MARS 1792, LES PREMISSES DES MALHEURS DE LA FRANCE

Publié le par culture

En ce Premier mars 2012, le Souvenir Chouan de Bretagne entame une longue période de rappel des évènements qui, il y a exactement 220 ans, vont mettre la France dans un état de désordre qu'elle n'a jamais connu dans toute sa longue Histoire.

Désordre qui règne encore à l'heure actuelle ; il suffit de voir le niveau des échanges verbaux.

Mars 1792, dernier mois de paix.  9 % de la population ignorent leur mort brutale à venir, dans les années de la Révolution qui se met en place pour ses phases extrêmes. Convention, Directoire, Consulat, Empire, à part ceux qui tirent les ficelles personne n'imagine les tueries qui vont déferler sur un pays tranquille dans lequel la vie s'écoule placidement, au rythme des saisons et de la nature.

Mars 1792, qui s'appelle encore mars (Fabre d'Eglantine n'est pas encore là), voit disparaître le 1er, Léoplod II, empereur d'Autriche, frère de Marie-Antoinette-Reine de France - auquel va succéder son oncle François II.

Ce mois va être celui de l'écartement du pouvoir des ministres "Feuillant" parti qui était assez monarchiste. Ils vont être renversés par les Brissot et autres Roland, éléments qui, avec quelques autres (Vergniaud, Condorcet, Ducos etc..) vont former le club des Girondins. Ils vont enclencher la catastrophe avec le déclenchement des déclarations de guerre  aux nations d'Europe, Prusse, Autriche et lancer un mouvement quasi perpétuel de guerres. La France ne sait pas encore qu'elle va devoir attendre 1815 pour retrouver la paix.

Cette période va voir apparaître et commencer à se démarquer de tous ces mouvements réformateurs, le club des Jacobins, formé à partir du Club Breton fondé par Isaac Le Chapelier. Lui-même ne sait pas que lançant la machine de la Révolution, il va se trouver tranché par elle.

 Quand à Robespierre il n'a pas encore de grandes prétentions quand il déclare le 2 janvier 1792: "Je suis du peuple, je n'ai jamais été que de là, je ne veux être que cela: je méprise quiconque a la prétention d'être quelque chose de plus".

Rien qui dévoile un futur furieux.

Monarchiste, comme beaucoup, sans se poser de questions, il va changer (comme tant de nos politiques contemporains) ; l'effet girouette existe déjà, il  est devenu constitutionnel avec la Constituante,  il va devenir républicain quand le temps sera venu d'être dans l'air du temps !

Il faut reconnaître qu'en ce 1 mars 1792, les psychopathes sont encore chrysalides !

Alors pendant ces années à venir, ce Blog ne va pas manquer de matière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article