COMMEMORATION DES NOYADES DE NANTES, 17 NOVEMBRE 2013

Publié le par culture

Comme a son habitude, depuis plus de dix ans (sauf une année), le Souvenir Chouan de Bretagne a organisé sa réunion annuelle pour la Mémoire des Victimes des Noyades qui furent impitoyablement condamnées à la mort par immersion, évènement presque anecdotique - oui, les noyades - ce qui est maintenant considéré comme un crime par la S.P.A. pour les petits chats que l'on noie !

Autres temps, autres moeurs.

L'association qui avait accompagné le Souvenir Chouan de Bretagne ces deux dernières années ne s'étant pas manifestée pour d'obscures raisons, celui-ci se retrouvait seul pour ce 220ème anniversaire d'un crime innommable commis avec l'aval des autorités de l'époque, plus particulièrement sous la mandature de Jean-Baptiste Carrier, Représentant en mission, donc une autorité légale. Il faut rappeler que cette épisode nantais de l'Histoire, les Noyades, ne voit sa mémoire entretenue, depuis dix ans et plus, que par le Souvenir Chouan de Bretagne

Cette journée commençait par la messe traditionnelle célébrée en l'église Saint Clément. Le célébrant annonça brièvement cette Commémoration, comme il annonça d'autres choses (remises de tracts etc...) alors que ses frères prêtres avaient été noyés comme de vulgaires chatons 220 ans plus tôt et traça son homélie sur le Purgatoire. Il aurait pu "embrayer" sur le purgatoire de ces malheureux dans leurs sapines où l'eau montait jusqu'à les noyer ?

Le second rendez-vous était proposé à l'église Sainte Croix qui fut, dès le 16 novembre 1793 le siège du club Vincent la Montagne, trop à l'étroit dans l'église Saint Vincent (actuel restaurant "Les Petits Saints). Le célébrant, le Père Yann Vignon, par son mot d'accueil, rappela les faits qui se déroulèrent dans son église en 1793 et la Noyade de 90 prêtres annoncée depuis  la chaire. Il donna une homélie d'une rare vigueur établissant un vrai paralèlle entre 1793 et 2013 et ses persécutions religieuses. Citant en particulier la critique faite au Père Vandenbeusch:"On l'avair prévenu" ; alors qu'il ne remplissait que son devoir sacerdotal, comme le firent les prêtres qui accompagnèrent leurs paroissiens, il y a 220 ans, et furent tués pour cela. Remarquable homélie dont la publication sera faite dans La Revue de décembre. Prière Universelle: évocations des Martyrs de la Foi. Memento des défunts, pour les victimes de la Révolution et les prêtres morts il y a 220 ans. Dernière annonce avant la bénédiction finale, de l'exposé qui allait être fait après le chant de sortie, du "Jeté de Gerbe" en Loire et de la conférence donnée par le Professeur Thierry Piel.

C'est avec grande surprise qu'il me fut possible de compter 70 personnes, dont les trois prêtres concélébrants, restant pour écouter mon exposé sur cette église, son histoire, le beffroi :"Ecoutez sonner la cloche, que ceux qui allaient être assassinés(1792 à 1797), que Charette (1796), que Pontcallec, Talhouët, Couëdic, Montlouis (mars 1720) ont entendu ; en une sorte de communion auditive !". La chaire devant laquelle fut lue, comme il y a 220 ans l'abjuration de Minée l'évêque constitutionnel, le discours insultant de Carrier contre les prêtres et l'Eglise et enfin son annonce de ce qui sera la première Noyade puisque d'autres suivront."Vous les paroissiens de Sainte Croix, vous regarderez différemment cette chaire, vous entendrez autrement sonner la cloche du Bouffay".

Puis ce fut le départ pour le pont Anne de Bretagne, afin de procéder au Jeté de gerbe en Loire, au début de la marée descendante.

Cette année, en union de pensée, le Souvenir Catholique en Languedoc - Père Yves-Marie Salem Carrière avait fait un don conséquent pour s'associer au Souvenir Chouan de Bretagne.

COMMEMORATION DES NOYADES DE NANTES, 17 NOVEMBRE 2013COMMEMORATION DES NOYADES DE NANTES, 17 NOVEMBRE 2013
COMMEMORATION DES NOYADES DE NANTES, 17 NOVEMBRE 2013

On fait la préparation du parachutage de la gerbe, seul moyen d'assurer un amerrissage doux à la surface du fleuve. Un vent glacial souffle.

Le parachutage réussi, la gerbe va porter notre hommage aux Victimes des Noyades, cruel moyen de mise à mort d'innocents.

Une trentaine de personnes assiste à cet hommage fleuri. Quelques unes vont nous suivre au restaurant "La Taverne du Château" pour un réconfortant et réchauffant déjeuner. C'est là que nous rejoint le Professeur agrégé Thierry Piel, de l'Université de Nantes, Maître de conférence, qui nous fera la causerie de l'après-midi.

A 5 minutes près, nous sommes dans la salle Sainte Cécile du presbytère de Saint Clément, mise gracieusement à notre disposition par le curé de la paroisse, le Père Yves Chéreau.Un don conséquent sera évidemment fait par le Souvenir Chouan de Bretagne, en particulier pour le chauffage bien agréable par ce temps froid.

Après présentation du Souvenir Chouan de Bretagne aux 52 personnes présentes (différentes de celles de Sainte Croix ou du pont Anne de Bretagne), du contexte de la révolution et de ses horreurs après le 14 juillet 1790, le Président de l'Association,  Noël Stassinet, présente le Professeur Thierry Piel qu'il connaît bien et qui, pour la troisième fois a répondu à son invitation. Une fois pour Charette, une fois pour Carrier et les Noyades de Nantes ; en ce jour anniversaire Monsieur Piel va parler plus précisemment des Noyades, leur contexte, les auteurs, et le Pourquoi d'un tel procédé d'exécution (lequel a déjà été évoqué sur le pont Anne de Bretagne). Mais avec le poids d'un Agrégé d'Histoire, même si celui-ci est plutôt spécialisé en civilisation Etrusque (comme pourraient ricaner certains), mais qui possède les méthodes de la rigueur des recherches historiques sur des faits vieux de 2200 ans ; alors à fortiori sur des faits de 220 ans !!!

Prévue pour une heure, la causerie commençant à 15 H 45 va durer plus d'une heure trente, l'auditoire montrant ensuite, par ses nombreuses questions, son vif intérêt pour le sujet traité. La discussion se poursuivra autour du cidre de l'amitié offert par le Souvenir Chouan de Bretagne. Les derniers partiront à 18 H 30.

Ainsi malgré certains vents contraires, et l'absence de Philippe de Villiers qui s'était, jusqu'à il y a quelques semaines, engagé à venir, cette journée d'hommage s'est bien déroulée et a eu un succès inespéré.

Dans son compte-rendu de ce jour, Breizh journal, qui avait quelque peu caviardé l'annonce du Souvenir Chouan de Bretagne en supprimant "Un crime organisé, une Shoah avant l'heure" et "l'Entrepôt des Cafés, le Dachau nantais" signale 120 personnes. C'est le nombre qu'il a été possible de comptabiliser, en tenant compte des lieux et des fluctuations des participants: Eglise Sainte Croix, pont Anne de Bretagne, restaurant, causerie du Professeur Thierry Piel.

C'est moins bien que les mille annoncés par des personnes qui ne se sont même pas déplacées. C'est mieux que les 20 personnes du restaurant.

Merci aux prêtres de Saint Clément, en particulier le Père Yves Chéreau, Merci aux trois prêtres de Sainte Croix, en particulier le célébrant à la remarquable homélie, le Père Yann Vignon.Merci au Professeur Thierry Piel pour son brio et son art à captiver l'auditoire. Merci enfin à tous ceux qui se sont déplacés dont les Membres de l'URBVM et de Julien qui a filmé. Merci aux Soeurs Clarisses pour nous avoir assuré un beau temps, une fois de plus.

Prochaine manifestation du Souvenir: Savenay le samedi 21 décembre. La réunion était auparavant prévue le dimanche 22 (proximité du lundi 23, carnage à Savenay) depuis un an. Comme il y a 10 ans, le Souvenir Vendéen, en septembre, avait annoncée sa réunion le samedi 21.

Par sagesse et intelligence, le Souvenir Chouan de Bretagne annule sa réunion du 22 pour se joindre au Souvenir Vendéen, le 21.

 

COMMEMORATION DES NOYADES DE NANTES, 17 NOVEMBRE 2013
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Abbé Jouachim 18/12/2013 08:03

En tant que vicaire à la paroisse Saint-Clément, il me semble important d'apporter une précision sur ce qui vient d'être relaté : l'annonce de la commémoration, certes rapide, n'était que le rappel d'une annonce plus longue et plus développée que j'avais faite la semaine précédente. Vous auriez pu avoir l'honnêteté intellectuelle de le mentionner. L'un de mes aïeux, prêtre réfractaire, a été massacré à Vimoutiers pendant la Révolution. Je me sens particulièrement offensé par votre compte-rendu.

Noël Stassinet 18/12/2013 10:30

En bientôt quatre ans d'existence de ce Blog, je n'ai retiré qu'un seul article que j'avais jugé offensant envers les victimes religieuses de la révolution dite française. Je trouve inadéquat ce jugement catégorique contre mon manque d'honnêteté intellectuelle pour avoir ignorer l'annonce précédente faite par l'abbé Jouachim ; il eut fallu le savoir. Il était de la même honnêteté de souligner qu'à l'église Sainte Croix le célébrant et son assistant ont évoqué largement ces crimes et leur commémoration. Ils ont assisté à l'exposé fait ensuite. De plus cela fait des années que je suis le seul à organiser cette manifestation et, contrairement à ce qu'en dit quelque part le fécondateur in vitraux, ce n'est pas par égophilie. Contrairement à certain, ce n'est pas par recherche du lucre, mais pour l'Histoire et les emmerdements qui accompagnent. Et j'y ai ramassé plus d'offenses que de compliments, mais cela n'a aucune importance en regard du martyre subi par les victimes des Noyades et des fusillades.

rochard 19/11/2013 23:39

bonjour:je voudrais un conseil s'il vous plait, j'ai acheté le livre des mémoires de madame la comtesse de la bouëre, très émouvant! et j'ai vu sur la liste des fusillés Mathurin et René Rochard de la poitevinière.Comment pourrais-je savoir s'il font partit de mes ailleux et où pourrais-je m'adresser ?car j'ai grandi à la ferme de mes parents à la poitevinière et je m'appelle rochard et un frère de mon grand-père s'appelait Mathurin. Merci de me renseigner car j'aimerais beaucoup savoir.

rochard marie odile 18/12/2013 16:28

Merci pour votre reponse, quelqu'un m'a informé que l'on pouvait consulter les archives qui ont été mises en ligne, ce que j'ai fait et il s'avère que ce Mathurin qui faisait parti de ma famille est est né en 1828.Je trouve celà passionnant de retrouver ses ancêtres, particulièrement ceux qui ont vécu à cette époque très difficile. Alors prions pour eux. Merci merci

AMELINE 20/11/2013 18:50

Vous pourriez le savoir en faisant une recherche généalogique simple. Je veux bien vous y aider.

lafforest 19/11/2013 22:58

Bravo et merci ! Dire,redire,clamer la vérité,c'est restituer son Histoire à une nation privée depuis la maternelle de ce qui fait son être.