LUNDI 21 JANVIER 1793.....2013

Publié le par culture

Paris 21 janvier 2013 - 01Copie de Paris 21 janvier 2013 - 03 Un Membre du Souvenir Chouan de Bretagne a eu l'heureuse initiative, avec l'accord du Président, de déposer une gerbe place de la Révolution, à proximité de l'endroit où s'élevait la funeste guillotine, le 21 janvier 1793.

Ce geste a été fait à l'heure précise de l'exécution il y a 220 ans.

Dans l'Ouest, quelques députés ont la responsabilité directe de ce fait. D'autres indirectement puisqu'il avaient voté la mort avec le sursis, dont certains, bizarrement, souhaitaient qu'elle soit appliquée à la paix !

Calvados: 13 députés, 2 pour la mort (Bonnet et Legot) 3 pour la mort avec sursis (Dubois du Bais, Jouenne-Longchamp, Taveau), 8 pour la détention.

Côtes du Nord: 8 Députés, 1 pour la mort (Loncle), 7 pour la détention.

Finistère: 8 députés, 3 pour la mort (Bohan,Guermeur, Guezno), 1 pour la mort avec sursis (Blad que l'on retrouvera à Quiberon en 1795), 4 pour la détention.

Ille et Vilaine: 10 députés, 4 pour la mort (Beaugeard, Chaumont, Duval, Sevestre) 6 pour la détention.

Loire Inférieure: 8 députés, 3 pour la mort (Fouché, Méaulle, Villers) 5 pour la détention.

Maine et Loire: 11 députés, 5 pour la mort (Choudieu, Delaunay Joseph, La Revellière-Lépeaux, Leclerc, Pérard), 6 pour la détention.

Manche: 13 députés, 5 pour la mort (Havin, Hubert-Dumanoir, Le Carpentier, Le Tourneur, Lemoine), 3 pour la mort avec sursis (Bonnesoeur-Bourginière, Laurence, Ribet), 5 pour la détention.

Mayenne: 8 députés, 2 pour la mort (Esnue de La Vallée, Grosse du Rocher), 3 pour la mort avec sursis (Bissy, Enjubault, Serveau-Touchevalier), 3 pour la détention.

Morbihan: 8 députés, 2 pour la mort (Audrein, Lequinio), 6 pour la détention.

Orne: 10 députés, 5 pour la mort (Bertrand de La Hosdinière, Colombel de Boisaulard, Desgroüas, Dubois, Thomas La Prise), 2 pour la mort avec sursis (Dufriche-Valazé, Plet-Beauprey), 2 pour la détention, 1 pour le bannissement.

Sarthe: 10 députés, 8 pour la mort (Boutroue, François-Primaudière, Froger-Plisson, Letourneur, Levasseur, Philippeaux, Richard, Siéyès), 2 pour la détention.

Deux-Sèvres: 7 députés, 3 pour la mort (Cochon-Lapparent, Dubreuil-Chambardel, Lecointe-Puyravault), 3 pour la détention, 1 pour le bannissement.

Vendée: 9 députés, 6 pour la mort (Fayau, Garos, Goupilleau, Goupilleau, Maignen, Musset), 2 pour la détention, 1 s'abstient (Morisson).

Sur 123 députés, 49 régicides, 12 pour la mort avec sursis.. Le sursis ayant été refusé par un décret de la Convention, sous la poussée des Montagnards, il aurait été logique, les conditions du verdict ayant changé, de proposer un nouveau vote. Cela aurait-il changé les choses ? Alors en incluant les régicides avec sursis, 61 députés de l'Ouest ont voté la mort. La majorité est à 61+1. Les résultats sont tendus ; on comprend qu'alors, les Enragés ont voulu aller très vite dans l'extermination du  tyran !

Il faut rappeler que ce "jugement" a été mené uniquement à charge par une Assemblée conventionnelle, en charge de la législation, qui s'est imposée comme juge, faisant les lois, au fur et à mesure, accusant le Roi sur une conduite antérieure aux accusations. Sont-ce là les "valeurs de la république" chères (très) à nos dirigeants politiques ???

Rappelons aussi que, comme par hasard, les ministres du Roi, en charge des dossiers sensibles reprochés à Louis XVI, ont tous été curieusement tués durant les Journées des Massacres de septembre: 

-Arnaud de Laporte, intendant de la Liste Civile (les fonds personnels du Roi accusé d'avoir acheté les pauvres) guillotiné le 23 août 1792, devant les Tuileries,

-Claude Delessart, Ministre des Affaires Étrangères (le Ministre des liens avec l'étranger et trahisons     reprochés à Louis XVI) massacré le 2 septembre à Versailles,

-Duc de Brissac, commandant de la Garde Constitutionnelle accusé d'avoir fomenté une rébellion contre l'assemblée législative, massacré à Versailles le 2 septembre.

-Monsieur d'Abrancourt, Ministre de la Guerre (provocations de guerres de Louis XVI avec l'Autriche pour fortifier son pouvoir) massacré le 9 septembre à Versailles

-Jean-Baptiste Etienne de La Rivière juge qui s'est occupé de l'affaire du "comité autrichien" (reproché à Louis XVI) disparu sans laisser de trace.

Oui, vraiment, on ne peut pas dire que cette façon expéditive de se débarrasser du  Roi soit une preuve de bonne foi....s'il y avait eu un doute.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article