ANGERS 31 JANVIER 1794

Publié le par culture

CE MATIN DU 31 JANVIER à Angers, il y a 217 ans, la tête de Jean-Baptiste Desmarres, adjudant-général des armées de la République, vient de tomber sous le couperet de la guillotine. La raison est obscure. Accusé de trahison, au nom de sa défaite devant Tiffauges (en ce temps là il ne faisait pas bon perdre une bataille contre ces obscurantistes fanatisés de Chouans ou Vendéens refusant le bonheur qui leur était proposé "même contre leur volonté"), payant sans aucun doute ses démêlés avec le général Rossignol. Entre officiers les rancunes étaient tenaces et les relations cordiales avec quelque Conventionnel bon teint permettaient de résoudre rapidement un litige.... de façon définitive.

A son quartier de Bressuire, l'adjudant-général de hussard Desmarres avait à son service, pour s'occuper de ses quatre chevaux, un palefrenier : JOSEPH BARA. Ce jeune garçon tomba près de Jallais, sans aucun doute victime de voleurs de chevaux. Il soutenait de ses économies sa famille restée à Palaiseau. Son supérieur demanda aussitôt une pension pour la mère auprès de son supérieur, le ministre de la Guerre, Jean-Baptiste Bouchotte: "Cholet : l'adjudant général Desmarres, commandant de l'armée de Bressuire, informe le ministre de la Guerre qu'il a battu l'ennemi à Jallais ; il signale la mort du jeune Joseph Bara ; " Ce généreux enfant entouré hier par les brigands a mieux aimé périr que se rendre et leur livrer deux chevaux qu'il conduisait ". - Sans lieu : récit de la mort de Joseph Bara transcrit et modifié par le Moniteur Universel (SHD  série B  cote 5/7-70 ) et "Je supplie la Convention de ne pas laisser cette malheureuse mère dans l'horreur de l'indigence".

Bouchotte transmet la demande à Robespierre qui l'examine avec Barère, le chantre de la guillotine et de l'extermination des opposants à la Révolution. Et l'idée leur vient de faire de cet épisode tragiquement banal une épopée.Voir La Revue N° 26 du Souvenir Chouan de Bretagne. Jean-Clément Martin justifie ce mensonge par le fait que la jeune République naissante a besoin de jeunes héros mythiques, nous pensons que ces histoires frelatées font partie des actes fondateurs de la République: Mensonge, Vol, Assassinats.

Mais ce qui aurait pu être un phénomène passager englouti dans les méandres de l'Histoire, et dans la recherche de sa véracité, resurgit dans des opinions politiques contemporaines au nom du mensonge entretenu, sciemment ?, ou démagogiquement par des élus de la Nation. Ainsi, le député-maire socialiste de Palaiseau, François Lamy ( qui ne répond pas aux courriers) a, en 2008, soutenu la réalisation d'un hommage à Bara, ouvrant même ce fait mineur de la Révolution au graphisme contemporain dans une extrapolation un peu curieuse.

Finalement, est-ce que ce pauvre Desmarres n'aurait pas perdu la tête parce qu'il aurait été en désaccord avec le principe découlant de sa simple demande de pension pour la mère d'un enfant tombé pendant la guerre ?

Je vous souhaite bonne lecture du lien ci-dessous ; vous serez étonnés, car l'Histoire est connue et le mensonge entretenu. 

www.ville-palaiseau.fr/.../lhistoire-de-joseph-bara-en-bandes-dessinees/ -


 

Commenter cet article

Koltchak91120 14/02/2011 00:25


A propos de Bara, l'éclairage d'un palaisien :

http://koltchak91120.wordpress.com/2009/10/18/on-se-fout-de-lhistoire-vive-le-fanatisme/