Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

31 MARS 2011 - 31 MARS 2012

Publié le par culture

PIERRE-CHEZ-J.PLANE.jpg

Premier anniversaire du rappel vers le Père de Pierre Causse, notre ami Président du Souvenir Catholique en Languedoc.

Il a la satisfaction de constater que l'Association,  qu'il avait relevée, continue avec un nouveau bureau et une aussi belle détermination.

Certains se demandent encore "à quoi ça sert" ce genre d'association ? A quoi sert alors le Souvenir Français qui entretient le souvenir de ceux qui se sont battus pour La France et non pour un quelconque intérêt particulier ? Cela est la différence avec les carriéristes.

Les Languedociens les premiers, les Chouans, les Vendéens, les sancerrois, les berrichons -etc...- se sont levés au nom de leur dignité et de leur fierté d'êtres humains, pour leurs libertés y compris la liberté religieuse que la révolution leur supprimait. Voilà à quoi servent nos associations qui refusent de se vautrer dans le  politiquement et mensongèrement correct.

Par dignité et honneur.

Nos associations vivent de leurs maigres deniers, elles n'ont pas de musée de la mémoire aussi vaste que celui inauguré récemment à Nantes et qui a coûté la modique somme de HUIT millions d'€.

Pierre était un combattant à la pensée rare et fulgurante. Il manque à sa femme et à ses enfants, ce qui est normal.

Il manque aussi à ses amis du Souvenir Chouan de Bretagne - auxquels il rendait visite régulièrement - ce qui n'est pas anormal.

Repose en Paix, Pierre et merci................

Partager cet article

Repost 0

MON PERE CE HEROS AU SOURIRE SI DOUX....

Publié le par culture

Photo-005.jpg

Sincèrement, qu'ont pu penser de cette phrase prononcée par Victor, le fils de Joseph Sigisbert Hugo - général des armées de la Convention qui se faisait appeler Brutus - les DEUX CENT ONZE PERSONNES qui reposent sous ce mausolée, dans le cimetière de Bouguenais en Loire Atlantique ?

Photo-009.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrêtées le 31 mars 1794, hommes, femmes, enfants, personnes de tous âges furent fusillées dans la foulée, alors qu'elles avaient été arrêtées par le "Héros au sourire si doux" alors chef d'état-major (à moins de 21 ans ???) et résidant au château d'Aux à La Montagne.

Leur faute ? Avoir refusé les bienfaits de la Révolution qui les affamait et les ruinait, eux, tout petits paysans.

Il aurait, pour l'excuser de sa sauvagerie, fait grâcier onze femmes. Mais pour les autres ? Avait-il le sourire si avantageux face aux assassins de la commission Bignon ( CINQ MILLE condamnations à mort en cinq mois soit TRENTE exécutés par jour).

"Mon père, ce héros au sourire si doux" Brutus de surnom, n'aurait-il été qu'un lâche opportuniste, lavé du déshonneur par un fils aussi opportuniste, à géométrie politique à sens variable comme les girouettes ?

Assassin, certes, mais pour la cause victorieuse, donc un type bien.

Vae Victis ! (en français: malheur aux vaincus).

On rejoint ainsi l'histoire de cette période comme le précise Reynald Secher: les bourreaux sont glorifiés, les victimes sont honnies.

Oui vraiment: Vae victis.

Partager cet article

Repost 0

Balade chouette en terre chouanne....

Publié le par culture

A la faveur de la réunion du  Conseil d'Administration du Souvenir Chouan de Bretagne (dont il est utile de rappeler une fois de plus que cette Association ne se limite pas  à un seul Blog), ceux qui le désiraient étaient invités à se joindre aux administrateurs à partir de 12 H 30.

Le restaurant "Au relais du Porhoët" à Guilliers, nous recevait pour la réunion puis pour le déjeuner de très belle qualité. Cette qualité fut d'ailleurs la cause de notre retard pour partir visiter cette partie, peu connue, du  Nord-est du Morbihan.

La convivialité et la bonne humeur sont parties intégrantes de l'esprit Chouan, alors, si, de plus, la qualité de la cuisine s'en mêle, les risques de débordements horaires s'aggravent.

P2160016.JPG

Notre première arrêt fut pour l'église Saint Léry, dépendante de Mauron mais qui eut son propre clergé.

Guilliers-reunion--6-.jpg

Outre le tombeau du saint, sarcophage vide, car réalisé bien après la mort du saint, et après que ses restes aient été  déposés à Saint Julien de Tours, au 10ème siècle,  afin de le protéger des invasions normandes, exhumés et brûlés en 1562 par les protestants, cette église est pourvue d'un vitrail offert par Anne de Bretagne.

Mais cette église contient aussi un élément qui a rythmé la vie de la population: une horloge. Sa particularité est de ne pas posséder de cadran. Elle sonne les heures et les demi-heures depuis 1354. Les paysans ne savaient peut-être pas lire mais ils savaient compter! Mécanisme simple, certes, mais cela fait 658 ans qu'il fonctionne. Qui dit mieux ?

Chene-a-Guillotin--11-.JPG

Notre étape suivante nous amena sur le site du "chêne à Guillotin". Cette arbre de 10 mètres de circonférence, d'une hauteur de 20 mètres, âgé de presque mille ans, porte le nom du prêtre réfractaire qui s'est dissimulé dans son tronc.

Une jolie légende dit qu'une araignée tissa sa toile alors qu'il y était réfugié ; les Bleus ainsi pensèrent qu'il n'y avait personne et ne fouillèrent pas dans l'arbre. Qui peut dire le contraire de cette légende ? L'araignée aurait étéP2160030

 en fait Notre Dame de Paimpont à laquelle nous allâmes rendre visite en l'église abbatiale de l'ancienne abbaye.

Cette très belle abbaye datant des XII è et XIV è siècle a été volée aux moines bénédictins en 1790. Si l'abbatiale est devenue église paroissiale lors du Concordat, les autres bâtiments sont devenus la mairie. L'ensemble est assez bien conservé. Les boiseries sont superbes. Nous n'avons pas pu contempler le trésor qui consiste simplement en vases sacrés et en vêtements liturgiques qui ont par miracle échappé à la tourmente révolutionnaire.

Ploermel-et-environs--29-.jpg

 Notre pérégrination s'est terminée par le lycée La Mennais, à Ploermel, afin d'admirer cette  horloge astronomique  réalisée par un "curé"obscurantiste et ignare entre 1850 et 1854.

Sans ordinateur, sans le CNRS, avec ses seules connaissances physique, mathématique, astronomique, le Père Bernardin, aidé sans aucun doute par l'Esprit Saint, a réalisé et construit, aidé de ses élèves, cette horloge qui donne l'heure, les jours, les mois, les années, la position des astres selon les hémisphères etc...etc... etc..., et en arrière des cadrans la position des astres du système solaire tels qu'ils étaient connus en 1850. Il a tout réalisé, y compris les 200 pignons.

Tout cet ensemble, entraîné par un système d'horlogerie fonctionne depuis 158 ans. La variation est proche du zéro ; le seul inconvénient est qu'il faille remonter le mouvement tous les jours.

Cette mécanique magnifique a été classée monument historique par le ministre de la Culture Jack Lang en 1982 qui l'a ainsi faite passer de "l'ombre à la lumière" selon sa déclaration à la chambre des députés en mai 1891 à propos du gouvernement nouvellement élu.

Cette promenade fera l'objet d'un article bien plus détaillé dans La Revue de juin du Souvenir Chouan de Bretagne.

 

Partager cet article

Repost 0

AUDIENCE DE "L'OMBRE D'UN DOUTE" DU 7 MARS 2012

Publié le par culture

Il est intéressant et réconfortant d'apprendre que, malgré l'heure très tardive de diffusion, l'émission consacrée par Franck Ferrand à "Robespierre, le bourreau de la Vendée ?" a fait un score de 8 % de parts de marché derrière TF1  et M6.

L'auteur du renseignement tient à préciser: "En tout cas les retours ont été enthousiastes et je crois que  l'émission a eu son impact. Troisième place après TF1 et la 6. Ce n'est pas mal étant donné l'heure tardive de diffusion, et puis on  ne mesure pas les podcasts et tous ceux qui enregistrent. Par contre, c'est de loin l'émission qui a suscité  le plus de  réactions sur le forum de France 3."

 


 

 

Partager cet article

Repost 0

ROBESPETROPHILIE

Publié le par culture

 Etymologie: Robes/ Petro de Petrus-Pierre/ φιλω philo aimer.

Mieux que robespierriste, ce mot correspond bien aux amoureux de la philosophie (??) de leur maître, Maximilien de Robespierre. Mieux, ce terme traduit une forme d'addiction comme la drogue ou l'alcool, une dépendance irraisonnée et non maîtrisable par le simple raisonnement.

Qu'ils défendent ses oeuvres est leur droit, que nous luttions contre est notre droit au nom des massacres perpétrés et du sang versé de personnes qui étaient heureuses, quelques soient leurs conditions, dans le milieu où elles vivaient, où elles évoluaient.

Si ces individus, Marc Belissa et Yannick Bosc   nous dénient le droit de ne pas être d'accordavec leurs thèses, eux qui se prétendent de grands démocrates au nom de l'ancêtre dont ils se réclament, lequel a établi l'égalitarisme par la guillotine, qu'ils nous laissent quand même nous exprimer.

S'il ne faut que passer sous leurs fourches caudines pour avoir le droit d'exprimer notre désaccord, alors qu'ils obligent l'Université à ne faire appel qu'à des Jurys de thèses qui ne seront composés exclusivement que de membres de la société robespierriste, robespétrophile. Ainsi ils seront assurés d'avoir l'exclusivité de la bonne formation. A ce moment là, ils pourront se regrouper sous le nom d'une société de type soviéto-bolchévique qui aura pour sigle "Pravda" en français "Vérité".

Traitant par la dérision les arguments de Stéphane Courtois, historien dont la réflexion est  de haut vol, ceux de Reynald Secher qui mène un combat depuis 27 ans pour une cause qui lui a coûté sa carrière universitaire, ils méprisent, à travers les commentaires de Michel Winock qui est de la même ligne de pensée,  l'excellent travail de Franck Ferrand sur la vulgarisation de l'Histoire, très bénéfique.

Leur obséquiosité par rapport à leur maître Jean-Clément Martin fait pitié ; c'est à se demander s'ils n'auraient pas été en meilleur situation  chez Baranne et Océdar, le cirage et la brosse à reluire.

Qu'ils vivent du "cirage de pompes" est leur bonheur. Nous, responsables d'associations du Souvenir de ceux qui n'ont pas voulu "cirer les pompes" et sont allés au bout de leurs convictions, quitte à y perdre la vie, nous rappelons leur honneur ; effectivement, ce n'est pas la même cause.

Oser défendre la cause de Robespierre, c'est un peu comme si les allemands défendaient la cause d'Alfred Rosenberg.

Quand à Bélissa qui glose, en quelque sorte, sur Noël Stassinet qui n'est pas historien - qualité dont on l'a affublé à sa grande surprise et qui ayant découvert cette anomalie l'a signalée (mais c'était trop tard) - il n'est effectivement que  président du Souvenir Chouan de Bretagne. Que son nom apparaisse sur des sites royalistes -contre sa volonté - n'est pas une maladie honteuse. Ces sites sont plus propres que ceux où apparaissent les  noms des robespétrophiles.

Nous sommes, nous, en bonne compagnie avec Georges Cadoudal, Pierre Mercier la Vendée, Sol de Grisolles, Charette, La Haye Saint Hilaire, Pontbriand, Guillemot, Gomez, Boisguy, Tinténiac, Le Louer, Rohu, Gambert, Hermely, de Silz, Stofflet, La Rochejaquelin, Lescure, Gigost d'Elbée, Jean Jan, L'Invincible, Boishardy, Béjarry, Jambe d'Argent, Jean Chouan, Coquereau, Scépeau  etc... qui se sont battus pour leurs libertés et leur honneur.

Nous laissons les robespétrophiles avec leurs équipes d'assassins, Desmoulins, Barère de Vieuzac, Saint-Just, Danton, Fouquier-Tinville, Le Bon, Carrier, Chateauneuf-Randon, Fouché, Carrier, Tallien, Blad, Bô, Bourbotte, Cofinhal, Barras, Goullin, Rossignol, Turreau, Amey, Tilly,  etc...etc...etc...

 

http://www.youtube.com/watch?v=KASEg3IR-xU&feature=player_detailpage#t=123s

Partager cet article

Repost 0

19 MARS 1792, IL Y A 220 ans.....

Publié le par culture

Aujourd'hui, René Victor Joseph Palierne de la Haudussais fête son anniversaire

Ses 27 ans lui montrent un avenir heureux et sans gros soucis. Pourtant cette fichue Constituante, remplacée depuis le 30 septembre 1791 par l'Assemblée Législative, a modifié de façon bizarre le paysage du Royaume.

Les lois sur l'Église, les prêtres, les moines, la confiscation des biens cléricaux et cette curieuse obligation d'obliger des religieux à prêter le serment à une nation laïque, depuis que le Roi est écarté du pouvoir réel, semblent bizarre et très curieux.

Né à Mésanger le 19 mars 1765 en le logis de la Vieille-Cour, un mariage heureux avec une roturière - Jeanne Menet - bien dotée, il y aura six ans déjà, René Victor est depuis le 15 juin 1790 receveur-trésorier de la région d'Ancenis. Il a dû quitter Mésanger pour s'installer à Ancenis, rue des prêtres avec sa femme et leurs deux filles.

Il a plaisir à exprimer ses opinions lorsque les prêtres qui ont prêté serment à la Constitution Civile du clergé viennent percevoir leurs traitements.

Si verser les traitements relèvent de sa charge, l'expression de ses intimes convictions n'en fait pas partie.

Des plaintes s'élèvent  auprès du District d'Ancenis.

Petit à petit l'horizon va s'assombrir pour Palierne, comme pour beaucoup de personnes qui ne peuvent prévoir que les jours heureux vont disparaître.

Il ne peut pas savoir que dans un an, il va faire la connaissance d'un grand et étrange breton, d'une force redoutable qui lui offrira, en signe d'amitié, un curieux couteau à 22 lames. Ce breton est né à Kerléano, il a six ans de moins que Palierne et s'appelle Georges Cadoudal.

Partager cet article

Repost 0

"L'OMBRE d'un DOUTE": Robespierre gravement diffamé !!!

Publié le par culture

1

Cliquez sur le nez de Ran Tan Plan et lisez la défense de la mémoire de Robespierre, Conventionnel sympa, qui saignait un peu le peuple ; mais la saignée n'était-elle pas  à l'époque prônée par la Faculté de Médecine ?

Sa mémoire est outrageusement salie par une équipe de pseudo-historiens incultes, déblatérant sans preuve, le traînant dans la boue.

Bon (comme dirait Stéphane Courtois, locution repérée par les détracteurs de l'émission) mais s'il est traîné dans la boue, ce n'est pas nous qui l'avons traîné dans le son !

Bon (encore !) Reynald Secher est obtus, arc-bouté sur son Génocide, ne montre pas ses preuves puisqu'on ne veut pas les voir, mais si on critique son dernier ouvrage et que personne parmi ces As - censeurs (pour l'échafaud ?) ne veut voir les preuves dans l'iconographie, ne les ayant pas vues, à cause de leurs lunettes idéologiques, c'est qu'elles n'existent pas. C.Q.F.D.

D'ailleurs, disent-ils (comme Jean-Clément Martin...bizarre) ces petits papiers étaient connus.

Ben, dame !

Je pense qu'ils ont raison et que tout cela est un montage imaginé par le quadrisaïeul Secher qui, ayant des dons pour la voyance, a voulu em...poisonner son futur descendant Reynald en fabriquant de fausses preuves de faux papiers, pour salir la mémoire d'un honnête homme. Pauvre Maximilien.

Une vérité dans ce discours Robespétrophile, Noël Stassinet n'est pas historien mais seulement président du Souvenir Chouan de Bretagne, ce qui est suffisant. Il n'est pas responsable de la mention le concernant. Mais par ailleurs, s'il rejette cette qualité, c'est uniquement parce que Mathiez, Aulard, Soboul, Lefevre, Martin, sont appelés historiens !

Merci au brigand de Vendée pour son tuyau. A bétou !

Partager cet article

Repost 0

SUPPRIMONS L'OMBRE SUR UN DOUTE.

Publié le par culture

Un doute levé sur l'absence du Souvenir Vendéen dans l'émission de Franck Ferrand,  mercredi 7 mars, "L'ombre d'un doute" sur France 3".

Le Souvenir Vendéen n'aurait pas été invité.

Nous apportons la réponse aux questions posées sur ce Blog, dont une dernièrement. 

  • "Je rejoins l'opinion de Monsieur CHAMBRETAUD, qui dans son commentaire ci-dessous, conteste le passage de l'émission où le livre de V. HUGO a été développé. Tels les pucerons sur une jolie rose, les références à ce tissu d'inepties n'avaient pas leur place! Même si l'esprit du documentaire se voulait "large public", on ne peut tout de même pas inciter les téléspectateurs à satisfaire leur curiosité sur un sujet si sérieux en lisant de la prose mensongée. Par ailleurs, je reste surprise du peu d'implication dans ce documentaire des associations vendéennes qui défendent habituellement la mémoire de leurs ancêtres. " Le Souvenir Vendéen" par exemple n'a pas été représenté, alors que l'on peut noter les deux témoignages de Monsieur STASSINET, Président du "Souvenir Chouan de Bretagne". Il me semble pourtant que le combat des Vendéens et celui des Chouans de toutes régions françaises était motivé par les mêmes contestations, et faire bloc à notre époque pour perpétuer l'Histoire dans sa vérité serait un bien bel hommage rendu aux victimes de ces épouvantables massacres. Dommage que les Vendéens fassent "cavaliers seuls" alors que la Mémoire des Chouans démontre un dynamisme indiscutable".

L'Association en question, intéressée au premier chef par cette émission, la première sur un tel sujet traité sur une chaîne publique, n'était pas représentée.

Pourtant elle fut bien invitée, officiellement, et devait être représentée par Alain Gérard membre du Comité directeur du Souvenir Vendéen. L'historien acceptait mais à l'unique condition que ce soit lui seul, Reynald Secher devant se retirer.

Il n'était pas possible d'accepter ces conditions, Reynald Secher se battant depuis plus de 25 ans pour cette cause qu'il défend contre vents et marées, contre les adversaires de tous bords y compris dans le camp qu'il défend.

C'est Reynald Secher qui, après le succès de son passage sur Europe 1 le 31 octobre 2011 dans l'émission de Franck Ferrand "Au coeur de l'Histoire" a été contacté par ce dernier pour "faire" une télévision. Sa place était donc logiquement dans l'émission. C'était la récompense de ses efforts pour révéler la vérité.

Il est vrai que dans la Revue du Souvenir Vendéen N° 175 de juin-juillet 1991, son ouvrage "Juifs et Vendéens, d'un génocide à l'autre" était alors analysé par Michel Chatry:" Ouvrage polémique.../...Ouvrage qui, sur le plan historique n'apporte guère.../...Livre écrit un peu vite, on retrouve plusieurs des thèmes de ses précédents ouvrages.../...quelques propos douteux.../...L'historien Secher, qui est connu et lu, devrait, pour mieux servir la cause vendéenne pour laquelle on est heureux qu'il brûle, relire sa copie encore plus qu'un autre"

Le signataire de l'article est connu pour son opposition à la thèse de Reynald Secher.

En tous les cas ce genre de chose est bien navrant pour la cause défendue.

Partager cet article

Repost 0

IL Y A UNE SEMAINE:"L'OMBRE D'UN DOUTE" de Franck Ferrand

Publié le par culture

 

P1030008-copie-1.JPG

 L'équipe de tournage de l'émission "L'Ombre d'un doute" (sur France 3) au travail, à Nantes, le 3 janvier dans les caves de l'ancien Entrepôt des cafés.

L'émission produite et dirigée par Franck Ferrand a été très appréciée, et représente même un succès, le sujet étant particulièrement délicat voire tabou comme le dit le présentateur.

Cette prise ne figure pas dans le film, pourtant le lieu évoque bien la misère et le désespoir dans lesquels furent plongées ces malheureuses victimes de la folie révolutionnaire.

Le preneur de son ne nous avait pas accompagné ; il faut reconnaître qu'il ne fallait pas être arachnophobe, ni craindre le sol particulièrement boueux.

Sur le plan général, cette émission a apporté beaucoup pour une meilleure connaissance de la période de La Terreur. Pour les "puristes" il y  aurait quelques remarques, mais ce message n'était pas destiné aux "puristes" ; il visait un large public. Franck Ferrand, à qui le Souvenir Chouan de Bretagne adresse ses vives félicitations, a bien rempli son contrat visant à instruire le maximum de personnes.

En lisant les commentaires qui sont particulièrement élogieux, seuls deux retiennent l'attention par leur mauvaise foi évidente ou par une cécité et une surdité volontairement accentuées.

En effet en lisant ceci:

"vision historique uniquement à charge, pas de débat contradictoire. Quant à Robespierre on le cite à peine alors qu'on l'accable par le titre de l'emission..D'un point de vue historique, cela s'apparente à de l'imposture"

Ou ceci:

 

Le sujet est fort bien traité, tant dans le recours aux archives qu'au montage lui-même, texte et images. Même si le contenu des interviews de Reynald Sécher me paraît tout-à-fait acceptable, je trouve qu'au cours de la table ronde de fin d'émission, on l'a un peu trop mis sur un pied d'égalité avec Jean-Clément Martin, alors qu'il a souvent des prises de position très partisanes qui le marginalisent parmi les historiens.Avec le recul du temps, les moyens d'investigation qui sont aujourd'hui à la disposition des chercheurs, on peut étudier cette période d'une manière dépassionnée. Bravo à Franck Ferrand et son équipe !

on ne peut pas dire que l'approche de cette période n'ait pas été abordée ce soir là d'une autre manière que dépassionnée. Il n'était exposé que des faits.

On ne peut pas dire que le débat ait été à charge quand on compare le nombre de passages: Jean-Clément Martin (Robespierriste), 11 passages, Reynald Secher 6 passages. Quand au débat en fin d'émission, C. Bourseiller est plutôt contre Reynald Secher (même si le début de son exposé fait penser le contraire),Stéphanie Coudurier présente un ouvrage de J-C. Martin, quant à Clémentine Portier-Kaltenbach, on ne peut pas dire qu'elle "tape dans le mille" avec son Quatrevingt-Treize de Victor Hugo. Et pourquoi pas le Petit Chaperon Rouge dont elle porte la tenue ?

On peut regretter, par contre, que le passage ou Reynald Secher rappelle la définition du Génocide ait été supprimé:" Un Génocide est l'extermination physique, intentionnelle, systématique et programmée d'un groupe ou d'une partie d'un groupe en raison de ses origines ethnique, religieuse ou sociale". 

Enfin n'en déplaise aux disciples de ce pré-bolchevique, si le couperet n'avait pas tranché net la carrière de Robespierre, les "petits papiers" du Comité de Salut public montrent bien que ce n'est pas sur le seul territoire de la Vendée qu'il fallait exterminer les brigands mais sur tout le territoire de la République. Faut-il rappeler, à la façon de Stéphane Courtois que ces "Brigands" étaient des gens sans histoire avant la révolution?

Enfin, Stéphane Courtois a été excellent.

Seules deux Associations avaient répondu favorablement aux organisateurs pour participer au tournage du film: Vendée Militaire et le Souvenir Chouan de Bretagne qui depuis plus de dix ans honore la mémoire des Noyés en Loire. 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

QUATREVINGT-TREIZE de Victor Hugo

Publié le par culture

QuatreVingtTreize_Victor_Hugo.jpg

Décryptons, avec perspicacité, l’ouvrage cité et promu par madame Kaltenbach, lors de l’émission de Franck Ferrand « L’Ombre d’un doute sur France 3». En effet, dans cette émission sérieuse et bien menée, citer  l’œuvre de Victor Hugo, le grand homme panthéonisé, faisait un peu déplacé.

Lecture  critique :

On nous parle beaucoup des origines Vendéennes de Victor Hugo. Il serait bon de rappeler que, né à Besançon de Sophie Trébuchet née à Nantes, son père Léopold-Brutus - ce héros au sourire si doux qui a pas mal sabré en Vendée et à Quiberon - est natif de Nancy.

Les seules notions vendéennes  seraient celles du sang versé par son père, Léopold dit Brutus capitaine du 8e bataillon du Bas-Rhin.

Garnison à Nantes (exactement au château d’Aux à La Montagne, qui n’est pas en Vendée), puis à Châteaubriant (qui n’est toujours pas en Vendée), après le détour à Quiberon pour participer à l’écrasement du débarquement des Émigrés. Le côté maternel fait partie des proches de Carrier le bourreau-noyeur de Nantes, rien à voir là non plus avec la Vendée, sinon les massacres.

L’embouchure du Couesnon où il fait débarquer le marquis de Lantenac se situe bien aux frontières de la Bretagne et de la Normandie. Rien à voir avec la Vendée.  Ou notre grand homme a été mal inspiré par une de ses références, Jules Michelet, ou ses connaissances géographiques étaient proches du point zéro.

A la lecture de ce Quatrevingt-Treize quelques perles scintillent et il ne faut pas les garder pour nous:

«La Vendée a avorté. D’autres révoltes ont réussi, la Suisse par exemple. Il y a cette différence entre l’insurgé des montagnes comme le Suisse et l’insurgé des forêts comme le Vendéen ; que, presque toujours, fatale influence du milieu, l’un se bat pour un idéal et l’autre pour des préjugés. L’un plane, l’autre rampe». !!!

«la monarchie ouvre le droit à l’insurrection, la république la ferme. En république toute insurrection est coupable»…/…«La Convention a toujours ployé au vent, mais le vent sortait de la bouche du peuple et c’était le souffle de Dieu».

«Le dix-huitième siècle atteignit quatre-vingt. Encor’treize, le nombre étrange, et le jour vint

Là nous sommes entre Jack Lang et Marguerite Duras.

«Pour beaucoup de raisonneurs à froid qui font après coup la théorie de la Terreur, 93 a été une amputation brutale mais nécessaire. Robespierre a été un Dupuytren politique. Ce que nous appelons guillotine n’est qu’un bistouri». !!!  Horreur.

«la révolution française, c’est le salut, d’horreur mêlé. De la tête de Louis XVI, hélas, la lumière a coulé». Lang ou Pol Pot ?

«Le droit a sa colère, monsieur l’évêque, et la colère du droit est un élément du progrès. N’importe et quoi qu’on dise, la révolution française est le plus puissant pas du genre humain depuis l’avènement du Christ».  

 Des millions de gens remercient pour ce pas.

«C’est pour affirmer  ces réalités suprêmes, et non pour les nier, que  89 avait surgi. Renverser les bastilles, c’est délivrer l’humanité ; abolir la féodalité, c’est fonder la famille».

« d’un côté, l’inextricable complication gothique, le serf, le seigneur, l’esclave, le maître, la roture, la noblesse, le code multiple ramifié en coutumes, le juge et le prêtre coalisés, les ligatures innombrables, le fisc, les gabelles, la mainmorte, les capitations, les exceptions, les prérogatives, les préjugés, les fanatismes, le privilège royal de banqueroute, le sceptre, le trône, le bon plaisir, le droit divin. De l’autre cette chose simple, un couperet. D’un côté le nœud, de l’autre la hache. La Tourgue* avait été longtemps seule dans ce désert. Elle était là avec ses mâchicoulis d’où avaient ruisselé l’huile bouillante, la poix enflammée et le plomb fondu, avec ses oubliettes pavées d’ossements, avec sa chambre aux écartèlements, avec la tragédie énorme dont elle était remplie/…/ elle voyait se dresser devant elle quelque chose d’aussi horrible qu’elle, la guillotine».

Victor_Hugo-1875.jpg

Si Victor Hugo avait eu connaissance de l’histoire telle que nous la connaissons maintenant, n’aurait-il pas rédigé autrement son Quatrevingt-Treize  de façon aussi emphatique, quelque peu éloignée de la vérité, aussi hugolienne ?

Quelques soient les qualités  d’Océano Nox ?

* La Tourgue est le château où se termine l’histoire entre Cimourdain, prêtre défroqué et Conventionnel en mission, et le marquis de Lantenac.

 Cet article est inspiré de La Revue N° 18 de décembre 2002 du Souvenir Chouan de Bretagne.  Vous ne trouvez pas que c'est beau comme du ????  du Jack Lang ?

Dans un prochain article, nous écrirons sur son père, ce héros au regard si doux.                                                   

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>