuileries le 5 octobre 1789, l'Hôtel de Coislin, Garde-Meubles (trésor royal, meubles, tapisseries et autres objets de grand prestige)  reçut, dans une partie de ce bâtiment,  l'Etat-major de la Marine Royale. Depuis, date son nom d'Hôtel de la Marine.

20120917P9170006P9170006.jpg

Le salon diplomatique abritait douze armoires de fer dans lesquelles étaient déposés les Bijoux de la Couronne (près de dix mille diamants et autres pierres précieuses etc...).

Dans la nuit du 16 au  17 septembre 1792 une patrouille de police découvrit une bande de malandrins avec quelques bijoux, les moins réputés, dans leurs poches et, d'après un témoignage, en grand état d'ébriété. Leur chef était un nommé Paul Miette, joailler de son état.

D'après leurs aveux, le vol se serait déroulé par étapes, du 11 au 17 septembre ; ce qui semble bien long pour des vols commis dans un bâtiment à la surveillance soi-disant renforcée, surtout après le "sac" des Tuileries qui suivit le 10 août !

 Les pièces de plus grandes valeurs disparurent à jamais (comme l'épée du sacre de Louis XVI).

Danton, ministre de la Guerre, serait très impliqué dans ce vol. Quelle est la part de la Commune Insurrectionnelle dans ce hold-up ? Quelle influence ce forfait aurait-il eu sur la "victoire" de Valmy", le vaincu, Duc de Brunswick, étant grand amateur de pierres précieuses ?

Cet épisode de la Révolution sera évoqué plus largement dans La Revue de décembre du Souvenir Chouan de Bretagne, sans aucun doute sous la signature d'Olivier Blanc.

Sur les dix-sept malandrins jugés, cinq seront guillotinés.


 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

SAUSSINES (Hérault) SAMEDI 22 SEPTEMBRE 2012

Publié le par culture

Photos association 2011 002Samedi 22 septembre, comme chaque année, le Souvenir Catholique en Languedoc - Association Père Salem Carrière- (du nom de son fondateur Père de l'abbaye de Primecombe) organisera sa réunion sur le site du monument érigé, il y a une trentaine d'années, dans les bois de Saussines, à quelques kilomètres de Sommières et de Nîmes.

Maintes fois vandalisé ce monument, rappelant la mémoire des milliers de catholiques victimes de la Révolution, est le lieu des retrouvailles annuelles des Membres de l'Association.

Comme chaque année, la journée s'ouvrira par la messe traditionnelle à 11 H, l'accueil étant assuré sur ce site en pleine forêt dès 10 H.

SAUSSINES-IV.JPGPar cette Association créée, en 1970, le Père Yves-Marie Salem Carrière de vieille famille de Sommières (il sera quelques années aumônier militaire de l'Armée de l'Air) tenait à rappeler la persécution contre les catholiques qui commença dès septembre 1790, dès les premières lois contre le clergé. Dans cette région où les relations sont toujours "sensibles" entre protestants et catholiques, les premières lois révolutionnaires anti-cléricales furent "pain béni" (si l'on peut utiliser ce terme en ce cas !)pour les descendants des huguenots.

L'emblème de l'Association affiche son idéal.

Pierre Causse (†) releva cette Association avec sa fougue, ses immenses connaissances et ses convictions inébranlables. Après le décès de Pierre, notre ami et adhérent du SCB, Jacques Plane, a été élu pour assurer la pérénnité de cette belle Association qui a une grande tâche pour révéler l'Histoire de cette partie du Languedoc.

Après la messe, après les nourritures sprituelles sonnera l'heure des substantifiques nourritures. Puis l'après-midi se déroulera entre amis en écoutant, en particulier, une conférence sur les comportements de la population nîmoise sous la Révolution.

Une belle journée en perspective pour la modique somme de 20 €.

Pour la onzième fois en douze ans, le Souvenir Chouan de Bretagne sera présent auprès de ses amis du Sud afin qu'ils sachent qu'ils ne sont pas seuls dans ce combat pour la mémoire.

Partager cet article

Repost 0

SAMEDI 15 SEPTEMBRE, UN RENEGAT ROYAL...

Publié le par culture

Louis_Philippe_Joseph_d-Orleans.jpgIl y a 220 ans. De naissance royale, Louis Philippe Joseph, Duc d'Orléans a comploté des années durant contre son propre cousin, le Roi Louis XVI. Il a participé sinon ordonné le blocage des grains dans ses entrepôts, participant à la raréfaction du pain pour la ville de Paris afin que le peuple se soulève contre l'autorité royale de son propre cousin.

Il a une grande part de l'émission, depuis son Palais Royal des libelles orduriers et divers pamphlets contre le Roi et en particulier contre Marie-Antoinette. C'est de lui que vient l'appellation "l'Autri-chienne". Il est à l'origine, pour une bonne part, des textes de rédaction des Cahiers de Doléance et des soi-disant plaintes du peuple, lui qui est à la tête d'une fortune immense.

Son Palais Royal, dans la cour duquel un ministre farfelu a fait ériger les colonnes maçonniques de Buren, dans le propre domaine du Grand Maître de l'époque, est un repaire de complots et de destructions de l'antique ordre royal. Louis Philippe Joseph aurait bien aimé renversé son cousin afin d'être roi à sa place. C'est son fils qui le sera, 38 ans plus tard.

En ce samedi 15 septembre 1792, ce sot ambitieux se contente de se renier et de renier sa descendance: "A la demande de Louis Philippe Joseph d'Orléans, la Commune Insurrectionnelle de Paris arrête que ce dernier et sa postérité porteront désormais le nom de famille Egalité".

Moins d'un an après avoir voté pour la mort de son cousin, il sera égalisé.

Mais nous y reviendrons.

Partager cet article

Repost 0

MENSONGE ET RESTAURATEUR HEUREUX...

Publié le par culture

Ponts de Cé (8)Le 26 juillet 2011, ce Blog publiait un article sur le monument érigé à Mûrs-Erigné, près des Pont de Cé dans la circonscription d'Angers, à la gloire d'un somptueux mensonge, dans la lignée de Bara ou du vaisseau "Le Vengeur" et autres difficiles à tous répertorier car tellement nombreux !!!

En résumé, ce jour là un bataillon de Bleus se serait précipité dans la Loire pour échapper aux armées vendéennes ; aller lire l'article sera la meilleur façon de s'informer: SUITE DE NOTRE SERIE "LES MENSONGES" : MÛRS ERIGNE.

Un réaction, tardive certes, vient d'arriver et après avoir tergiversé la décision a été prise de vous la faire partager afin que vous sachiez que dans leurs rêves les plus fous, même devant leur piano de cuisine, certains rêvent encore de guillotine. Citation:

Les royalistes tous des menteurs,toujours plus fort que les autres.vive la guillotine,et laissez la roche de murs en paix,un defenseur de l'histoire.

Pour justifier le titre de cet article, je vous livre aussi le lien du rédacteur-guillotineur.

http://www.lantrevue.fr

Comme l'écrivait un ami, chiche que nous organisions notre déjeuner du 14 juillet 2013 chez ce zélateur révolutionnaire des raccourcis pour le bonheur ?

Un dernier détail, enfin, ce Blog n'est pas royaliste, non que cela serait une tare mais simplement que la politique ne fait pas partie des statuts du Souvenir Chouan de Bretagne. Il y a des sites qui font cela très bien. Nous cantonner à l'Histoire est largement suffisant vu l'ampleur de la tâche!!




Partager cet article

Repost 0

L'Ombre d'un Doute, donnez votre avis sur ce Blog.

Publié le par culture

Marie Antoinette at the Temple Tower-copie-1 L'ombre d'un Doute

Tard hier au soir l'émission de Franck Ferrand était consacrée à Marie-Antoinette Reine de France.

Les documents présentés sont de qualité. Les commentaires ou présentation, sauf celui de l'archiviste de l'Ordre des Avocats, sont assez mitigés, sont toujours imprègnés de 150 ans d'éducation mensongère. Comme s'il régnait une crainte de ne pas être "historiquement correct".

Peut-on reprocher à la Reine de France d'avoir voulu sauver le système politique qu'elle représentait à part égale avec son mari ? D'avoir cherché à agir pour sauver le royaume ?

A-t-on reproché à ceux qui ont gouverné la France d'avoir déserté ou quitté momentanément le territoire dans le but de le sauver ?

Faut-il rappeler, et il n'est pas obligatoire d'être royaliste pour cela, que la fondation de la République s'est faite dans le mensonge, dans le vol, par le meurtre et que son baptême s'est fait dans des hectolitres de sang ?

Ecoutez bien les textes, ne vous laissez pas absorber par les images et vous ressentirez combien sont ambigüs certains mots, certaines phrases, certaines façons d'évoquer.

On ne peut qu'évoquer que le mot d'assassinat pour Marie-Antoinette, car c'est bien d'un assassinat dont il s'agit : le verdict était posé avant cette parodie de jugement. Rien qu'avant de se poser la question si la Reine est coupable il faudrait commencer par disqualifier le tribunal du couple Hermann/Fouquier-Tinville et casser le jugement pour vices de procédure. On ne trouve, dans l'Histoire, une telle similitude de vices de procédure que dans le procès de Marie Stuart.

Il n'y a pas l'Ombre d'un doute par contre qu'elle a été confrontée à un tribunal à charge pour lequel le mot "Justice" était sans signification.


Partager cet article

Repost 0

MARIE-ANTOINETTE, C'EST CE SOIR, SUR FRANCE 3

Publié le par culture

Marie Antoinette at the Temple Tower-copie-1Ce soir, sur France 3, l'émission de Franck Ferrand:
est consacrée à la malheureuse Reine de France, qui après une parodie de procès, dans lequel aucune vilénie ne lui fut épargnée, fut condamnée à mort et assassinée place de la révolution à Paris le 16 octobre 1793. Le terme "assassinée" a été officiellement prononcé par Dominique de Villepin en  mars 2008.
Après la superbe exposition qui lui fut consacrée par  la Réunion des Musées Nationaux au Grand Palais sous la direction de Xavier Salmon directeur scientifique - voir le compte-rendu dans La Revue numéro 27 du Souvenir Chouan de Bretagne de décembre 2008  (70 pages couleurs 15€) - serait-ce les premiers pas d'une éventuelle et bien tardive réhabilitation ?
L'heure aussi est tardive - 23 H 10- certes, mais la Reine qui a eu des nuits agitées de cauchemars pendant des mois, ne mérite-t-elle pas un coucher qui peut paraître à certains un peu tardif ? Sinon revenez sur votre Blog demain et le lien vous permettra de voir ce film de 52 minutes en différé. 
Après une panne de ce télégraphe de Chappe et le changement du manipulateur des signaux émis, les émissions en direction de ceux qui veulent les capter reprennent et vont revenir sur quelques journées passées et pourtant décisives de ce mois de septembre 1792. D'autre part, vous allez recevoir bientôt La Lettre de septembre.
Chouanmicalement.

Partager cet article

Repost 0

LUNDI 10 SEPTEMBRE 1792, LES PREMICES DU SOULEVEMENT

Publié le par culture

Pontrieux_Maison_tour_Eiffel.jpgEn ce lundi 10 septembre, la révolte paysanne gronde. Pontrieux et Lannion sont investies par des milliers de paysans en sabots.

Ce ne sont pas des soldats, ils ne connaissent des armes que celles qui leur servent pour sacrifier un poulet ou un lapin. Ils ne savent pas "servir" un cerf et encore moins un homme, fut-il leur adversaire le plus farouche.

Au premier coup de fusil des Gardes Nationales, c'est la débandade d'autant que tous ces gens ne peuvent se permettre d'aller en prison ; ils ont des responsabilités, des familles à nourrir, des champs à cultiver.

Ils se révoltent parce qu'ils ont appris que le Roi est emprisonné et que la guerre ayant été déclarée à des pays qu'ils ne connaissent pas, il va falloir qu'ils subissent le tirage au sort pour être enrôlés et aller se battre dans des contrées dont ils ne savent pas très bien où elles se situent. Ce n'est pas par manque de connaissance de la géographie mais en dehors de leur "Bro Erec" tout le reste est superflu, ne les concerne pas, ne les intéresse pas. Leur manière de penser se limite, justement, à cela.

Que les parisiens se débrouillent avec un état de fait qu'ils ont créé.

D'où la répartie d'un meneur de ces paysans: « Nous ne donnerons pas un soldat à la Nation. Nous ne connaissons que le Roi et il est prisonnier en ce moment. Que les citoyens marchent à la frontière, nous ne sommes pas citoyens. Nous descendrons avec nos armes dans la ville ou bien on dissoudra la garde nationale. Vous avez emprisonné plusieurs de nos camarades, rendez-les-nous. Rendez-nous nos prêtres ! ».

En ce 10 septembre la Bretagne bouge et Elle n'est qu'au début de ses souffrances. Il  manque aux paysans des chefs, non des meneurs qui ne manquent pas, mais des hommes de guerre ; d'ici peu, ils iront chercher chez eux des nobles, restés au pays et proches de leurs populations. Ainsi pourront être menées de vraies actions guerrières.

Mais en ce 10 septembre 1792 une grande partie de la population, surtout dans les villes bretonnes, n'a pas encore saisi les enjeux des effets pervers de la Révolution qui vient de se mettre en branle. Les villes ne sachant pas trop ce qui se passe à Paris et aux alentours sont encore soucieuses de légalité. Elles ne comprennent pas que le bon sens paysan perçoit les dangers qui pointent.

Pour le moment, les paysans - terme noble pour désigner ceux qui vivent au pays- outre le refus du tirage au sort ne veulent que peu de choses: le désarmement des Gardes Nationales et la libération des prêtres réfractaires emprisonnés sur lesquels plane, depuis le décret du 26 août une menace de mort immédiate.

Les paysans feront peu de victimes, ils ne sont armés que de faux emmanchés à l'envers, de faucilles et autres outils agricoles ; contre des fusils, ce n'est pas suffisamment efficace. Certains pourront fuir, d'autres seront faits prisonniers et parmi eux beaucoup finiront sous le couperet de la guillotine, 14 à Fougères.

Ce ne sont que les simples prémices des évènements à venir.

Partager cet article

Repost 0