MONSEIGNEUR RAYMOND CENTENE, Evêque Chouan...

Publié le par culture

Dimanche après-midi, en la cathédrale de Vannes, Monseigneur Raymond Centène a ordonné un diacre et deux prêtres. Une belle homélie bien sentie, comme à l'habitude de cet évêque qui n'a pas sa mitre dans sa poche. Son texte portait, entr'autres, sur la prière et l'absence de phénomène sociologique dans le catholicisme. L'insistance de l'évêque de Vannes sur le rôle de la prière dans la vie du Fils de Dieu amenait à réfléchir à son rôle dans dans toute prise de décision pour tous, y compris les prêtres, prêtres non pour un instant de vie sur terre mais pour l'Eternité. Le Morbihan a la chance d'avoir un évêque parlant clair, non seulement dans le domaine de la religion mais aussi dans le domaine de la vie.

Lors des dernières Rogations il n'a pas hésité à rappeler:"Depuis le 5ème siècle, l’Eglise a pris l’habitude de consacrer tous les ans trois jours consécutifs au jeûne et à la prière pour les fruits de la terre. C’est une manière pour nous de reconnaître la Seigneurie de Dieu sur la Création et de dire qu’elle est dans cette création la juste place de l’homme. La liturgie est une catéchèse, la liturgie est une école de vie. Aujourd’hui, elle nous rappelle que Dieu est le Maître de la création parce qu’il en est l’auteur et parce que par sa Providence il en assure l’ordre et le maintien". "L’homme n’est que le gérant de la création et il n’y trouve sa place de façon harmonieuse que dans le respect des lois de la nature. La liberté de l’homme trouve sa juste place dans l’espace aménagé par le respect de ces lois".
"L’homme n’est pas au-dessus de la nature, il ne peut en modifier les règles. Il est un des éléments d’un ordonnancement qui le dépasse et si Dieu lui a confié la gérance de la création c’est pour qu’il la gouverne dans le respect des règles établies par le Créateur. Son intelligence lui permet de découvrir ces règles. La raison éclairée par la foi lui permet de connaître ces règles pour en tirer le meilleur parti"..."Ceux qui vivent au contact de la terre le savent. La terre nous enseigne…la terre ne ment pas".Ce qui est vrai pour la nature extérieure à l’homme est vrai aussi pour l’homme lui-même, pour la nature humaine. Lorsque les lois humaines prétendent s’affranchir de la loi naturelle, alors c’est le règne de l’arbitraire qui commence, avec tout ce que cela comporte d’injustice, d’iniquité, de chaos !"
"L’homme est créé à l’image de Dieu et il trouve son bonheur quand il cultive la ressemblance avec son divin modèle. Quand il prétend se faire l’égal de Dieu et dicter ses propres lois, c’est une tragédie qui commence. La Bible nous rappelle quelques-unes de ces tragédies : le péché originel, Sodome et Gomorrhe, la Tour de Babel. Et le démon est toujours prêt à nous suggérer de nouvelles aventures qui nous conduiront vers de nouvelles tragédies
".

Et lors des Journées Paysannes de 2010, ces fortes paroles :"Tout ce qui constitue l’identité des hommes, tout ce qui leur permet de se connaître, donc de s’aimer et ainsi d’aimer Dieu et leur prochain, est mis à mal par l’avancée d’une culture de mort, une anti-culture échafaudant une véritable structure de péché qui annihile les consciences par la banalisation de comportements d’autodestruction humaine : Avortement, euthanasie, anéantissement de la famille, cellule de base de toute société saine, lecture partiale de l’histoire et des sciences humaines dans l’enseignement, effondrement du niveau d’exigence des savoirs, haine de la patrie d’un monde hanté par le complexe d’Œdipe, autoculpabilisation permanente de notre histoire"..."Ce déracinement, accentué par l’extrême mobilité actuelle et une idéologie mondialiste qui tend à vouloir faire disparaître toute culture particulière, ne peut qu’engendrer la crise d’identité sans précédent que l’on connaît et donc la crise sociale. Ne nous y trompons pas, cette entreprise de démolition de la vie et de la famille est une entreprise de démolition du principe de transmission en général, du principe de filiation en particulier et la paysannerie, état de vie stable dans un attachement profond à la terre, don de Dieu fait aux hommes pour en être les intendants fidèles et non les tyrans cupides et jaloux, est particulièrement visée"..."Je remarque que les « journées paysannes » ne s’appellent pas « journées agricoles ». Si les paysans sont en effet des agriculteurs, ils cultivent leur champ, ils sont bien plus que cela"..."Soyez bien conscients, frères et sœurs, que vous êtes aujourd’hui une partie de l’âme de l’humanité et que c’est précisément pour cette raison que l’on veut la mort non pas de l’agriculture – il faut bien se nourrir – mais de la paysannerie qui, vivant quotidiennement au rythme de la création, y voit l’œuvre du Créateur"."Soyons donc bien convaincus que si le monde estime que nous ne sommes pas des hommes d’avenir, c’est précisément parce que nous sommes des hommes de l’éternité".

Des paroles bien senties, prononcées par un évêque qui n'a pas oublié ses origines terriennes - il est fils de viticulteurs -, le bon sens - qui n'est pas qu'un argument de banque - ,et qu'il était un très bon cavalier, même en soutane !

MONSEIGNEUR RAYMOND CENTENE, Evêque Chouan...

Commenter cet article

washington dc segway tours 19/09/2014 14:20

The Holy Bible reminds us about the tragedies like original sin Sodom and Gomorrah the Tower of Babel. So I do agree with the speech of Bishop Raymond. We should try to follow the path of Jesus in our life.

de La Robertie 29/10/2013 21:33

Bravo