BEDOIN (Vaucluse) 4 mai 1795, APRES LES MASSACRES LA REHABILITATION...

Publié le par culture

 

Un an, jour pour jour, après les exactions criminelles commises contre le paisible bourg de Bédoin sur les ordres du Représentant en mission Etienne Christophe Maignet, Montagnard, qui a fui la région pour se refaire une virginité politique après la chute de Robespierre, son collègue Jean-Antoine Debry ou de Bry, vient à Bédoin présenter les excuses du Comité de Salut public et de la Convention aux origines des ordres donnés à Maignet pour la terrible répression.

Montagnard, comme Maignet, régicide, comme Maignet, le nom de Debry n'apparaît pas dans le Comité de Salut public de 1794 lors du commandement de la répression. Cela aurait été le comble du cynisme !

Un monument (classéest élevé ; il est intéressant de lire le texte de la plaque et son ton pleurnichard.

BEDOIN (Vaucluse) 4 mai 1795, APRES LES MASSACRES LA REHABILITATION...BEDOIN (Vaucluse) 4 mai 1795, APRES LES MASSACRES LA REHABILITATION...BEDOIN (Vaucluse) 4 mai 1795, APRES LES MASSACRES LA REHABILITATION...

A l'origine des assassinats un acte bénin : l'arrachage de l'arbre de la Liberté et la lacération de décrets conventionnels. Rien qui puisse justifier la mise à mort de 66 habitants, un peu plus de 3% de la population paisible, bien qu'antijacobine, de l'époque !

Sous les ordres de Suchet, futur Maréchal napoléonien,  heureux de s'occuper de la répression, la chasse va s'étendre sur l'ensemble de la commune ; là on ne sait pas le chiffre des victimes.

- Les victimes reposent dans la chapelle de Bécarras que fit construire à ses frais monsieur Allemand sur la fosse commune où elles furent jetées.

- Maignet est dans le cimetière d'Ambert - Puy de Dôme - dans une tombe surmontée d'une croix, lui qui voulait supprimer tous signes sur les tombeaux ; il y a un bouquet de fleurs artificielles récentes (octobre 2014). Le Conventionnel assassin n'est pas oublié. Bouquet déposé par Mélenchon ?

- Suchet a un boulevard à son nom et loge au Père Lachaise.

 

BEDOIN (Vaucluse) 4 mai 1795, APRES LES MASSACRES LA REHABILITATION...BEDOIN (Vaucluse) 4 mai 1795, APRES LES MASSACRES LA REHABILITATION...BEDOIN (Vaucluse) 4 mai 1795, APRES LES MASSACRES LA REHABILITATION...

Comme le sénateur Caton à Rome s'écriant en 157  (avant Jésus-Christ): "Carthago delenda est" (Il faut détruire Carthage!) Barère s'est-il écrié de la tribune de la Convention en entendant le rapport sur le crime affreux commis par des habitants de Bédoin: "Beduinum delendum est !" ?

Le 3 juin, les soldats du 4ème Bataillon de l'Ardèche mettent le feu au bourg, détruisent des maisons, font tomber les voûtes de l'église (qui sera reconstruite entre 1807 et 1821) et, comme Scipion à Carthage, répandent de grandes quantités de sel dans les champs cultivés pour tuer toute semence.

Ce sont les Valeurs de la république !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article