SAINT JUST 1793, PEILLON 2008: Même Psychopathie ?

Publié le par culture

"Les enfants appartiennent à leur mère jusqu'à 5 ans, et à la république ensuite jusqu'à la mort.L'enfant, le citoyen appartiennent à la patrie ; l'instruction commune est nécessaire. Les enfants mâles sont élevés de 5 ans à seize ans par la patrie. On ne peut ni frapper ni caresser (pauvre Frédéric M, pauvre Daniel C-B !) les enfants. On leur apprend le bien et on les laisse à la nature Ils sont vêtus de toile en toute saison, jusqu'à l'âge de seize ans, et se nourrissent, en commun, de racines, de fruits, de légumes, de lait, de pain et d'eau. L'éducation des enfants, de dix à seize ans est militaire et agricole. De seize à vingt et un ils entrent dans les arts et choisissent une profession et portent un costume d'ouvrier. De vingt et un à vingt cinq ils sont habillés en soldat s'ils ne sont pas magustrats.

Les filles sont élevées dans la maison maternelle ; les jours de fête, une vierge de plus de 10 ans ne peut paraître en public sans son père ou sa mère ou un tuteur.

Ce serait peut-être une sorte d'instruction propre aux français que des sociétés d'enfants présidées par un magistrat qui indiquerait les sujets à traiter et dirigerait les discussions de manière à former les sens, l'âme, l'esprit et le coeur."

a", c'est Saint-Just en 1793 in Fragments sur les Institutions Républicaines.

§§§

"La révolution française est l'irruption dans le temps de quelque chose qui n'appartient pas au temps (???), c'est un commencement absolu, c'est la présence et l'incarnation d'un sens, d'une regénération et d'une expiation du peuple français. 1789, l'année sans pareille, est celle de l'engendrement (gender ?) par un brusque saut dans l'histoire d'un homme nouveau. La révolution est un évènement méta-historique, c'est à dire un évènement religieux. La révolution implique l'oubli total de ce qui précède la révolution. Donc l'école a un rôle fondamental puisque l'école doit dépouiller l'enfant de toutes ses attaches prérépublicaines pour l'élever jusqu'à devenir citoyen.

Et c'est bien une nouvelle naissance, Une TRANSSUBSTANTIATION qui opère dans l'école et par l'école, cette nouvelle Eglise, avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi".

"ça" c'est Peillon in La Révolution Française n'est pas terminée 2008.

Le parapluie maçonnique n'autorise pas cet individu à "copier-coller" des termes propres à l'Eglise catholique, voire même dans des notions sacrilèges comme la Transsubstantation qui est un terme bien précis du Dogme de l'Eglise catholique ( Concile de Trente 1551) et qu'il utilise dans son délire d'agnostique. Il revient à des termes qui trahissent les obsessions du Grand Orient. Qu'ils se convertissent et ils arrêteront de transpirer l'anti calotinisme primaire !

Encore une autre du même

"Ce qui a fait notre modernité, ce qui a fait la République depuis la Révolution française, c’est l’affirmation que l’humanité se définit précisément par cette qualité imprescriptible et qu’aucun pouvoir ne peut et ne doit atteindre : la liberté de chaque individu. Liberté de conscience, liberté de pensée, liberté d’expression, liberté de mouvement, liberté de contester tous les pouvoirs" Toujours le même impeillable devant la récente assemblée des enfants à l'Assemblée Nationale.

Réflexion: Nous ne devons pas vivre dans le même pays ! Les Chouans dont nous honorons la mémoire, se sont levés pour beaucoup moins que "ça" !

SAINT JUST 1793, PEILLON 2008: Même Psychopathie ?SAINT JUST 1793, PEILLON 2008: Même Psychopathie ?

Commenter cet article