INFATIGABLE L'ANTI MEMORICIDAIRE TRACE SON SILLON

Publié le par culture

Obstinément, sans relâche, avec la conscience du devoir à accomplir, Reynald Secher poursuit son devoir d'information sur cette période discutable, équivoque et tabou (dixit Franck Ferrand dans l'Ombre d'un doute) monstrueuse dans son application systématique de la destruction des opposants au régime liberticide et homicide de la "bienheureuse" révolution.

Dimanche 15 avril, à Dinan, en la salle du Guesclin - intéressant de faire le lien entre le combat de Reynald Secher et celui du Connétable - devant plus de cent personnes, le conseiller en Histoire du Souvenir Chouan de Bretagne a inlassablement remis sur le métier son ouvrage.

REYNALD-A-DINAN-15-04-2012--1-.jpg

REYNALD-A-DINAN-15-04-2012--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Expliquant le montage des lois des 1 août et 1 octobre 1793 qui devaient - sous la signature du Comité de Salut Public (l'Exécutif de la Convention), et non par le fait d'une intiative particulière d'un individu laissé à lui-même, mais par  la décision et l'application de lois (comme cela n'existera jamais que sous Lénine, Staline et Pol Pot) - amener à l'extermination du peuple qui n'aura pas voulu du bonheur apporté par la révolution contre sa volonté.

En termes simples, autant que la complexité des textes révolutionnaires le permet, l'orateur sut captiver l'attention de ses auditeurs de tous âges. Même la jeunesse présente, venue peut-être pour avoir la paix avec les parents, fut captivée par ce discours hors de l'enseignement scolaire officiel.

Faut-il rappeler que la révolution aurait été faite pour le peuple alors que c'est lui qui en sera la principale victime ?

N'est-ce pas une autre façon de s'interroger sur les discours contemporains de certains candidats, riches à millions de livres pardon  d'€, qui veulent à tout prix faire le bonheur de certains éléments du peuple électoral qui gagne jusqu'à trente fois moins qu'eux en un mois ?

L'arrêt de toute cette épouvantable horreur fut le 9 thermidor, la chute de Robespierre et son traitement égalitaire par la guillotine, thérapie qu'il avait faite appliquer à tant d'autres, ses collègues mais aussi les bourgeois égalitaristes révolutionnaires mais aussi, et surtout, des gens du peuple.

Paradoxe actuel, contemporain, des candidats se réclament de Robespierre ; certains par affinité marxiste, robespétrophile, mélanchonite (forme de prurit) ou bayromagogique.

C'est navrant et inquiétant.

Non subventionné, l'auteur consacra l'après conférence à un moment vente et dédicace qui eut un beau succès. Il est bon de souligner que c'est son gagne-pain.

A titre comparatif, juste savoir qu'un ouvrage du professeur (??) Saugera sortira à Nantes sur le sujet de l'esclavage. Subventionné  pour 30 mille € par la municipalité du duc de Nantes. Nous sommes ainsi rassurés sur son objectivité.

Comme dirait un marchand de rillettes: "Nous n'avons pas les mêmes valeurs " !!!

 

 

 

 

 

Commenter cet article