SAMEDI 16 MARS 1793 A LA ROCHE-BERNARD (56).

Publié le par culture

LA ROCHE BERNARD PORTEEmprisonnés pour la nuit dans la tour du beffroi de La Roche-Bernard, Sauveur et Le Floch du Cosquer en sont extraits le matin de ce samedi 16 mars 1793. Le Floch, âgé de 57 ans mais encore vaillant, écarte ses gardiens et tente de s'enfuir. Il est abattu par un  paysan de Béganne. On lui reproche ses persécutions contre les prêtres, la conscription, les emprisonnements arbitraires. "C'était mon devoir de le faire". Affaibli par sa blessure il s'écroule ; un voisin compatissant essaie de le sauver. Un Révolté s'approche et l'exécute d'un coup de fusil. Il meurt victime de ses convictions révolutionnaires, par la main d'un homme du peuple, lui le riche bourgeois de La Roche-Bernard qui appliquait la Révolution pour le bonheur du peuple.

Joseph Sauveur, né  à Rennes le 5 février 1766 dans un milieu bourgeois très aisé, a été élu Président du district et maire de La Roche-Bernard. Révolutionnaire zélé il a appliqué le programme révolutionnaire. Il a transformé la vieille et vénérée chapelle Notre Dame en entrepôt à fourrages, il a fait vider l'église des objets du culte et envoyé l'orfèvrerie (calices, ciboires, patènes, ostensoirs, encensoirs -tous objets offerts par la piété populaire) à la fonderie de l'Hôtel des Monnaies à Nantes. Il a activé les procès et emprisonnements des rétifs à la révolution et de deux membres de la conspiration du marquis de La Rouërie. Il a planté l'arbre de la liberté, renvoyé les maîtres et maîtresses d'école remplacés par de farouches patriotes. Il a fait venir un "curé" assermenté et chassé les réfractaires qu'il a envoyés en prison à Vannes.

Il va payer tout cela, au prix fort.

LA-ROCHE-BERNARD--2-.jpg

Extrait, donc, de sa prison les Révoltés veulent lui faire abjurer sa "religion" révolutionnaire et lui faire crier "Vive le Roi". Il s'obstine à crier "Vive la République". On lui tire dessus un coup de pistolet chargé seulement à poudre qui lui brûle et lui noircit le visage. Par la rue basse Notre-Dame on l'amène par la rue Saint James. Un notable de la ville, Thomas de Laborde, ancien juge, essaie de le sauver alors qu'il avait été persécuté par lui ; en vain. Il fut abattu de trois coups de feu. Son corps et celui de Le Floch furent enterrés dans le cimetière.
De cet épisode, il reste la croix près de laquelle il fut abattu, victime à 27 ans de son engagement dans une révolution dont il aurait certainement été étonné de voir à quoi elle réduisait les beaux idéaux en lesquels il croyait !
A moins que, du même âge que Saint Just...?

Commenter cet article