BARERE DE VIEUZAC, théoricien du crime

Publié le par culture

445px-Barere edited                                       Barer-Plaq.-cimet.-3.JPG

Il   y a 170 ans, le 13 janvier 1841, Bertrand Barère de Vieuzac né le 10 septembre 1755, rend son âme au diable, à Tarbes. Elu membre de la Convention le 4 septembre 1792, il y siégera jusqu'au 3 septembre 1794, date à laquelle il en est exclus. Pendant ces deux ans, il est monté SIX CENTS fois à la tribune, non seulement pour pérorer mais surtout pour vitupérer contre les opposants à la Révolution et contre les habitants des provinces. On lui doit ce: "Le bas-breton. Il est parlé exclusivement dans la presque totalité des départements du Morbihan, du Finistère, des Côtes-du-Nord, d'Ille-et-Vilaine, et dans une grande partie de la Loire-Inférieure. Là, l'ignorance perpétue le joug imposé par les prêtres et les nobles ; là, les citoyens naissent et meurent dans l'erreur ... c'est avec cet instrument barbare de leurs pensées superstitieuses que les prêtres et les intrigants les tiennent sous leur empire, dirigent leurs consciences et empêchent les citoyens de connaître les lois et d'aimer la République.."

 Il préside le tribunal de la Convention lors du procès de Louis XVI  et demande la mort:"Louis doit mourir pour que la patrie vive".

Le 1 août 1793, la Terreur est à l'ordre du jour.."exterminez cette race rebelle", "Détruisez la Vendée" (qui dans sa bouche devient un terme générique pour tous les départements soulevés), "Le vaisseau de la Révolution ne pourra arriver au port que sur une mer de sang". Le 1 octobre il fait passer le second volet des lois autorisant l'extermination des opposants à la Révolution ; il est à l'origine de cette loi ignoble des "suspects". Le 9 du même mois, il décrète que "Lyon soit détruite ainsi que ses habitants pour s'être révoltée et son nom effacé du tableau des villes".

Vous trouverez tous les détails sur ce sanguinaire dans La Revue N°26 de décembre 2007 du Souvenir Chouan de Bretagne.

Il est à l'origine des mensonges sur le vaisseau "Le Vengeur" et sur Bara. Préservé par son ami Robespierre, il le lâche "en plein vol" ; il avait préparé deux discours: un en  partisan, l'autre en ennemi, qu'il prononcera et qui condamnera Maximilien. "Déboulonné" à son tour en 1795, il sera condamné à la déportation en Guyane mais s'évadera à Saintes. Proscrit sous la Restauration, il retrouve une place dans la société sous le règne du fils du régicide, son ami.

Il meurt dans son lit, il y a 170 ans, âgé de 86 ans. Il correspond à ce type de psychopathes, de tarés, qui ont "éclos" par le pouvoir de la Révolution, comme le dit si bien un Universitaire nantais.Barere-tombeau-1.JPG

Son tombeau est dans le cimetière Saint Jean, à Tarbes, ville qui a donné son nom à un boulevard. Son buste en bronze coiffe le monument sur lequel on peut lire:"Des lois et non du sang" et sur un côté:" et moi aussi j'ai pleuré sur les maux que le crime a ajoutés aux froissements inévitables dans les révolutions, j'en ai adouci personnellement les violences." Un "responsable pas coupable" bien avant l'heure, ayant fait abstraction totale, une amnésie pathologique, de ses appels au crime. Et cet individu a encore des admirateurs car il a été à l'origine de la création du département des Hautes Pyrénées ! Les idéologues du crime sont souvent dépeints par leurs partisans pour leurs bons côtés. C'est du Rousseau "in live", l'homme ne peut être totalement mauvais ; et pourtant dans son cas ......

Ses victimes au nombre incalculable n'ont pas de tombeau, il a fait expulser les rois et reines de Saint Denis où ils reposaient pour certains depuis des siècles et les a fait mettre dans une fosse commune, recouverts de chaux vive. Ce ne sont pas les noms de Turreau et d'Amey qu'il faut effacer de l'Arc de Triomphe monument classé, c'est ce tombeau qu'il faut raser et jeter son contenu dans le tout à l'égout.

A Nuremberg, ce théoricien du crime aurait été pendu, incinéré et ses cendres dispersées. Plus récemment, il aurait été condamné à la prison à vie par le Tribunal Pénal International de La Haye et serait sans doute mort d'un stupide arrêt cardiaque.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article