EGLISE DE GESTé, Fin ?

Publié le par culture

Le Tribunal des Référés de Nantes a statué cet après-midi.

L'Association Mémoire du Patrimoine Gestois a perdu.

Basée sur la mauvaise foi, des informations tronquées sinon fausses, la Colonne municipale du général Cordelier-Léger a gagné son délictueux combat pour mettre à bas un témoin de l'Histoire de Gesté, payé par les paroissiens au XIXèmè siècle, volé par l'Etat en 1905-1906.

Si Cordelier-Léger et son adjoint Crouzat - Remeau arrivent à leurs fins ce témoin de l'art néo-gothique du XIXème siècle disparaîtra fin août.

S'il est prévu qu'un camembert soit construit  à sa place, qui va le financer ? Les communes n'ont pas le droit de financer des édifices du culte (particulièrement catholique).

EGLISE DE GESTé, Fin ?EGLISE DE GESTé, Fin ?

Les Prédateurs :

Le maire  Cordelier-Léger et son adjoint Crouzat-Remeau, à la tête de la Colonne municipale.

EGLISE DE GESTé, Fin ?EGLISE DE GESTé, Fin ?

Il y a des maires qui laissent une image de constructeurs avisés, d'autres le goût acre de la poussière des démolisseurs. La bêtise et l'inculture sont une fois de plus au pouvoir municipal après Baron le prédécesseur qui avait déjà détruit une partie du patrimoine Gestois finissant le travail entrepris par Cordelier à la tête de ses Colonnes Infernales en février 1794.

L'obscur fonctionnaire de la SNCF laissera son nom dans l'Histoire, mais de façon peu glorieuse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article