QUIBERON, 1795, la Bataille est en cours

Publié le par culture

Plouharnel Hoche

Du haut du clocher de la chapelle de Sainte Barbe, Hoche, le responsable des opérations militaires, commandant l'Armée des Côtes de Brest, met en place la souricière dans laquelle il va enfermer les Chouans et les Emigrés. Nous avons comme lui sous les yeux la fermeture de la Presqu'Île de Quiberon, et les restes des fascines qu'il a faites édifier (les deux traits parallèles sur la photo).A cette époque, comme expliqué lors de notre promenade du 1 juillet, la mer vient lécher les arbrisseaux et le sol est toujours marécageux.

Depuis deux jours, Vincent de Tinténiac, qui commande les Chouans, entame la prise à revers de Hoche, ayant passé de Port d'Orange à Sarzeau sur les chasse-marées commandés par Jean-Marie Hermely.Secondé par Georges Cadoudal et Sol de Grisolles, entr'autres ; il reçoit, à Plumelec, l'ordre curieux de se diriger vers les Côtes du Nord, afin de rencontrer un émissaire des Princes à Coëtlogon.Cela sent, avec le recul la traîtrise dans laquelle sont mêlées l'Agence Royaliste de Paris et Louise du Bot du Grégo, épouse du second de Tinténiac, le vicomte d'Amphernet de Pontbellanger.

Vincent de Tinténiac n'a plus que quatre jours à vivre....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article