PICHEGRU, 1795, UN FAIT D'ARMES OUBLIE....

Publié le par culture

Charles Pichegru qui a été le professeur de géométrie et d'arithmétique à l'Ecole Militaire de Brienne de Buonaparte est un grand soldat, brillant général, d'une force quasi herculéenne il a bravé tous les dangers.

Quoique l'on pense de lui, il restera dans l'Histoire militaire de la France le seul militaire qui a pris la Flotte royale hollandaise avec un escadron de cavalerie. Le Général Pichegru avait appris que la Flotte Hollandaise était bloquée par les glaces sur les côtes du Helder, dans le golfe du Zuiderzee. Le 23 janvier 1795, il envoya aussitôt le lieutenant-colonel Louis-Joseph Lahure et un escadron du 8e ré​giment de hussards et le 15e régiment d’infanterie légère dans la nuit du 23 janvier. Chaque cavalier, après avoir enveloppé les sabots des chevaux dans des chiffons, afin de ne pas faire de bruit sur la glace, chargea en croupe un fantassin ; chaque vaisseau fut pris à l’abordage. Du jamais vu par des troupes terrestres. Les vaisseaux étant, de par leur position pris dans la glace, les canons furent inutilisables. Bilan: 15 vaisseaux et 850 canons pris à l'ennemi, sans aucune perte !

(Belge de naissance, Lahure sera naturalisé et à sa démobilisation, se lancera dans la culture de la betterave. Né le 29 décembre  1767, il est décédé le 24 octobre 1853. Il avait été admis à la retraite le 22 juillet 1818).

PICHEGRU, 1795, UN FAIT D'ARMES OUBLIE....

Georges Cadoudal sera son complice dans le complot contre le Premier Consul en 1804. Son suicide, dans sa cellule mitoyenne de celle de Georges reste une énigme ; si, en effet, notre Breton avait entendu des bruits suspects, on est certain qu'il ne serait pas resté inerte !

L'autopsie de Pichegru, qui durera plusieurs heures, ne démontrera aucun hématome signant une lutte, aucune lésion en dehors de celles causées par le garrot à hauteur du larynx, du cou, la face inférieure du cerveau et les deux lobes du poumon gorgés de sang. Et une égratignure sur la joue, là où le garrot s'était bloqué.

Le 7 avril, au soir tombant, il sera inhumé dans le cimetière Sainte Catherine (aujourd'hui disparu) dans le carré des suppliciés. Il sera exhumé en août 1865 pour être inhumé dans son village natal d'Arbois qu'il avait quitté, après ses études au collège, pour l'Ecole de Brienne, à l'âge de 18 ans. Il paraît que ces restes ne sont pas les siens, à cause de la différence de chevelure retrouvée sur le squelette. Allez savoir !

Etrange destinée que celle de cet homme, issu de la paysannerie comme Murat, mort à 43 ans

Son nom est gravé sur l'Arc de Triomphe de l'Etoile.

 

Commenter cet article

thizy 26/01/2015 17:36

tres belle histoire !!!!!!!!! felicitations ...............cordialement