SOUVENIR CATHOLIQUE EN LANGUEDOC

Publié le par culture

Photos association 2011 002Comme chaque année la réunion de l'Association Père Yves Marie Salem Carrière - Souvenir Catholique en Languedoc s'est tenue à Saussines, petite commune de l'Hérault, proche de la ville de Sommières dans le Gard.

Comme d'habitude un soleil éclatant était au rendez-vous, en ce 22 septembre, pour accueillir la centaine de participants dans ce petit bois où un monument commémoratif a été élevé il y a une vingtaine d'année. Une plaque est apposée "A la  mémoire des victimes de la révolution française tombées en haine de la Foi".

 Comme l'an dernier le nouveau président Jacques Plane, qui a succédé à l'inestimable Pierre Causse, prononça quelques paroles de bienvenue.

P9220001La messe, célébrée selon la forme extraordinaire du Rit romain, est le moment fort de cette journée où l'on fait mémoire d'une persécution qui ensanglanta la région et fit des milliers de victimes dès septembre 1790.

P9220002L'assistance écouta avec attention l'homélie donnée par le célébrant sur le thème de la persécution religieuse qui, sous des formes différentes, existe encore dans notre France: spectacles scandaleux sur la personne du Christ, plaisanteries proches de l'ignoble sur la personne du Pape par des individus à plat ventre devant l'Islam, attaques contre des lieux de culte caholiques, des cimetières etc...

L'Association offrait ensuite l'apéritif, occasion pour échanger ou acquérir de bonnes lectures comme "Vendée, du génocide au mémoricide" de Reynald Secher ou le DVD Chouanneries. Puis tout le monde partit au restaurant proche où fut servi un très agréable repas et écouter ensuite une conférence sur Nîmes sous la révolution. Enfin, en conclusion de cette belle journée, le président du Souvenir Chouan de Bretagne fit un court exposé:"Comment en est-on arrivé là" faisant un parallèle entre 1792 et l'époque actuelle. Cet exposé remporta un vif succès.

P9260011.JPG

Sur le chemin du retour, lors d'un arrêt à Nasbinals, la ville où vécut le chef "chouan" Marc-Antoine Charrier qui opéra dès octobre 1791, il est surprenant de constater l'effigie de l'emblème des Chouans sur sa maison.

Est-ce volontairement ? Est-ce par hasard ? Si c'est le hasard, alors, il fait bien les choses !!!

Nous reparlerons de Marc-Antoine Charrier, figure légendaire connue (encore) dans cette belle région de Lozère, et qui sera guillotiné le 17 juillet 1793.




 



Commenter cet article

thizy 21/10/2012 18:09

tres bien!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!