Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

14 juillet 1790........14 juillet 2010

Publié le par culture

Sur proposition du député d'extrême gauche, Benjamin Raspail, le 21 mai 1880, l'assemblée nationale adopte le 6 juillet suivant la loi faisant du 14 juillet la Fête Nationale de la République. Cette date marque en réalité, par son choix, la commémoration de la Fête de la Fédération.La Fête de la Fédération avait, volontairement, été célébrée pour l'anniversaire de la Reddition de la Bastille, montrant la volonté de signifier, par cette fête de la réconciliation, la fin de la Révolution ; la monarchie absolue (ab solus, sans lien) se dirigeant benoîtement vers une monarchie constitutionnelle. Las ! malgré la bonne volonté de Louis XVI, ceux qui ont mis en route la machine infernale vont se faire déborder très vite par les ultras populistes et gauchistes. On connaît la suite de l'histoire écrite avec une plume dégoulinante de sang et de malheurs.

La messe fut célébrée par celui que l'on n'appelait pas encore le diable boiteux, Talleyrand ; on lui prête cette confidence à l'abbé Grégoire, juste avant de célébrer:"surtout ne me faites pas rire"!!!

330px-Federation_edited.jpg

Il est intéressant de noter que lorsque la Révolution prendra son rythme de croisière sous la Terreur, ce terme -fédération, fédéraliste- deviendra dès juin 1793 synonyme de guillotine, machine à appliquer l'égalité.

Partager cet article

Repost 0

SAMEDI 27 JUIN 1795, ABSINTHE 9 MESSIDOR AN III

Publié le par culture

ILS  ARRIVENT !!!!        DEGOUEZHOUT a REONT  !!!!!     

                 

IMG 1222 edited-copie-1

Du haut du tumulus Saint Michel, à Carnac, c'est peut-être le cri qui a retenti en ce samedi 27 juin 1795. En effet, arrivés en baie de Quiberon le 25 juin, après quelques âpres disputes entre le comte Joseph de Puisaye - 40 ans depuis le 6 mars- et Louis-Charles d'Hervilly -39 ans depuis le 6 février- la décision est enfin prise de débarquer ! Puisaye voulait débarquer tout de suite, d'Hervilly voulait d'abord inspecter la côte où les attendaient les Chouans. Deux jours avaient été perdus par bêtise ! Deux jours mis à profit par Louis-Lazare Hoche pour lancer des appels au secours, car il n'avait que trois mille hommes sous la main.Deux jours incompréhensibles si l'on ignore que les Anglais assurent la logistique c'est à dire le transport par vaisseaux, la nourriture, les armes, les uniformes, les chaussures, le ratafia, tout ce qui est utile pour une armée en vue de la guerre. Les Anglais ont été assez généreux, diront certains.Non ce n'est pas gratuit, ils se feront rembourser ultérieurement leur note de frais.

Il ne faut pas oublier que les Anglais, au moins certains ainsi que leurs cartes marines, connaissent cet endroit où ils ont débarqué 49 ans auparavant, le 15 octobre 1746 ; cet épisode n'est pas oublié par les Bretons, même si la majorité ne connaît cette histoire que par les contes des veillées.Les dégâts seront estimés à 22000 livres( près de 60 mille €) ; ils ont emmené les bêtes, les bateaux, les stocks d'alimentation pour une somme de 400 mille livres(un million d'€), détruit les villages, les chapelles les églises, pillé, violé.

Aujourd'hui ils assurent la logistique d'une opération à laquelle ils ne participeront pas, sauf quelques coups de canons vers la fin de la bataille.Mais ils ont donné les ordres distribuant le commandement entre Puisaye chargé du commandement des troupes et d'Hervilly commandant des troupes en mer ! La confiance ne régnait pas entre  les deux hommes et l'Agence Royaliste de Paris (étonnant, non? sous la Convention et comportant deux conventionnels !) excitait la zizanie. Finalement, ils se partagèrent le commandement: les Emigrés à D'Hervilly et celui des Chouans à Puisaye.

Ce manque d'unité persistera même pour la célébration de la messe ; les nobles dans l'église Saint Cornely de Carnac, les Chouans dans la lande de Carnac (où se dresse un calvaire maintenant) où la messe fut célébrée par Monseigneur Urbain de Hercé, ancien évêque de Dol, sur un garde-manger sur pied, qui appartient à une famille qui le montre parfois.

Il y a deux cent quinze ans, malgré ces anicroches, l'espoir règne, à défaut de l'entente.

A Carnac, sur la plage de Légénèse, le débarquement est engagé sous la protection des Chouans de Vincent de Tinténiac, de Georges Cadoudal, de Sol de Grisolles................

 


Partager cet article

Repost 0

18 juin, dans le massacre, un Français sauve

Publié le par culture

 

Tarbes-Larrey-3.JPG 250px-Anne-Louis_Girodet-Trioson_005.jpg

 Sur ce champ de bataille, de massacre, de Waterloo, un homme, chirurgien de son état, court avec ses aides d'un corps à un autre pour sauver le plus grand nombre de blessés.

Dominique Larrey, natif de Baudéan (près de Tarbes) dans les Hautes Pyrénées, compense, par sa science médicale et son désir de sauver les souffrants,les théories criminelles du natif de Tarbes, Bertrand Barère, conventionnel de son état, théoricien des lois barbares et assassines de la Révolution, mort dans son lit. Il est Le vrai responsable des Colonnes Infernales de Turreau, l'inspirateur de la folie criminelle des Carrier, Fouché, Le Bon et autres Courbis, zélés applicateurs de ses discours scélérats.

A Waterloo, en cette fin de 18 juin, Dominique Larrey a été fait prisonnier par les Prussiens - que Napoléon avait crus battus - qui le prennent pour l'Empereur. Ils ne savaient que faire de leur précieuse capture jusqu'à ce qu'il fut reconnu que le prisonnier n'était pas Napoléon ; alors leur désappointement et leur indignation furent tels qu'il fut condamné à être fusillé, et il était décidé qu'on lui banderait les yeux avec un emplâtre agglutinant.Mais ayant été heureusement reconnu par un chirurgien prussien il fut comblé d'égards.(D'après The London and Edimburgh journal for medical science février 1842 SHD Vincennes avril 2010)

(La légende dit que ce fut Blücher qui le sauva car il avait guéri son fils.)

Pendant que Dominique Larrey était à Waterloo, à 800 Km de là, Louis de Sol de Grisolles montait des opérations contre les troupes impériales dans le Morbihan, et les Vendéens dans leur département.Les 100 mille hommes mobilisés manqueront à Napoléon pour faire la différence avec les coalisés.

Un an auparavant, les deux hommes s'étaient rencontrés à Paris, le 20 juin 1814 alors que Joseph Cadoudal (sans particule en 1814), Charles d'Hozier et lui venaient prendre possession du squelette de Georges Cadoudal. En effet, après son exécution, le chirurgien, inspecteur du Service de santé des Armées, avait pris le squelette de Georges afin de l'utiliser pour ses cours à l'Hôtel Dieu.D'après Billard de Vaux cette "récupération" se fit contre espèces sonnantes et trébuchantes.

Il est certain qu'il n'a pas remis le crâne car celui qui repose à Kerléano n'est pas celui de Georges ; cela a été démontré en 1992 (Ouest France du 4 décembre 1992) et fera l'objet d'un autre article, autour de cet épisode, sur ce Blog.

Le 25 juin 1814, une messe de Requiem fut chantée en l'église Saint Paul-Saint Louis à Paris en présence des restes de Georges, dans un coffret.

On doit donc à Dominique Larrey, qui a passé sa vie à sauver les vivants, d'avoir sauvé de la mort du cimetière les ossements du grand Chef Chouan.

Partager cet article

Repost 0

18 JUIN La France a perdu une Bataille...et la Guerre

Publié le par culture

La France, Non mais L'Empire, lui,  a bien perdu la  bataille et la guerre.Ces guerres qui sans discontinuer duraient depuis 1792. Waterloo signe la chute de l'Empereur Nicolas dit Napoléon 1(Napo léonin) qui se prenait pour un lion invincible. Waterloo: Sept Mille morts et 18 mille blessés.Le petit caporal a saigné la France qui avait déjà été saignée par les guerres de la Révolution et du Consulat. 

La devise de la République, république Directoriale, Consulaire, Impériale -Liberté Egalité Fraternité- devise généreuse qu'il fallait propager aux quatre coins de la France puis de l'Europe, a causé la mort de plus de quatre millions de citoyens français.

Louis de Frotté et ses compagnons assassinés, le Duc d'Enghien assassiné, Cadoudal et ses 11 compagnons assassinés sont enfin vengés.Que de victimes immolées sur l'autel de la paranoïa.Pas fou, il quittera le champ de Bataille avant la curée.Il terminera sa vie sur l'île de Sainte Hélène où les Anglais, depuis déjà 1803 avaient le projet de l'interner.S'ils l'avaient fait avant, que de vies sauvées, pour le Présent et l'Avenir !

              800px-Andrieux - La bataille de Waterloo

                          

La France va enfin respirer ; pas rancunière elle va honorer sa mémoire en publiant des milliers de documents, livres, films.Il aura des obsèques nationales, un caveau luxueux, alors que l'on retrouve encore des restes de ses glorieux soldats morts dans des conditions abominables, de froid, de faim, la boue et la souffrance, dans des charniers, là-bas, à l'Est.

Partager cet article

Repost 0

Charme 12 Germinal - Rhubarbe 11 Floréal an II

Publié le par culture

Cette période correspond au mois d'avril (vieux style) 1794. Un mois sanglant de plus ! Mais là, les victimes concernées sont les membres de la Convention, prototype politique de ce qui sera connu 140 ans plus tard sous le nom de purges staliniennes.

 

danton                                                        desmoulins                                           fabre

 Danton,Camille Desmoulins (5 avril), Fabre d'Eglantine, l'inénarrable créateur du calendrier républicain mais aussi d'"Il pleut bergère" (le jour, 5 avril, où il avait mis à l'honneur la laitue), mais aussi Hérault de Séchelles, l'assassin Westerman, Beysser, Chaumette, Lucile Desmoulins (13 avril), l'évêque constitutionnel de Paris Gobel, la veuve depuis le 24 mars précédent d'Hébert, et une soixantaine d'autres individus victimes des aléas de la Révolution vorace.

La connaissance de la vie mouvementée de l'abbé Pierre Grayo de Kêravenan (né à Questembert, Morbihan en 1763) nous apprend un surprenant détail sur Danton. Son épouse décédée alors qu'il est en mission loin du foyer, l'amène à vouloir épouser Louise Gély qui s'est occupée d'elle. Mais Louise veut un mariage religieux, avec confession et communion, devant un vrai prêtre. Et c'est ainsi que nuitamment, l'abbé de Kêravenan   (qui s'estimait pourtant bien caché) recevra le terrible Danton pour le confesser - ça a dû durer un moment -et le 17 juin 1793 l'unira religieusement et en cachette à Louise Gély.Peut-être est-ce à partir de ce moment que Danton, le terrible organisateur des Massacres de Septembre 1792, va se révéler écoeuré par tous ces massacres et va demander la fin de La Terreur. Il en perdra la tête.Arrêté le 31 mars 1794 il est emprisonné à La Conciergerie où il prononce ces mots:"C'est à pareil jour que j'ai fait instituer le Tribunal Révolutionnaire ; j'en demande pardon à Dieu et aux hommes".Le 5 avril, date fatale pour l'ancien tribun, celui-ci remarquera dans la foule, vêtu d'une carmagnole, le prêtre qui l'a confessé et l'a marié et qui lui accordera, comme s'il remettait son couvre-chef, l'ultime absolution. Evoquant ce jour, la mère de Louise confiera :"Ah! je suis au moins bien tranquille sur le sort de notre pauvre Danton".

Mais le 22 avril le défenseur du Roi sera guillotiné. Monsieur de Malesherbes sera accompagné dans la mort par son gendre Le Peletier de Rosanbo, son autre gendre (frère de François-René de Chateaubriand) son épouse et leur fille Aline ainsi que deux secrétaires.On doit à monsieur de Malesherbes d'avoir assuré la défense de Louis XVI qui l'avait prévenu:"Votre sacrifice est d'autant plus généreux que vous exposerez votre vie et que vous ne sauverez pas la mienne".Trébuchant sur une pierre avant de monter dans la charrette fatale, il aura ce mot:"Voilà, dit-il, un mauvais présage ; à ma place un romain serait rentré chez lui".

Il avait 73 ans.Quelle superbe courage, quelle classe !

Son siège à l'Académie Française est actuellement occupé par le professeur François Jacob

Le 16 avril, deux prêtres de Saint Mars du Désert en Loire Atlantique, l'abbé François Douge et l'abbé Denis Henry furent guillotinés place du Bouffay à Nantes.

Partager cet article

Repost 0

ASSEMBLEE GENERALE DU SOUVENIR CHOUAN DE BRETAGNE

Publié le par culture

IMG 2194 edited1800-2010

Pour le deux cent dixième anniversaire de la Bataille du Pont du Loc'h et le dixième anniversaire de l'érection de la stèle (dite Le Caillou) commémorant  cet évènement chouan, l'Assemblée Générale se tiendra à Grand Champ, dans le Morbihan. Cette ville est située à 18 kilomètres au nord de Vannes.

 

 

 

 


Le programme prévu est le suivant:

10 H 30, Rendez-vous au château de Penhoët pour l'Assemblée ; rapport moral du président, rapport financier, questions diverses, vente des timbres commémoratifs.

12 H        Apéritif près de la stèle au Pont du Loc'h et descriptif de cette Bataille qui reste toujours, dans certains ouvrages malfaisants, comme une défaite chouanne, alors que l'on a jamais vu un vainqueur abandonnant en toute hâte le terrain conquis et un vaincu rester maître du terrain !

13 H          Déjeuner dans l'Orangerie du château de Penhoët

14 H 30     Départ pour une balade commentée sur les sites de la Bataille.

17 H          Cidre de l'amitié chouanne et retour à la maison.

Le déjeuner, savoureux, prévoit la dégustation d'un cochon de lait - c'est encore autorisé -, il faut pour cela une réponse rapide pour le nombre définitif de convives.Vous pouvez vous inscrire en entrant dans commentaire, en dessous de cette article.

Partager cet article

Repost 0

ENGUERRAND, BAUDOUIN, quel beau mois d'avril !

Publié le par culture

Deux petits hommes portant chacun un grand prénom ; Enguerrand, qui fut un saint évêque de Metz et chapelain de Charlemagne, signifierait: guerrier, messager ; Saint Michel et Saint Gabriel réunis ! Mais c'est aussi le prénom des Sires de Coucy à la fière devise:" Roi ne suis, Prince ne daigne, Ni Duc ni Comte aussi, je suis le Sire de Coucy".

Baudouin fut le prénom du roi, très estimé, de la Belgique pendant 42 ans, mais aussi le prénom d'une lignée de rois de Jérusalem et il est certain que les Enguerrand et les Baudouin se rencontrèrent lors des diverses croisades.

Baudouin est né à Epinal, son papa est officier, Enguerrand est né à Tarbes, son papa est officier. Le point central entre Tarbes et Epinal est Le Puy en Velay où fut prêchée la première Croisade en 1095. Peut-être que dans vingt ans (âge approximatif des Croisés) ils seront réunis en la basilique du Puy en Velay pour la Reconquista ?

Ils sont les deux nouveaux petits Chouans du Souvenir Chouan de Bretagne qui adresse tous ses voeux de belle vie à ces petits garçons, ses vives félicitations aux heureux parents et ses chaleureux compliments aux grands-parents Chouans.

Partager cet article

Repost 0

Gesté (49), Cordelier, Crouzat....Le Retour....

Publié le par culture

 

Connaître le Passé

Le 31 janvier 1794  le général républicain Crouzat (né à Béziers où une rue porte son nom, près de la cathédrale !) se porte sur Gesté dans le Maine Loire. Il est arrêté le 1 février par les troupes de Stofflet et subit une cuisante défaite. Il se vengera sur les bourgs des environs en les détruisant, ainsi que leurs habitants.

Après réorganisation des deux Colonnes Infernales, le général Cordelier attaque Gesté le 5 février, massacre les habitants (trois cents fusillés au château du Plessis) et les autres sur place, met le feu au bourg et à l’église.

Le 20 mars, Cordelier de retour à Gesté termine la destruction et réalise celle du bourg voisin de Tillières.

4 avril retour de Crouzat "..étonné que des colonnes soient passées par là des dizaines de fois et qu’il reste encore à brûler et à tuer.. !" Le 5 avril, à Clisson (Loire-Atlantique) il crée un système de grill pour récupérer la graisse des femmes assassinées. Les estimations les plus basses annoncent au moins 2 mille habitants et résistants tués à Gesté et en bordure. Des Gestois furent tués lors de la Bataille du Mans le 18 décembre 1793 dont un nommé Chiron ; un de ses descendants est organiste à l’église Saint Clément de Nantes ; il faut noter que cette église a eu comme desservant au début du 19 ème siècle l’abbé Panheleux, aumônier du chef Chouan Sol de Grisolles !

C’est mieux vivre le Présent

           geste-pour-scb-2025.JPG"Replâtrée" en 1800, il faut reconstruire l’édifice,les habitants ont besoin de leur église, et après de nombreuses vicissitudes, en 1865, les portes sont ouvertes aux cérémonies après consécration par…..l’évêque du Mans ! De style néo-gothique, c’est l’église que nous voyons sur cette photo. Comme elle a été construite avant 1905, son entretien relève de la Municipalité, qui n’a pas assuré sa tâche, ces dernières années.

Un peu de crépis qui tombe, des vitraux qui cassent, de la végétation qui envahit les chenaux, du zinc qui se perfore, des gouttières qui laissent passer l’eau dans le tuffeau, une municipalité qui décide, au nom du sacro-saint danger pour la population, la démolition -pardon la déconstruction- et voilà une église en danger. Crouzat est de retour, avec des méthodes plus "soft" ! Comme beaucoup d’églises reconstruites après Guerres (de la Révolution) elle est de style néo-gothique, et le maire de Gesté peut écrire que cette église n’ a aucun style, ce qui justifie sa démolition. Avec un tel raisonnement comment se fait-il que le roman n’ait pas détruit le pré-roman qui aurait détruit le mérovingien, lequel roman aurait été détruit par le Gothique qui se serait détruit à chacune de ses évolutions, pour être effacé par le Baroque, et enfin "coffré" par le béton de Le Corbusier ? Stupide raisonnement. Heureusement une courageuse association s’est levée pour défendre son église face à une mairie qui veut réaliser son projet et un épiscopat silencieux. Ah ! s’il s’était agit d’une mosquée, le clergé se serait levé ! On oublie trop souvent qu’une église a une âme, celle de l'Esprit de Dieu et celle des fidèles défunts et vivants qui s’y retrouvent. C’est la différence par rapport à la salle de spectacle où actuellement est dite la Messe.

Quand à préparer l'Avenir...????

geste-pour-scb-2344_edited.JPGVoilà le projet défendu par la mairie. Une construction hybride entre le hall de gare et une tour d’entraînement pour alpiniste.Pourquoi pas ? Et pourquoi pas un clocher base de départ pour la piste de Roller ? Cette colonne tronquée qui fait penser à un symbole maçonnique,  accolée à un clocher dont la symbolique est celle des mains jointes de la prière est une sottise     religieuse. L’aménagement intérieur est celui d’un cirque, l’autel, lieu du Sacrifice de la Messe est au centre de l’hémicycle. Rien à voir avec la réalisation de l’architecte du XIX ème. Par contre si ce projet, Hélas !, devait aboutir, la mairie pourrait alors entamer un vaste projet de reconstruction du centre-bourg , avec ses H.L.M. et ses pavillons individuels qui prendraient la place des rares vieilles maisons subsistant du XVII ème siècle, permettant à quelques uns de profiter, au sens vrai du profit, et accomplissant ce vœu d’Alphonse Allais, humoriste du XIX ème " des villes à la campagne" !

C’était bien la peine que dans l’Ouest, il y a deux cent seize ans, les habitants aillent se faire trouer la peau pour Dieu, leur famille, leur pays, leurs villages !      

Ci-dessous les liens de la défense de l'église

 

www.eglisedegeste.fr/

amndurand@ornage.fr

 

 

Partager cet article

Repost 0

De la représentativité démocratique ???

Publié le par culture

  Liberté ou MortConnaître le passé.....

 Un bon conducteur dirige son véhicule en ayant toujours un regard sur le rétroviseur afin de réagir en fonction de ce qui se passe devant lui tout en étant vigilant sur ce qui vient de l'arrière.Et lorsqu'il fait une marche arrière c'est toujours en surveillant la partie avant de son véhicule afin de garder une bonne trajectoire. N'est-ce pas ?

Déjà développé dans La Lettre du Souvenir Chouan de Bretagne de mars 2009, il peut-être intéressant de revenir sur le mode des élections dites démocratiques et respectueuses de la volonté du peuple à l'occasion de l'actualité.

Revenons une bonne fois sur la création de l'anarchie qui devait déboucher sur La Révolution.

Louis XVI a convoqué les Etats Généraux pour traiter de la crise financière due aux dettes de l'Etat. Une grande part de cette dette provient du soutien aux "Insurgents" qui créeront les Etats-Unis d'Amérique.Cette dépense est énorme (près d'un milliard de livres-le château de Versailles a coûté 90 millions de Livres, à peu près 250 millions d'€ ou 1 milliard et demi de francs) et a représenté bien plus que l'aide apportée par les Etats-Unis à La France en 1917. C'est son ministre Necker, protestant suisse peut-être franc-maçon, ayant bâti sa fortune en spéculant sur les effets du Trésor Royal et sur les blés tout en prêtant au Trésor Royal, qui va, lors de cette convocation des Etats-Généraux, en modifier la qualité consultative pour en faire, lors du Serment de Jeu de Paume, une assemblée constituante, laquelle va définir les "nouvelles règles du jeu" :

-Le premier cercle d'électeurs doit avoir plus de 25 ans

-Etre domicilié sur son lieu de vote

-Ne pas être domestique ni journalier

-Justifier du paiement d'une contribution directe au moins égale à 3 jours de salaire.

-Les femmes ne votent pas (pouvant être influencées par leur mari).

Sur 28 millions d'habitants, 14 millions avaient plus de 25 ans, 7 millions sont des hommes

mais seulement 4 millions et demi sont citoyens électeurs.Le manque d'engouement pour la choses électorale baisse ce nombre à 630 mille électeurs dont la moitié peut élire ; ainsi 315 mille personnes - moins de 9% de la population - soit 4% de la population active, vont envoyer à la Constituante 759 députés dont 247 francs-maçons ! (Texte affiché à la porte du Grand Palais à Paris lors de l'exposition consacrée à Marie-Antoinette).

Les pressions faites sur les tièdes et les monarchistes les empêcheront de siéger ; le Roi sera condamné à mort par 361 députés (sur 759) soit 47% des députés soit 1,14% des électeurs (315 mille) soit 0,008 pour cent des 4.500.000 citoyens électeurs !!!!

Le Roi de France a donc été condamné à mort par 0,001,2% de la population.

Sont-ce là les valeurs de la République ?

C'est mieux vivre le Présent ....

Les dernières élections ont apporté un mieux: S'il y a eu près de 50% d'abstention dans un vote populaire et des résultats revendiqués comme brillants par les "heureux" élus, en ramenant les chiffres nets à leur nombre brut et si l'on tient compte du fait qu'au moins 10 % des habitants ne sont pas inscrits sur les listes électorales, les résultats sont moins glorieux car ceux qui revendiquent des scores supérieurs à 50 % ne représentent que 20 à 22% de la population et beaucoup moins glorieux si l'on ramène les résultats à chaque parti représenté dans les coalitions de listes dont les leaders, avant de se raccomoder pour les bonnes places, ont passé leur temps à se maudire et à s'exécrer!

Préparer l'Avenir ?????

Partager cet article

Repost 0

Scimus Christum surrexisse a mortuis vere !

Publié le par culture

doc-1 2272 editedOui, nous le savons le Christ est vraiment ressuscité des morts.

Cette phrase est extraite de la Séquence du Dimanche de la Résurrection chantée durant l'Octave de Pâques

Le grand rabbin de Paris, dans une déclaration il y a quelques mois, disait à propos de Jésus-Christ:" Pour les Juifs, il n'y a pas de contradictions formelles avec son enseignement jusqu'à sa mort ; ce qui pose problème ce sont les trois jours après".

Cette croix frappée par la neige, photographiée en bord de route au Temple, en Loire Atlantique, résume la foi des catholiques avec l'image de cet instrument de mort marqué par la Lumière de la Résurrection. Et c'est cette Foi, prêchée et propagée par les missionnaires prédicateurs, tels Louis-Marie Grignon de Montfort dans l'Ouest, entretenue par les prêtres fidèles au Souverain Pontife qui iront pour la plupart, comme les religieuses et les religieux jusqu'au sacrifice de leur vie, jusqu'à tout perdre ; c'est cette Foi enracinée au coeur des plus humbles qui entraînera la révolte contre un système politique intrinsèquement anti-catholique ; car faut-il le rappeler, l'exécution de Louis XVI n'a entraîné aucun soulèvement.

La conscription des 300.000 s'ajoutant aux nouvelles décisions de "chasse au clergé" mettront le "feu au poudre". Mais déjà il y avait eu des prémices dans la région nîmoise avec les assassinats des catholiques par les protestants dès le 15 juin 1790 (600 victimes), à Vannes le 13 février 1791 où deux mille personnes parties pour défendre l'évêque Monseigneur Amelot furent stoppées à Theix par le clergé qui voulait calmer le jeu ; et puis ce soulèvement de trois mille personnes à Yssingeaux dans la Haute-Loire, le dimanche de Pâques 1792, arrêtées par l'armée à l'entrée du Puy en Velay alors qu'elles allaient réclamer un bon prêtre!

Et certains osent dire encore que ce sont les "curés" et les "nantis" qui ont fomenté les soulèvements ! Non, c'est le peuple et au nom de Dieu.

Cela était connaître le Passé.

Bonnes et Saintes Fêtes de Pâques à tous et bonne octave pascale.


Partager cet article

Repost 0

<< < 10 20 30 40 50 60 70 80 81 82 83 > >>