Français ! vous connaissez vos ennemis, levez-vous ! Marchez !

Publié le par culture

C'est un des passages du texte écrit sur un papier plié en quatre et trouvé dans une des poches de Charlotte Corday. En deux cent vingt ans cette phrase n'a pas pris une ride.

Marie-Anne Charlotte de Corday d'Armont, en ce 13 juillet 1793, vient d'accomplir une oeuvre de salubrité public: l'exécution du fou furieux Marat.

 

Français ! vous connaissez vos ennemis, levez-vous ! Marchez ! .../...Ô France ! ton repos dépend de l'exécution des lois ; je n'y porte pas atteinte en tuant Marat : condamné par l'univers, il est hors la loi.../...

« Ô ma patrie ! Tes infortunes déchirent mon cœur ; je ne puis t'offrir que ma vie ! et je rends grâce au ciel de la liberté que j'ai d'en disposer ; personne ne perdra par ma mort.../... Je veux que mon dernier soupir soit utile à mes concitoyens, que ma tête portée dans Paris soit un signe de ralliement pour tous les amis des lois ! que la Montagne chancelante voie sa perte écrite avec mon sang ! que je sois leur dernière victime, et que l'univers vengé déclare que j'ai bien mérité de l'humanité ! Au reste, si l'on voyait ma conduite d'un autre œil, je m'en inquiète peu : Qu'à l'univers surpris cette grande action, soit un objet d'horreur ou d'admiration Mon esprit, peu jaloux de vivre en la mémoire, ne considère point le reproche ou la gloire. Toujours indépendante et toujours citoyen, Mon devoir me suffit, tout le reste n'est rien, Allez, ne songez plus qu'à sortir d'esclavage !...

« Mes parents et mes amis ne doivent point être inquiétés, personne ne savait mes projets. Je joins mon extrait de baptême à cette adresse, pour montrer ce que peut être la plus faible main conduite par un entier dévouement. Si je ne réussis pas dans mon entreprise, Français ! Je vous ai montré le chemin, vous connaissez vos ennemis; levez-vous ! Marchez ! Frappez ! »

 

 

Français ! vous connaissez vos ennemis, levez-vous ! Marchez !

Cette courageuse jeune-fille  née le 27 juillet 1768. près de Vimoutiers, dans l'Orne, au sein de la verte Normandie, fêterait bientôt ses 25 ans. Son portrait, déposé sur un fauteuil Louis XVI trône dans le salon d'une demeure de Bretagne.Elle ignore que son geste éliminateur d'un vice du temps ne changera rien dans la folie meurtrière de la révolution. 

Commenter cet article

seo my site pro 28/08/2014 14:23

There are a lot of warriors and soldiers who have sacrificed their life of the country. Our country has failed to give them the honor they deserve. In my opinion, it is the most respectable profession, a man can achieve.