SAMEDI 15 DECEMBRE 1792...

Publié le par culture

Tronchet, François Denis,

Malesherbes

Arguant de son âge et de sa santé fragile, Target s’est finalement désisté de la défense de Louis XVI.

François Denis Tronchet se retrouvait seul devant un dossier d’une épaisseur telle que la tâche était surhumaine. Heureusement, le 14, monsieur Lamoignon de Malesherbes s’est proposé à Louis XVI. Pourtant les rapports de cet ancien ministre avaient été parfois difficiles avec le Roi de France, entraînant même son exil temporaire en province. Mais Malesherbes est au dessus de ces éventuelles basses rancœurs. Le 14, la Convention : « Décrète que Lamoignon-Malesherbes, conseil de Louis XVI, communiquera librement au Temple avec lui ».

Le 15, il y a 220 ans : « La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de  la commission des vingt et un, décrète ce qui suit : Article 1er/ Quatre commissaires, nommés par la commission des Vingt et un, et pris dans son sein, se transporteront sur le champ au Temple, remettront à Louis XVI les copies collationnées des pièces probantes de ses crimes et en dresseront procès verbal. Article 2/ Les mêmes commissaires mettront sous les yeux de Louis XVI les originaux des pièces qui ne lui ont point été présentées à la barre et constateront s’il les a reconnues ».

Le 15 : « La Conventionnationale décrète qu’elle fixera le délai dans lequel Louis XVI sera jugé ».

Le 15, toujours, décret relatif à Louis XVI : « La Conventionnationale décrète que Louis XVI sera entendu définitivement mercredi 26 du présent mois ».

Le 15, encore : « La Conventionnationale décrète que Louis XVI pourra voir ses enfants, lesquels ne pourront communiquer, jusqu’à son jugement définitif, ni avec leur mère ni avec leur tante ».

Les deux conseils de Louis XVI ont ONZE jours pour étudier un dossier construit sur des bruits et des suppositions, sans aucun recours possibles à d'éventuels témoins à décharge: ils ont tous été exécutés. Le dossier de ce procés est uniquement à charge. Le temps manque pour construire une défense détruisant les arguments avancés. De toute les façons, il est loisible de constater que ce procès est purement fictif, monté par la Convention pour donner au verdict, déjà fixé, un semblant de légalité. Louis XVI doit mourir à cause de ce qu'il est.

Commenter cet article