VANDALISME FERROVIAIRE

Publié le par culture

LE 28 JUILLET DERNIER, dans un article consacré à la belle cathédrale de Nantes, nous avons lu qu'elle avait échappé de peu à la destruction, un révolutionnaire de 1796 l'aurait bien vue remplacée par une avenue allant de l'actuelle préfecture au château du Duc.

Plan-Reseau-du-Midi-copie-2.jpgCe qui n'a pu être réalisé à Nantes par les révolutionnaires l'a été à Moissac, dans le Tarn et Garonne, où, sur  la laison ferroviaire Bordeaux Sète,  ont été ouverts le 30 août 1856, les 45 kilomètres reliant Valence d'Agen à Montauban.

En effet les promoteurs de la Compagnie des Chemins de Fer du Midi, les banquiers Péreire (apparentés au banquier Pereyra qui alimenta d'argent anglais les caisses de certains conventionnels - dont Barère de Vieuzac et Marat - ; il  finira sous la lame du "rasoir national"), qui avaient un peu oublié leur religion juive et étaient devenus de fervents adeptes de Saint-Simon prônant la disparition des religions et de ses témoignages, décidaient ni plus ni moins de faire passer leurs locomotives à travers le cloître du XII ème siècle, ce qui aurait annihilé une merveille de l'art roman. Il fallut toute la fougue de Prosper Mérimée pour sauver in extremis cette splendeur du passé. Il est quand même ahurissant d'imaginer que des individus, par seul goût du lucre, aient pu envisager de détruire une telle oeuvre d'art !

 

Montages3-2.jpgMalgré tout, plutôt que de trouver un autre itinéraire ils firent raser une partie des logements conventuels dont le réfectoire. Les trains, et les TGV maintenant, frôlent ainsi la partie nord du cloître, risquant d'ébranler ses fondations. Pour les ingénieurs traçant les plans  pour la compagnie du chemin de fer, l'abbaye et les bâtiments conventuels n'étaient jamais qu'un tas de vieilles pierres encombrantes compliquant leur travail.

Juillet Aout 2011 045

Juillet-Aout-2011-001.jpg

Dans leur haine ou leur besoin de destruction, les révolutionnaires incultes, à moins que ce ne soit les protestants deux cents ans plus tôt, ont martelé les figures humaines ornant chaque scène de l'Ancien et Nouveau Testament présente sur les 76 chapiteaux coiffant les colonnes. Et Saint Pierre a eu droit au même traitement ; mais ces iconoclastes ignoraient sans doute qu'il avait été crucifié la tête en bas. Alors les pieds ont été scrupuleusement martelés, avant que, relevant leur sottise, ils ne s'attaquent à la tête du Chef des Apôtres. Ce détail est relevé par l'excellent guide qui commente remarquablement chaque lieu de ce superbe monument qui a subi tous les outrages, des barbares, des protestants, des révolutionnaires, des cavaliers de l'Empire dont les sabots des chevaux ont détruit les carrelages, avant que l'ancêtre de la SNCF ne réduise à l'état de décombres les grands bâtiments conventuels.
C'est presque un miracle qu'il reste encore l'abbatiale et le cloître.
IMGP0328.jpg
Juillet-Aout-2011-026.jpg
signaler aussi cette très belle "Fuite en Egypte" du XV ème siècle et cette remarquable mise au tombeau :
Juillet-Aout-2011-032.jpg
Vous pouvez aussi regarder le petit film ci-dessous, très bien fait.

Commenter cet article

Pasquier Dominique 14/09/2011 09:07


Je signale simplement que Moissac se trouve dans le Tarn et Garonne!!!!


culture 14/09/2011 12:38



Exact ! merci pour ce rappel à l'exactitude. J'avais noté ce détail lors de la relecture du texte avant l'envoie mais je suis passé à autre chose entre temps.