L'HEBDOMADAIRE "L'HISTOIRE" OU L'INFORMATION EQUITABLE

Publié le par culture

MAI-2012-033.jpg

Le magazine "L'Histoire" publie en ce mois de juin un nouveau numéro consacré à la Vendée.

A la Vendée ou bien à la polémique lancée par Jean-Clément Martin - professeur émérite de Paris 1 Panthéon Sorbonne - au sujet de la thèse de Reynald Secher, il y a 27 ans, sur le "Génocide vendéen" ?

Curieux Jean-Clément Martin, plutôt réservé dans l'émission "L'Ombre d'un doute" de Franck Ferrand le 7 mars sur France 3, semblant plutôt conciliant lors de son passage sur France-Culture dans l'émission "Question d'éthique" (vaste programme) de Monique Canto-Sperber, émission qui avait été programmée une semaine après le passage de Reynald Secher sur la même antenne.

A ce sujet, il est bon de signaler que c'est la première fois que l'on assistait non pas à un dialogue mais à une émission de controverse qui était la condition "sine qua non" de Olivier Poivre d'Arvor, patron de France-Culture, pour que Reynald Secher puisse avoir la diffusion de l'émission scandaleusement supprimée dix heures avant sa diffusion programmée le jeudi 23 février 2012.

Dans l'hedomadaire, "L'Histoire" un éditorial qui démarre "sur les chapeaux de roue": La Vendée, pour les uns, une terre martyre où fut poursuivie une guerre atroce entre l'Armée Catholique et Royale et les colonnes infernales de la Révolution. Non messieurs le clivage fut entre la révolution et le peuple qui donna la création de l'Armée Catholique et Royale. Non l'inverse ! Pour les autres, la région traîtresse des nobles et des prêtres qui porta un coup d'épée dans le dos d'une patrie menacée d'invasion étrangère. Non messieurs, le peuple s'est levé, est allé délogé de chez eux les nobles qui, par leur formation, connaissaient le métier des armes. Les prêtres, en général vous utilisez le terme péjoratif de "curés", n'ont fait que suivre leurs ouailles, combien de fois faudra-t-il vous le répèter.

Il est bien évident que l'on n'a pas entendu parler de la Vendée avant 1790. Sots que vous êtes ; ce département a été créé de toute pièce en 1790. Avant c'était une partie du Poitou !

En de nombreuses régions (C'est quand même 60 départements sur 83 !) le refus donna lieu à des soubresauts, à des soulèvements plus ou moins flambants - mais c'est en Vendée seulement que les armées de la République se heurtèrent à une résistance victorieuse.

Est-ce volontaire, est-ce de la provocation, est-ce de l'ignorance ? Et les soulèvements guerriers du Languedoc dès 1790, dans le pays de Vannes dès février 1791, et dans de multiples endroits avant le grand soulèvement de mars 1793 ?

Tous les Vendéens ne soutinrent pas l'Armée catholique et royale: une bonne part de la bourgeoisie des villes, notamment, y était hostile. Ce fut avant tout une armée de paysans, certes encadrés par des nobles et par des prêtres réfractaires, tous favorables à la monarchie.

Le volontairement (?) inculte qui a rédigé ce dernier paragraphe devrait savoir que là est une des causes du soulèvement, en Vendée comme en Bretagne, comme ailleurs: les bourgeois des villes étaient exempts de la conscription. Cette révolution a été la première des luttes des classes, mais, dommage pour les Michel Winock, Jean-Noël Jeanneney (président de la sans-culotterie mitterrandienne de 1989) pas au sens marxiste du terme mais au sens anti catholique.

Nous reviendrons sur cet article qui est proprement scandaleux.

Terminons sur la surface consacrée à ce sujet: UN mètre carré 10 (1,10M²). Pour le défenseur de la thèse sur le Génocide-Mémoricide, articulet intitulé "Reynald Secher le vengeur" NEUF centimètres carré ( exactement 9,125 Cm).

Est-ce volontairement que l'on a associé le mot "vengeur" à Reynald Secher par allusion à un des grands mensonges - avec Bara - de Barère sur ce vaisseau coulé par les Anglais  dont les survivants auraient refusé le secours de leurs adversaires et auraient coulé en chantant la marseillaise (- ce qui est faux- ils ont été en réalité sauvé par leurs ennemis) ?

Commenter cet article