Kulture à Nantes dans un site prestigieux...

Publié le par culture

Poterne

Le château des Ducs de Bretagne a été restauré et bien restauré. Il sert maintenant à rappeler non pas  la longue et belle Histoire de la Bretagne mais dans l'essentiel de ses salles (DOUZE) ce que fut la Traite négrière.

La Traite ne fit pas de victimes à Nantes qui était, simplement, une des bases du triangle de ce commerce - d'où commerce triangulaire - qui enrichit la région nantaise pour les différentes productions inhérentes, le trafic de noirs s'effectuant entre les côtes d'Afrique, les Amériques et les Antilles.

La majorité de ceux qui s'enrichirent avec cet odieux trafic sera celle qui applaudira la Révolution, en sera actrice puis victime. Nous traiterons, en son temps, de l'épisode des 132 Nantais. Là sans doute est la raison de la grande discrétion de l'ancien priopriémaire de Nantes sur l'identité politique des négriers.

Invitée par le duc de Nantes lors de l'inauguration du Mémorial de l'esclavage (8 millions d'€), Christiane Taubira a sous ses yeux la réalisation de son dada.

La même somme aurait permis de construire beaucoup de ce genre de monuments sur les côtes de l'Angola, de Mauritanie, du Sénégal (etc...) où étaient les comptoirs stockant la marchandise humaine, vendue par ses frères au plus offrant. En effet, il n'y eut pas sur ces côtes de razzias comme sur les côtes du sud du royaume de France par les musulmans, comme cela est volontairement tu.

La poterne que nous voyons ci-dessus a été le lieu de passage des prêtres, prisonniers dans le château pendant la Révolution, envoyés sur les pontons de Rochefort ou à la noyade. Une plaque rappelait cet épisode de l'Histoire nantaise -véridique, elle - mais elle a mystérieusement disparu lors des travaux de restauration. Bizarre, non ?

Face aux DOUZE salles consacrées à l'esclavage - épisode non nantais -, 3M² (soyons larges) sont consacrés à la Révolution et à ses 20 à 22 mille victimes - épisode cruellement nantais - au nom de l'honnêteté et des Droits de l'Homme. Et encore une partie livre des documents sur l'esclavage.

Une autre plaque a été conservée: elle rappelle la signature de l'Edit de Nantes le 30 avril 1598 (et non le 13 avril comme cela est gravé),  appelé Edit de Tolérance ce qui n'a jamais été son nom. Bon, nous n'allons pas "pinailler" pour 17 jours et une fausse appellation !

Pendant plusieurs mois, projeté sur 360°, en boucle, ce film ci-dessous que je livre à votre réflexion avec ses gros clichés, ses amalgames scandaleux et sa pauvreté intellectuelle.Le duc de Nantes, natif de Maulévrier, avait félicité l'auteur de ce torchon visuel, signataire d'une Krosse Kulture aux Klichés rétukteurs. Un étron dans un écrin.

 

Ce film a maintenant laissé la place à un autre, plus CULture, un film  ayraultique en quelque sorte.

Pour les personnes, touristes et autres écoliers, venant s'instruire sur la Bretagne dont Nantes est la capitale quelle triste vitrine pour le Duché de Bretagne, ses traditions, sa culture, son Histoire, son savoir,  quelle insulte pour le Pays d'Anne de Bretagne, de Joachim du Bellay, de Ronsard, de la France et de son Histoire.

Merci à Nicolas sur le site duquel vous retrouverez de belles vidéo de La Motte Glain et du 14 juillet Cathelineau.

Commenter cet article

chouanne du 3ème millénaire 20/07/2012 11:36

détestable vision que celle d'un haut représentant de l'Eglise qui se gratte les parties intimes ! Il fallait oser !! Cette section du montage à 360° que des milliers de visiteurs ont pu voir
résume à elle seule la politique nantaise de Ayrault, qui a lui-même renié ses propres origines en dénigrant et combattant sciemment la religion catholique. Rien de surprenant alors que l'Eglise
devienne pour lui l'ennemie jurée et que par ce fait, aucune action n'aura jamais été menée à NANTES pour que nos enfants apprennent enfin la triste vérité sur les milliers de victimes sacrifiées
pour la liberté du culte durant la sanglante Contre-Révolution.
Si l'union HOLLANDE-AYRAULT n'est pas homosexuelle, il est certain que ce couple ne développera aucune valeur chrétienne non plus !!!

Chambretaud 20/07/2012 09:42

Ce film est vraiment consternant. D'abord on sourit tant il est ridicule, puis peu à peu la musique lancinante et le défilé d'images quasi hypnotiques rendent sa vision insupportable. Ça c'est pour
la forme.

Pour le fond, tout est dit dans l'article : une succession d'images d'Epinal plus ou moins grotesques, des raccourcis idéologiques (comme les CRS sur fond de fusillades des 50 otages... les
intentions du réalisateur sont flagrantes), sans parler des incontournables caricatures de la traite négrière, éléments essentiels de la mythologie politique du (trou) duc de Nantes.

Ligérien 19/07/2012 22:02

Très bon article qui renseigne bien sur la culture Z'ayrault !