MENSONGE, SUBVENTIONS, ELECTIONS .......

Publié le par culture

La marche des esclaves de Nantes trouble le 10 mai

 

09/05/2011 – 10h00 NANTES/NAONED (NOVOpress Breizh)Fidèle à sa ligne repentantiste, la municipalité nantaise organise pour le 10 mai de multiples festivités autour du thème de l’esclavage. Mais les dissensions entre les nombreuses associations désireuses d’en profiter rendent l’exercice chaque année un peu plus délicat.

            Les célébrations du 10 mai ont désormais à Nantes une importance sans commune mesure avec celles du 8 mai. Le 10 mai c’est, depuis 2006, la « journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition ». Un vaste ensemble de manifestations est organisé à cette occasion à partir du 7 mai, quoique la cérémonie inaugurale ait lieu le 9 : inévitables discours des autorités civiles et ultramarines mais aussi jet de fleurs dans la Loire, parcours dans la ville, spectacle conté, goûter littéraire, concerts, ateliers d’écriture et de slam, etc.

Une trentaine d’associations participent au programme officiel. Mais la concorde ne règne pas forcément dans leurs rangs, ne serait-ce que parce qu’elles sont concurrentes au guichet des subventions municipales. Comme l’an dernier, le sujet le plus contentieux est la « Marche des esclaves », organisée dimanche après-midi à partir du parvis de la cathédrale. Elle a été publiquement dénoncée par Octave Cestor, conseiller municipal de Nantes. « J’estime qu’on n’a pas le droit de théâtraliser ni de singer une telle souffrance », a-t-il déclaré à Presse Océan.

La marche a néanmoins eu lieu. Les « esclaves » en

costume, une petite trentaine, étaient cependant

encadrés par un service d’ordre à peu près égal en nombre, sous les maillots noirs d’une « Brigade anti-négrophobie », qui donnait à la manifestation un aspect moins servile que martial. 

Information: agence Novopress.

 [http://breizh.novopress.info/]

Novopress.info

Pourquoi un article à connotation politique sur le Blog du Souvenir Chouan de Bretagne dont le but est culturel ; faut-il souligner le fait qu'aucun article publié n'a jamais été contredit ?

Parce que cet article de l'Agence Novopress démontre la persistance dans le mensonge depuis le 10 mai 2006 (anniversaire d'un autre 10 mai qui devait voir la France passer de l'ombre à la lumière) sur l'existence d'esclaves noirs noyés en Loire comme le déclarait Octave Cestor, conseiller municipal antillais de Jean-Marc Ayrault lequel n'en est pas à une approximation près, il suffit de visiter le château de Nantes et la honte de la mini surface réservée à la Révolution à Nantes et les dizaines de mètres carrés consacrés à l'esclavagisme. Si Jean-Marc Ayrault avait été professeur d'Histoire au lieu d'avoir été professeur d'Allemand, il saurait que le Code Noir rédigé sous Louis XIV par Colbert et publié en 1685, était destiné à "gérer" au mieux l'existence de ces pauvres gens vendus aux riches  propriétaires par leurs congénères noirs d'Afrique, et qu'il n' a jamais existé aucun Code  pour gérer les Blancs Chrétiens capturés par les noirs et les arabes au large de nos côtes (par exemple le futur Saint Vincent de Paul) mais aussi le plus souvent "razziés" à l'intérieur de nos côtes.

Enfin dénonciation du mensonge entretenu: Le Code Noir précise que tout esclave - acheté sous ce titre - est immédiatement affranchi dès que passées les limites du Royaume de France et qu'il conserve par la suite cette qualité. Il n'y a pas eu d'esclave en France.

Dénonciation du mensonge - pure invention-:

Les esclaves noyés en Loire.

-Il n'y a pas eu d'esclave dans le Royaume de France,

-Ceux qui achetaient des esclaves pour les travaux étaient des financiers ; il est difficile d'imaginer qu'après avoir payé cher ces hommes ils les auraient noyés..et dans la Loire en plus.

Les seuls Noirs qui ont pu, éventuellement, se noyer en Loire furent ceux qui composaient la Section Marat sous les ordres de Lamberty ou le 13 ème régiment de Chasseurs à cheval, (ex Légion des Volontaires Américains) qui se distinguèrent par leur cruauté lors des Noyades de Nantes - qui, elles, ne sont pas un mensonge - et firent, non  pas quelques, mais des milliers de victimes et dont les commémorations du martyre ne sont pas, elles, subventionnées par la Mairie de Nantes et son omnipotent maire.

Il ne faut pas oublier non plus, que certains des bourgeois nantais s'adonnant sinon à la Traite du moins à l'esclavagisme, n'étaient pas forcément des tenants de la Monarchie mais de leurs profits et on les retrouvera tel Coustard du "bon côté du manche" lors de la Révolution, puis du mauvais côté sous la guillotine.

Enfin, au contraire d'un ancien Président de la République qui se gargarise des "Valeurs de la République" (en ce sens qu'elles lui ont permis de ne pas être incarcéré comme un vulgaire voleur de fonds publics et privés), il faut rappeler que cet individu s'indignait du fait que les esclaves puissent être considérés comme des meubles ; cette méconnaissance la plus élémentaire de la langue française est tragique. Opposé à l'immeuble, meuble est la définition de tout ce qui ne fait pas partie de façon immuable d'un bien, d'un lot. L'esclave qualifié de meuble veut signifier que, contrairement à l'usage avant le Code Noir, il est un être humain et non une chose qui se négocie avec un bien immobilier.

Photo-014.jpg

Il n'y a pas eu de Code Noir pour protéger les malheureux prêtres et religieux  enfermés dans les nombreuses prisons de Nantes - curieux d'ailleurs cette propension à la création de prison par un système politique basé sur les "Droits de l'Homme" - mis à "pourrir" sur les pontons de Rochefort, sur les bateaux qui les retenaient captifs où, à bord des Deux Associés et du Washington, le baquet contenant les excréments de la nuit était vidé pour y verser  aussitôt la soupe pour la journée. Leur martyre a bien existé, leur liste est connue, leur nombre est révélé ici: 4085 déportés entre 1793 et 1801 rien qu'à Bordeaux, Blaye, Brouage, l'Ile d'Aix, Saint Martin de Ré, Ile d'Oléron, Rochefort. 1072 morts de sévices et maladies soit 26%.

26% qui ont existé et n'ont pour mémorial que cette humble croix de galets à l'Ile Madame, près de Rochefort. Alors qu'à Nantes 7 millions d'€ sont dépensés pour un mensonge.

Photo-019.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Un monarchiste 15/05/2011 09:13


A monsieur le républicain,
L'histoire réelle, et non pas celle que l'on apprend à l'école dans les livres de Mr Nathan, n'a d'intérêt que si elle éclaire le présent. La chouannerie a débuté au moment de la révolution dite
française mais elle est toujours d'actualité dans son essence contrerévolutionnaire. Si le souvenir chouan se cantonne dans un club mémorialiste où l'on se retrouve entre gens du monde, cela
n'offre, à mon avis, aucun intérêt.
Il faut que le souvenir chouan s'affirme nationaliste, catholique et contrerévolutionnaire sinon il n'a pas raison d'être.
Cordialement, tout de même !


un républicain 10/05/2011 20:50


Eh bien décidément vous ne risquez pas de partie en vacances avec JM AYRAULT ...
De plus pour un blog qui ne fait de politique, je constate
que vous faites essentiellement cela.
Enfin vous qui êtes faites partie de certaines associations 'royalistes' Qu'est ce qu'était un serf du temps de votre chère royauté ?
Pour rappel le mot 'servage' vient du latin 'servus', esclave