SUITE DE NOTRE SERIE "LES MENSONGES" : MÛRS ERIGNE

Publié le par culture

Ponts-de-Ce--8-.JPGMÛRS-ERIGNE  est situé à côté des Ponts de Cé dans le Maine et Loire, à proximité d'Angers, sur les bords du Louet, un bras de la Loire.

Là est ERIGé un monument à la gloire d'un des mensonges de la Révolution.

Un de plus direz-vous ? Oui mais ce monument au mensonge, entouré de grilles, supporte sur un piédestal de pierre une colonne de fonte,  surmontée d'une Mariâne, protégée par quatre lions stoïques devant l'opprobre que l'on fait subir à leur dignité de rois des animaux, eux rabattus au rôle de valets d'une supercherie, eux, représentants de la race noble des guerriers ramenés au rang de gardiens de la mémoire de fuyards apeurés.

Que s'est-il donc passé en ce lieu le 26 juillet 1793 ?

Ponts-de-Ce--3-.JPGLisons les textes présents sur ce lieu: De fiers soldats, prédécesseurs du colonel Régnier inventeur du parachute, se jettent du haut de la falaise pour mourir plutôt que de se rendre aux infâmes vendéens qui les cernent ; c'est héroïque mais parfaitement stupide. Ou alors ils avaient des choses à se reprocher dans leur campagne précédente ?

Même le restaurateur local s'y "entre"met pour nous servir entre deux plats à sa façon:

 Erigée en 1889, la colonne, surmontée de la République gardée par des lions, commémore le massacre en cet endroit par l'armée catholique et royale, le 26 juillet 1793, de 600 à 800 soldats républicains. Ces volontaires, qui avaient répondu à l'appel de la patrie en danger, furent précipités du haut de la Roche de Mûrs dans le Louet qui coule en contrebas.

Restaurant l'Antrevue, Mûrs Erigné.

Si ce restaurant est aussi vigilant sur ses plats que sur l'histoire, il peut être bénéfique d'aller déjeuner ou dîner ailleurs!

Il s'agit de la roche du haut de laquelle ont été précipités les Républicains le 26 juillet 1793.C'est en somme le lieu d'un événement tragique : le massacre des patriotes français de l'An Un de la République.(site philatélique La Flamme).

Là, on a peut être la Flamme philatélique mais pas philhistorique. A force de lécher le dos des timbres, on y a perdu le goût de la vérité !

Que s'est-il donc passé à Mûrs Erigné, ce 26 juillet 1793 ?

Sans aucun doute un épisode peu glorieux et enjolivé pour les besoins de la cause par monsieur Janvrot, conseiller à la Cour d'Appel d'Angers en 1889, avec le soutien de la ville de Paris.

Les faits: Sous la pression des Vendéens commandés par d'Autichamps, les Bleus du 8 ème bataillon de Paris, sous les ordres du lieutenant-colonel (et non capitaine) Claude-François Bourgeois, coincés à cet endroit, essaient d'échapper à leurs attaquants en descendant les escarpements de cette butte haute d'une quarantaine de mètres. Certains chutent, la majorité arrive à s'échapper et à traverser le Louet pour se reconstituer en troupe guerroyante. Ce bataillon n'était pas très bien noté puisque  deux jours auparavant il avait refusé de marcher ainsi que l'ont noté les autorités révolutionnaires  et il a préféré fuir plutôt que d'engager le combat (SHD Vincennes).

 A ce sujet, les rapports républicains abondent et sont unanimes : « Les lâches Parisiens qui défendaient la butte d’Erigné l’ont abandonnée sans faire la moindre résistance », « Le poste important des Ponts-de-Cé a été honteusement abandonné par des hommes qui n’ont eu de courage que pour fuir », « Le 8e Bataillon, dit des Lombards, a fui lâchement et s’est jeté dans le bras de la Loire qui est derrière lui », « La lâcheté a été cause de la prise des Ponts-de-Cé par les rebelles. Les bataillons parisiens poussent la perfidie jusqu’à faire rétrograder les citoyens qui y viennent réparer nos désastres. »

Au soir du 26 juillet, le bataillon comptait 88 morts (la plupart ont péri noyé), 40 blessés et 155 prisonniers (dossier au SHD de Vincennes).

Au soir du 26 juillet, très mécontents, les administrateurs du département de Maine-et-Loire écrivent au général Gauvillier, commandant de la garde nationale du département, que "l'ennemi s'est présenté aux Ponts-de-Cez et les lâches Parisiens qui défendaient la Redoute d'Erigné l'ont abandonnée sans faire la moindre résistance...Ils ont eu la bassesse d'âme de répondre qu'ils n'étaient pas venus pour se battre"

On retrouvera le lieutenant-colonel Bourgeois général de Brigade en 1811, il fera Waterloo avec le succès que nous connaissons, Louis XVIII, le roi pas rancunier, le fera chevalier de Saint Louis.

Ayant sauté tous les obstacles, il mourra dans son lit à l'âge de 62 ans.

 Pas mal pour un suicidé de Mûrs Erigné !!!!!

Ponts-de-Ce--10-.JPG

Ponts de Cé (9)

 MENSONGE ARE FOREVER...FOREVER...FOREVER

(sur l'air "Diamonds are forever avec James Bond)

       MENSONGE COULé DANS LA FONTE ET ENTRETENU PAR

LE CONSEIL GENERAL

DU MAINE ET LOIRE

Comme Bara, encore une histoire belle mais Fausse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chambretaud 13/09/2012 11:05

Le problème avec ces soi-disant « mensonges » à propos de l'affaire de la Roche de Mûrs, c'est qu'ils sont fondés sur les témoignages de contemporains républicains. Les royalistes n'ont même pas eu
besoin d'inventer quoi que ce soit.

Mais bon, que peut-on faire face à cette fâcheuse habitude des admirateurs de la tyrannie d'en appeler toujours à la guillotine ?

marcolini 12/09/2012 17:38

Les royalistes tous des menteurs,toujours plus fort que les autres.vive la guillotine,et laissez la roche de murs en paix,un defenseur de l'histoire

marcolini 29/05/2013 18:32

moi qui est pour la paix dans le monde,je me demande,qui c'est servi de mon ordinateur ?rien a comprendre a bientot