Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

CHOUANNERIE[S].....LE DVD NOUVEAU EST ARRIVé

Publié le par culture

Nous y avions pensé,

Nous en avons parlé,

Gérald l'a fait: Cela s'appelle un teaser. Traduit en français cela veut dire taquineur. Et si on l'appelait "Bande-annonce*"?

Cliquer sur l'image pour voir un extrait du DVD consacré aux Chouanneries.

Pour l'acheter, s'adresser aux Editions Reynald Secher dont le lien figure à droite de cette page.

Profitez-en pour acquérir le dernier ouvrage de Reynald Secher.

Les adhérents du Souvenir Chouan de Bretagne bénéficient d'une remise. Le spécifier à la commande. Bonne lecture !!!!

*Merci  Nicolas.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

1 et 2 OCTOBRE 2011, LE DVD SUR LES CHOUANNERIES

Publié le par culture

Lors de ces deux journées consacrées au Mémoricide, c'est à dire la façon dont "on" a voulu tuer la mémoire des français, le seul D.V.D. consacré aux Chouanneries sera présenté à la vue et à la vente

52 minutes de voyage dans le monde de ceux sur lesquels a soufflé le Vent de la Révolte et qui, jusque là, avaient été bien oubliés par les supports audio-visuels.

cover-chouannerie-s-1.jpg

verso-chouannerie-s-1.jpg 

En effet, si les films existent sur le martyre de la Vendée, il n'y avait pas encore de support médiatique honorant la mémoire de ceux qui, dans l'Ouest, se sont levés pour leur dignité, pour leurs libertés y compris la liberté religieuse.

 


De très belles images, avec un très bon fond sonore, une superbe réalisation de Ronan Manuel et Gérald Nimal, pour saluer le courage et la volonté de ceux, de celles, qui se sont levés pour le respect de leurs convictions, au risque de tout perdre.

Ils voulaient simplement vivre, dans leur pays,  bretons, mainiaux, normands, avec leur foi et leurs coutumes ne refusant pas le changement et l'évolution mais normalement, avec le temps, et surtout avec le respect qu'ils estimaient mériter.

Ils sont entrés dans la violence parce qu'on leur imposait la violence et le déni de leur personne (voir sur une autre page les propos de Barère sur les bretons).

Une grande leçon de dignité.

Partager cet article

Repost 0

JOURNEES DU MEMORICIDE

Publié le par culture

SAMEDI 1er et DIMANCHE 2 OCTOBRE,

Rendez-vous à La Chapelle Basse-Mer, en la chapelle Saint Pierre-ès-Liens pour les premières journées du Mémoricide.

Le 1er octobre 1793 (Cuve 10 An II nouveau style) la Convention décrète la mise à mort des brigands de la Vendée.

Seulement la Vendée ?

Non, car sont aussi visés tous les brigands des territoires soulevés contre la République française, le texte existe, nous pourrons le voir dans le dernier ouvrage que publie Reynald Secher:

" Vendée, du Génocide au Mémoricide".

Juillet Aout 2011 042-copie-3Il va y avoir des grincements de dents chez ceux qui, depuis 1985, niaient la réalité des faits et des textes pourtant présents dans les Archives Nationales.

Savez-vous que ce dépôt de la mémoire fut un lieu visé par les Révolutionnaires de la Commune en 1871 ?

Heureusement, celui qui était chargé de cette triste besogne refusa de saccager la mémoire de notre pays.

Heureusement pour l'ouvrage de Reynald Secher, remarquablement documenté, malheureusement sans doute, pour les Jean-Clément Martin, autres Vidal-Naquet et Soboul qui, ayant une lecture hémianopsique des textes de l'époque, ont nié ces faits et documents.

Honte sur eux qui ont menti à leurs étudiants et à l'Histoire.

Partager cet article

Repost 0

VERGE d'OR, 27 FRUCTIDOR AN II .....

Publié le par culture

Préambule: Fabre d'Eglantine, le ministre bucolique, aidé de quelques autres qui comme lui passèrent non pas à la trappe, mais à la lunette (de la guillotine), avait réformé l'antique calendrier grégorien qui, depuis des siècles, avait fait les preuves de sa fiabilité. Les jours et les mois collaient avec le cycle lunaire et avec la nature. Ces ingénieux avaient mis au point un système permettant de faire table rase du passé, participant à l'arasement tous azimuts des vestiges de la monarchie . Patatatras ! Quand l'idéologie se mêle de réformer le calendrier, cela finit mal. Le temps est têtu : on bricolait parfois l'ajout en tas de jours manquant quand il ne fallait pas retirer les excédentaires ! 

Ils avaient donc supprimé le nom des jours, supprimé le dimanche et son rôle religieux pour le remplacer par le décadi, en ajoutant l'option de la guillotine pour les réfractaires au dit décadi. Et chaque jour se trouva affublé d'un nom issu de la nature. Imaginons la tête de celui appelé "Plantoir" (30 ventôse) ou "Bitume"( 3 nivôse), Fumier (le 8 nivôse). Quelle douceur supposée chez une femme née un 21 frimaire: "Erable sucré" ; qu'attendre d'une femme politique qui serait née le 10 nivôse "Fléau" ou 24 pluviôse "Traînasse" ou 25 ventôse "Thon" ou encore le 18 germinal "Cigüe" ?

Le système durera jusqu'au 22 fructidor An XIII (lendemain de l'Eglantier !) ; Napoléon  Ier aura jugé que la plaisanterie avait assez duré. Tout rentre dans l'ordre le 1er  janvier 1806.

Mais combien de citoyens nés le 3  brumaire "Poire" ou le 15 "Dindon" ou le 28 frimaire "Truffe" ?

Bref venons en à ce fameux Verge d'Or An II:

En sa maison des bords de Seine, surmontée d'un télégraphe de Chappe, madame de Staël reçoit un invité.

Telegraphe-Chappe-1-copie-1.jpgAuparavant un mot sur cet instrument. Conçu par le cerveau fécond de Claude Chappe né à Brûlon dans la Sarthe ( dans la région où la Chouannerie sera très active), le télégraphe - de Τελε (Télé - fil )  γραφειν (écrire),  qui aurait dû plutôt s'appeler téloptique (Οπτειν - voir) - est l'ancêtre de la télévision et des systèmes électroniques de transmission ; IMG 3336 editedde même que le Tympanon, vu à Versailles, est l'ancêtre de l'ordinateur. Pensé dans un but de distraction au départ, Claude Chappe va vite se rendre compte de l'exceptionnel avancement pour la science de son idée, inspirée par d'autres certes, mais toute science n'est-elle pas une évolution de la pensée d'un autre ? Il utilise un système de signaux dont les figures évoquent non des lettres mais des chiffres ; Claude Chappe a inventé le système numérique qui court sous nos claviers d'ordinateurs et résonne à nos oreilles.  Génial !

Telegraphe-Chappe-Lancon-provence.jpg

Par un réseau de tours dispersées sur tout le territoire, ce système, qui paraîtra archaïque aux esprits aigris (24 prairial -Caille-lait) autorise les transmissions d'informations - souvent militaires ou politiques - en un temps réduit (Paris- Strasbourg ou Paris-Brest en 2 heures au lieu de 4 à 5 jours par la route) par des gens formés à la transmission mais ne connaissant absolument rien à la signification des signaux qu'ils transmettent seuls l'expéditeur et le destinataire connaissant le code de transmission. Ce système perdurera jusqu'à la moitié du XIXème siècle et sera remplacé par le télégraphe et le système "Morse".

Madame_de_Stael.jpg

Madame de Staël reçoit donc dans son salon littéraire un invité dont on a beaucoup parlé et qui n'est pas forcément réputé pour sa moralité. On sait445px-Barere edited-copie-1 que Bertrand Barère de Vieuzac, Conventionnel vertueux et volontiers donneur de leçon (on l'avait vu avec un ministre du défunt roi), a été largement financé par l'Angleterre de William Pitt ; ce soir il avouera que ce ne fut qu'une faute morale. Madame de Staël le questionnera sur ses relations politiques, en particulier Robespierre et Danton, qu'il aura trahis. Il n'y a pas eu d'acte prémédité mais des circonstances fâcheuses ; il fallait bien sauver la Révolution. Dans l'antichambre - on aurait pu dire Régie si le mot n'eut été banni du vocabulaire comme le mot régiment, remplacé par demi-brigade, car évoquant trop l'ère du despotisme - on entendit Baco de La Chapelle maire de Nantes- appelé aussi le roi Baco ou le Duc de Nantes - murmurer "sauver ta tête, oui".

Enfin Madame de Staël en vint aux relations que réprouvent la morale lorsqu'elles ont lieu hors mariage. Ayant sauvé de la guillotine la jeune et jolie Sophie Demailly qui tavaillait en fait pour les Anglais comme le lui avait confirmé Barras, Bertrand Barère la sauva en arrivant même à supprimer des papiers mis sous scellés. "Cela aurait été une faute de ne pas la sauver". Il ne fit pas l'étalage de ses relations intimes avec la-dite personne invoquant des circonstances. Il y a longtemps aussi qu'il ne fréquentait plus sa femme.

Madame de Staël évoqua, mais sans forcer,  le dîner avec Alexandre de Beauharnais au lendemain duquel ce dernier fut mis en arrestation et guillotiné peu après. Débarrassé du mari jaloux, sous prétexte de défaite à Mayence, Joséphine était devenue libre. Sans doute indifférente au charme du Conventionnel elle se retrouva en prison ; elle ne sauva sa tête que de justesse. Barère, peu prolixe, répondit que ce n'était que de fâcheuses coïncidences.

Ainsi se déroula l'entretien entre une sympathique chroniqueuse et l'Anacréon de la guillotine, comme il fut surnommé au XIX ème siècle.

Jamais sa sulfureuse  personnalité ne fut évoquée ; des neuf membres de la commission des Lois de 1791 il est curieux que six moururent brutalement : Brissot, Pétion, Vergniaud, Danton, Condorcet, Gensonné. Seuls survécurent Siéyès, Thomas Paine -l'américain du groupe jamais naturalisé français - et lui, Barère. Il est le créateur de La Terreur, parlant de déblayer les prisons poussant Couthon l'infirme à supprimer les interrogatoires, les plaidoiries, les témoins afin de gagner du temps.

Tout cela ne fut pour lui que "faute morale".

Il parla tellement bien qu'il aurait pu être convaincant s'il n'en avait trop fait. Malgré tout il finira par chuter et connaîtra la prison en mars 1795. Condamné à la déportation en Guyane, il s'évadera de la prison de Saintes, restera caché à Bordeaux. Il rebondira de nouveau quelque soient les régimes. Seule la Restauration l'exilera. Il reviendra dans les bagages de Louis-Philippe et rebondira encore une fois.

Barer Plaq. cimet. 3 edited

Quand on lit son épitaphe (texte tiré de ses mémoires, ce qui montre leur crédibilité !) sur sa tombe au cimetière de Tarbes, on voit qu'il a tout oublié. Même, est-ce que ce qu'il a fait a existé ?

Les décrets du 1er août et du 1er octobre, les anathèmes contre les adversaires de la Révolution, les appels au crime, à la guerre avec les états voisins, son enrichissement avec l'argent anglais. Il n'y a jamais eu de plainte contre lui car il en a supprimé les porteurs.

Il a montré à Madame de Staël ce qu'est un spécialiste de la communication pour lequel la recherche de la vérité n'est pas l'essentiel. Dans son jeu, il faut quand même un aspect négatif pour prouver son honnêté et confirmer sa confession (terme un peu excessif pour un individu qui a toujours été très loin de la religion catholique): Cet aspect: sera "faute morale".

Juillet-Aout-2011-017.jpgLe télégraphe de Chappe n'étant fonctionnel que par beau temps, les nouvelles et les réactions furent  assez lentes à arriver. Mais que ce soit dans l'antichambre ou dans les journaux les réactions furent mitigées. 

Il y a quand même une morale sans faute: Barère se fera "siphonner" toute sa fortune par les siens.

Il bénéficiera d'une gloire posthume. Un buste en bronze surplombe son caveau. Mêmes les oiseaux sont subjugués par ce beau parleur ; pas une fiente sur cette sculpture. A moins que ce ne soit par crainte ?

 Barère perdit son poste à la Convention ; quand à Madame de Staël elle continua ses entretiens et ses écrits. Mais elle fut exilée par Bonaparte qui la taxait de "redoutable intrigante".

Ainsi va la vie !

Toute ressemblance avec des faits contemporains serait fortuite.


Partager cet article

Repost 0

LES CHOUANS DU LANGUEDOC

Publié le par culture

 
 

SAMEDI 24 SEPTEMBRE 2011

Le Souvenir Catholique en Languedoc organise sa journée annuelle à Saussines dans l’Hérault (mais à proximité de Sommières dans le Gard). Cette réunion sera la première sans Pierre Causse, son président, décédé le 31 mars.

Samedi 5 novembre, Assemblée Générale pour l’élection du nouveau bureau.

Si nul n'est censé ignorer la loi, tous, ou presque, sont censés ignorer l'Histoire.

Le Languedoc, ainsi que d'autres régions de France fait partie intégrante de cette catégorie d'ignorance encouragée. Cela avait hérissé le Père Yves-Marie Salem Carrière qui, en 1990 créait de tout pièce l'association qui porte son nom. Il fut un admirateur de Saint Vincent de Paul sur lequel il rédigea quelques ouvrages dont"Saint Vincent de Paul et l'Islam" petit livre par la taille mais grand par son contenu, préfacé par Dom Gérard de l'abbaye du Barroux.Extrait de cette préface:

Mon Révérend Père, enfin un livre sur la foi conquérante et missionnaire de nos ancêtres de l'ancienne France ! Déjà votre étude sur "Saint Vincent de Paul et l'armée" nous avait restitué une image pleine d'aperçus nouveaux sur celui que la voix populaire nommait à l'époque le "Père de la Patrie". Tous vos lecteurs vous sauront gré, cette fois encore, d'étudier un domaine si peu exploré des historiens, où s'exerça l'immense charité de Monsieur Vincent: le monde islamique.

Une maladie incurable devait, hélas !, l'emporter dès 1994. Cahin-caha l'association fut entretenue avec sa réunion annuelle à Saussines, où le Père Salem Carrière avait érigé un monument en hommage aux Victimes de la révolution, régulièrement vandalisé et régulièrement restauré. Cette réunion se faisait avec d'autres associations à l'occasion du pèlerinage des Vendanges.

100 4197Notre ami Pierre Causse en fut élu président au tournant du XXème siècle et créa un bulletin quadrimestriel de liaison sous la nouvelle appellation:"Souvenir Catholique en Languedoc, Association Père Salem Carrière".

L'Association intégra en 2005 la Coordination des Chouanneries créée cette année là, ce qui eut pour le Souvenir Catholique en Languedoc une heureuse répercussion en nombre d'adhérents. Ils ne clamaient pas seuls la vérité, ils faisaient partie d'un choeur.

La culture des archives, que possédait bien Pierre, lui permit de révéler certaines pages cachées de l'Histoire réelle et non-enseignée. Non il n'y avait pas eu que la Vendée dont l'horreur des massacres fut rapidement médiatisée. Il y avait eu dès 1790 la région de Nîmes et des Cévennes, le Velay, l'Ardèche, la Lozère dont 80% du clergé avait disparu à l'époque du Concordat (guillotine, fusillades, assassinats, pontons de Rochefort, Ile d'Aix, Ile de Ré etc...). Peu d'écrits à l'exception d'un ouvrage d'un notaire du Puy, Boudon-Lasherme, en 1911 et réédité par le Souvenir Chouan de Bretagne ; ouvrage intéressant par son récit mais qui manque de références que nous avions retrouvées aux Archives de Nîmes et surtout de Mende.

Dès 1790 le camp de Jalès regroupe, selon  les flux, de quinze mille à trente mille révoltés, Charrier notaire de Nasbinals, entre autres chefs,  aura jusqu'à dix mille hommes sous ses ordres ; en avril 1792 Yssingeaux soulevée est assaillie par les Bleus qui tuent, pillent, violent, volent, tuent.

A cette époque, l'Ouest est encore calme.

IMG_1807_edited.JPG

A Nasinals la maison Charrier est toujours là. Bien détériorée après la capture du Chef des Révoltés, vendue comme bien national, elle est maintenant le siège de l'Office du Tourisme où d'agréables personnes vous renseignent sur cette belle région de l'Auvergne.

Marc-Antoine Charrier, donc, était notaire à Nasbinals où ses affaires saines ne le destinaient pas à la "chouannerie". Ayant servi dans les armées de Louis XVI "dans le Régiment de Bourbonnais où les avantages d'une haute et belle stature firent de lui un excellent grenadier", son père décédant en 1779, les siens le rappellent pour assumer le soutien de sa famille. Après avoir fait des études de droit à Toulouse (où, supputation, il fit peut-être la connaissance du futur conventionnel régicide Bertrand Barère de Vieuzac) il prend la succession de son père défunt comme notaire royal de Nasbinals. Elu, comme membre du Tiers-Etat, à la Constituante le 30 mars 1789, il va suivre l'évolution de la situation de la France. C'est là qu'il rencontrera son futur pire adversaire, le marquis régicide et Conventionnel Chateauneuf-Randon. Curieux paradoxe, d'un notaire membre du Tiers-Etat déféndént la religion et le roi et d'un marquis farouchement révolutionnaire et anti-catholique !

A la séparation de la Constituante le 30 septembre 1791, Charrier passe par Coblence pour prendre les ordres auprès des princes émigrés auprès desquels il bénéficie d'une grande confiance en raison de sa conduite catholique et royaliste dans la dite Assemblée.

Mais les princes ne veulent pas d'action, Louis XVI règne encore.

Malgré tout, Marc-Antoine Charrier exerce les paysans qui l'ont rejoint au maniement d'armes, fabriquant même des canons avec des troncs d'arbre creusés et cerclés de fer.

Le 23 mars 1792, l'assemblée départementale de Lozère apprend que le notaire de Nasbinals entraîne de 300 à 400 habitants ; leur signe de ralliement est un bonnet rouge.

IMG_1783_edited.JPGLe 12 avril 1792, le Ministre de l'Intérieur en personne écrit aux autorités de la Lozère: J'ai l'honneur de vous adresser un décret rendu ce jour par l'Assemblée Nationale, portant qu'il y a lieu à accusation contre le sieur Charrier, notaire à Nasbinals. Etc...

Nous aurons l'occasion de revenir sur les combats de Marc-Antoine Charrier dans La Revue de décembre.

Après avoir renvoyé son armée, afin d'éviter les répressions contre les villages et leurs habitants, Marc-Antoine Charrier est trahi. Pris le 2 juin 1793, il sera guillotiné place de la liberté à Rodez le 16 juillet.

Il avait juste 38 ans.

Ce sont donc des faits comme celui-ci que le Souvenir Catholique en Languedoc  rappelle. Pierre Causse nous ayant quitté le 31 mars dernier, il est utile que son oeuvre soit perpétuée et qu'un successeur soit donné à l'Association du Souvenir qu'il avait ragaillardie.

Association Père Salem Carrière-Souvenir Catholique en Languedoc, Fontbosc 30260 Carnas. Cotisation 10 €.

 

Partager cet article

Repost 0

A PROPOS DES VANDALISMES, REVOLUTIONNAIRES, FERROVIAIRES, PECUNIAIRES....

Publié le par culture

Au sujet de la basilisique Saint Denis, nécropole des longues et belle pages de l'Histoire de la France, merci à Chambretaud de signaler combien ce remarquable édifice a survécu au vandalisme révolutionnaire, ce qui n'a, hélas, pas été le cas d'une multitude d'édifices religieux qui n'ont pas pu être récupérés pour être utilisés, par un pouvoir démoniaque anti-catholique et totalement iconoclaste, comme écuries ou casernes. Cluny, oui, Saint Martin de Tours, oui,

mais aussi :

L'abbatiale de Royaumont,

Saint Martin des Choux à Blois,

Maillezais, 

Le couvent des Chartreux à Paris,

L' abbaye Notre Dame à Soissons

L'abbaye Saint Médard à Soissons

L'abbaye Saint Crépin à Soissons,

L'abbaye d'Hautvilliers en Champagne,

Clairvaux,

Citeaux,

Jumièges,

Maubuisson,

L'abbaye des Cordeliers de Montferrand (Commmune associée maintenant à Clermont dit Clermont-Ferrand) dans laquelle reposaient les chairs de Bertrand du Guesclin après son décès à Chateauneuf de Randon le 13 juillet 1380 - 409 ans avant la reddition de la Bastille).

Cathédrale d'Arras,

Saint Ouen de Loches,

Eglise Saint Martial de Limoges,

Le magnifique château de Clisson en Loire-Atlantique,

L'abbaye de Maubuisson près de Pontoise,

Cathédrale Saint Etienne d'Agen,

Le château de Richelieu,

Démolition par Roger Ducos, (un des trois du consulat) d'une partie du château d'Amboise,

Eglise Sainte Geneviève à Paris,

Abbaye de la Couronne près d'Angoulême,

Les cloîtres de Saint Sernin et Saint Etienne à Toulouse,

Cloître de la cathédrale d'Angoulême,

La magnifique abbaye de Saint Amant de Boixe en Charente (il ne reste que l'abbatiale)

Le monastère des Saintes Claires à Nantes,

Le monastère des Carmes, à Nantes, dans lequel avait été inhumé Gilles de Rais et dont les restes ainsi que ceux des autres défunts de la noblesse bretonne( ainsi que ceux du marquis de Pontcallec et ses trois comparses décapités place du Bouffay en mars 1720) furent brûlés en tas. Il ne reste de ces bâtiments que quelques rares éléments.

Il ne faut pas oublier non plus la quinzaine de chapelles et d'églises ainsi que les  SIX divers couvents et monastères disparus dans la seule ville de Nantes. Cependant il est encore possible de voir la chapelle de l'Oratoire où Fouché enseigna, ainsi que la voûte de l'ancienne église Saint Vincent ( Club Vincent La Montagne jusqu'au 16 novembre 1793, avant son déménagement en l'actuelle église Sainte Croix) en déjeunant au restaurant "les Petits Saints".

La liste est longue des édifices catholiques détruits. Si l'on y ajoute les bâtiments volés et tranformés, celle-ci est prodigieuse, voire immense.

On comprend mieux pourquoi, pas fou, Bonaparte, dans la signature du Concordat, inclut la clause excluant toute revendication ou indemnisation pour le patrimoine détruit, volé, spolié. Il aurait ruiné les finances de son consulat !

 Ce sont là les "valeurs" de la République.

LIMOGES--1-.jpg

 

Un exemple entre plusieurs autres: Palais épiscopal de Limoges, actuel Musée.


LIMOGES.jpg

 

 

 

 

 

 

Et la cathédrale de Limoges a la particularité de porter cette mention du plus haut ridicule, déclaration, parmi les dernières de Robespierre : Le peuple français reconnaît l'Être Suprême et l'immortalité de l'âme.

La Convention ne reculait pas à prononcer un dogme dans un domaine (entr'autres) où elle était parfaitement incompétente, alors qu'elle déniait à l'Eglise ce droit qui est partie intégrante de sa Théologie et de sa fonction.

Partager cet article

Repost 0

LA BASILIQUE DE SAINT DENIS EST EN DANGER

Publié le par culture

COMMUNIQUE DE PRESSE 

:=:=:=:=:=: 

Concerne la Basilique Cathédrale de Saint-Denis

 La  Nécropole royale de la Basilique Cathédrale de Saint-Denis où bon nombre de Rois et Reines de France repose est très dégradée.

Sa restauration s’impose.

 Les structures responsables des travaux à entreprendre semblent  ignorer ce problème qui devient urgent de régler.

 Abandonner aux outrages des hommes et du temps ce mémorial royal unique est hors de question pour un grand nombre de français mais aussi d’étrangers.

 C’est pourquoi vient de se créer une «  Union Nationale d’Associations pour la sauvegarde, le respect, de la Basilique Cathédrale de Saint-Denis et de sa Nécropole royale » dont le siège est à Saint-Gilles du Gard.

 Cette Union d’Associations s’est donné également pour mission l’inscription de  la Basilique Cathédrale de Saint-Denis et de sa Nécropole royale au patrimoine mondial de l’humanité.

 Toute personne physique ou morale, peut y adhérer quelles que soient ses opinions politiques ou confessionnelles.

 Contact  S. NAYT

Courriel:   sauvegarde-Saint-Denis@gmx.fr

§§§§§§§§§

COMITE DE SOUTIEN

 Pour linscription au patrimoine mondial de lhumanitépar lUNESCO de laBasilique  Cathédrale de Saint-Denis en France et de sa nécropole royale

Je soussigné,

NOM

PRENOM

ACTIVITE

QUALITE

 e-mail

soutient la candidature auprès de lUNESCO de linscription de la Basilique Cathédrale de Saint-Denis au Patrimoine mondial de lhumanité 

 A ( lieu )  …………………….

Le  ( date ) …………………..

 

Signature :

 

Soutien à adresser au centre de coordination:

Union Nationale dAssociations pour la sauvegarde, le respect de la Basilique Cathédrale de Saint-Denis et de sa nécropole royale

11 Impasse des Oiseaux, 30800 SAINT-GILLES

Tél 04 66 70 24 43           Courriel    sauvegarde-saint-denis@gmx.fr

 

Un soutien financier nécessaire est possible à la même adresse

 par chèque à l’ordre de sauvegarde Saint-Denis ,ou par virement bancaire au Crédit Agricole 13506 10000 15284484000 49                  

 :=:=:=:=:=:

UNION-pour-St-DENIS.jpg 

 

Partager cet article

Repost 0

JOURNEES DE LA MEMOIRE ANTI MEMORICIDES

Publié le par culture

Déjà annoncées, voici le programme des deux journées qui se dérouleront à La Chapelle Basse Mer les 1 et 2 octobre, autour du nouvel ouvrage de Reynald Secher:

 DU GENOCIDE AU MEMORICIDE
Ouvrage de 400 pages, appuyé sur des extraits inédits des Archives Nationales.

 Ces deux journées seront consacrées à ce qui est arrivé à une partie de la population française et qui serait arrivé à l'ensemble des opposants à la Révolution

si Robespierre n'était pas tombé sous le couperet de la guillotine.

Cet ouvrage remet fondamentalement en cause l'ensemble de l'enseignement sur la période de la Révolution, et les enseignants qui ont dispensé cet enseignement !

MEMOIRE-2011-1.png

MEMOIRE 2011 2

Lors de ce rassemblement sera présenté le DVD

Chouannerie[s]

Le premier film consacré au Vent de la Révolte qui a soufflé sur l'Ouest.

Vente sur place 20€, (19 € pour les adhérents du SCB).


Partager cet article

Repost 0

VANDALISME FERROVIAIRE

Publié le par culture

LE 28 JUILLET DERNIER, dans un article consacré à la belle cathédrale de Nantes, nous avons lu qu'elle avait échappé de peu à la destruction, un révolutionnaire de 1796 l'aurait bien vue remplacée par une avenue allant de l'actuelle préfecture au château du Duc.

Plan-Reseau-du-Midi-copie-2.jpgCe qui n'a pu être réalisé à Nantes par les révolutionnaires l'a été à Moissac, dans le Tarn et Garonne, où, sur  la laison ferroviaire Bordeaux Sète,  ont été ouverts le 30 août 1856, les 45 kilomètres reliant Valence d'Agen à Montauban.

En effet les promoteurs de la Compagnie des Chemins de Fer du Midi, les banquiers Péreire (apparentés au banquier Pereyra qui alimenta d'argent anglais les caisses de certains conventionnels - dont Barère de Vieuzac et Marat - ; il  finira sous la lame du "rasoir national"), qui avaient un peu oublié leur religion juive et étaient devenus de fervents adeptes de Saint-Simon prônant la disparition des religions et de ses témoignages, décidaient ni plus ni moins de faire passer leurs locomotives à travers le cloître du XII ème siècle, ce qui aurait annihilé une merveille de l'art roman. Il fallut toute la fougue de Prosper Mérimée pour sauver in extremis cette splendeur du passé. Il est quand même ahurissant d'imaginer que des individus, par seul goût du lucre, aient pu envisager de détruire une telle oeuvre d'art !

 

Montages3-2.jpgMalgré tout, plutôt que de trouver un autre itinéraire ils firent raser une partie des logements conventuels dont le réfectoire. Les trains, et les TGV maintenant, frôlent ainsi la partie nord du cloître, risquant d'ébranler ses fondations. Pour les ingénieurs traçant les plans  pour la compagnie du chemin de fer, l'abbaye et les bâtiments conventuels n'étaient jamais qu'un tas de vieilles pierres encombrantes compliquant leur travail.

Juillet Aout 2011 045

Juillet-Aout-2011-001.jpg

Dans leur haine ou leur besoin de destruction, les révolutionnaires incultes, à moins que ce ne soit les protestants deux cents ans plus tôt, ont martelé les figures humaines ornant chaque scène de l'Ancien et Nouveau Testament présente sur les 76 chapiteaux coiffant les colonnes. Et Saint Pierre a eu droit au même traitement ; mais ces iconoclastes ignoraient sans doute qu'il avait été crucifié la tête en bas. Alors les pieds ont été scrupuleusement martelés, avant que, relevant leur sottise, ils ne s'attaquent à la tête du Chef des Apôtres. Ce détail est relevé par l'excellent guide qui commente remarquablement chaque lieu de ce superbe monument qui a subi tous les outrages, des barbares, des protestants, des révolutionnaires, des cavaliers de l'Empire dont les sabots des chevaux ont détruit les carrelages, avant que l'ancêtre de la SNCF ne réduise à l'état de décombres les grands bâtiments conventuels.
C'est presque un miracle qu'il reste encore l'abbatiale et le cloître.
IMGP0328.jpg
Juillet-Aout-2011-026.jpg
signaler aussi cette très belle "Fuite en Egypte" du XV ème siècle et cette remarquable mise au tombeau :
Juillet-Aout-2011-032.jpg
Vous pouvez aussi regarder le petit film ci-dessous, très bien fait.

Partager cet article

Repost 0

LA PREMIERE JOURNEE DU MEMORICIDE

Publié le par culture

Le 1 août 1793, Barère de Vieuzac, le phare de la pensée de Tarbes, prononce cette tirade digne d'une fulmination hitléro-haineuse de Nuremberg:

Ici, le Comité, d’après votre autorisation, a préparé des mesures qui tendent à exterminer cette race rebelle, à faire disparaître leurs repaires, à incendier leurs forêts, à couper leurs récoltes et à les combattre autant par des ouvriers et des pionniers que par des soldats. C’est dans les plaies gangreneuses que la médecine porte le fer et le feu, c’est à Mortagne, à Cholet, à Chemillé que la médecine politique doit employer les mêmes moyens et les mêmes remèdes. L’humanité ne se plaindra pas; les vieillards, les femmes et les enfants seront traités avec les égards exigés par la nature. L’humanité ne se plaindra pas; c’est faire son bien que d’extirper le mal ; c’est être bienfaisant pour la patrie que de punir les rebelles. Qui pourrait demander grâce pour des parricides… Nous vous proposons de décréter les mesures que le comité a prises contre les rebelles de la Vendée; et c’est ainsi que l’autorité nationale, sanctionnant de violentes mesures militaires portera l’effroi dans les repaires de brigands et dans les demeures des royalistes. »  

Le ministre de la guerre donnera sur le champ les ordres nécessaires pour que la garnison de Mayence soit transportée en poste dans la Vendée… »

-Article VI : « Il sera envoyé par le ministre de la guerre des matières combustibles de toute espèce pour incendier les bois, les taillis et les genêts. »

-Article VII : « Les forêts seront abattues ; les repaires des rebelles seront détruits ; les récoltes seront coupées par les compagnies d’ouvriers, pour être portées sur les derrières de l’armée et les bestiaux seront saisis. »

-Article VIII : « Les femmes, les enfants et les vieillards seront conduits dans l’intérieur. Il sera pourvu à leur subsistance et à leur sûreté, avec tous les égards dus à l’humanité. »

-Article XIV : « Les biens des rebelles de la Vendée sont déclarés appartenir à la République ; il en sera distrait une portion pour indemniser les citoyens qui seront demeurés fidèles à la patrie, des pertes qu’ils auraient souffertes. »

Le 1 octobre 1793, la Convention surenchérit :

 Détruisez la Vendée, Valenciennes et Condé ne sont plus au pouvoir de l’Autrichien. […] Enfin chaque coup que vous porterez à la Vendée retentira dans les villes rebelles, dans les départements fédéralistes. La Vendée et encore la Vendée, voilà le charbon politique qui dévore le cœur de la République française; c’est là qu’il faut frapper. »

Dans son ouvrage qui sortira des presses le 13 octobre, Reynald Secher apportera d'autres preuves de la volonté de destruction des opposants ; lesquelles preuves disqualifieront à tout jamais un Jean-Clément Martin qui, durant toute sa carrière universitaire n'aura jamais été que le complice du mensonge institutionnalisé, ainsi que les Vidal-Naquet et autres Soboul.

Juillet Aout 2011 042-copie-3

SAMEDI 1 OCTOBRE 2011 ET DIMANCHE 2 OCTOBRE SE TIENDRONT LES PREMIERES JOURNEES DU MEMORICIDE HISTORIQUE

 A  LA CHAPELLE BASSE-MER, EN LOIRE ATLANTIQUE

Juillet Aout 2011 004

 

Mais nous pourrons aussi constater que ces ordres de destructions ne s'appliquaient pas seulement aux Vendéens, les textes sont clairs à ce sujet et le mémoricide a été appliqué à tous ceux qui furent soulevés  par le Vent de la Colère..

 Ces jours là sera présenté le premier DVD réalisé sur les Chouans de l'Ouest:

CHOUANNERIE[S]


Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>