HALTE Là, HALTE Là, HALTE Là.....LE MONTAGNARD EST Là

Publié le par culture

Maire-de-Rouen.jpgYvon Robert est le maire de Rouen. Il est agrégé de Lettres. Il a appris et retenu l'Histoire de Mallet et Isaac. Féru de Jules (au pluriel), il suit son reître à penser et pense que Ferry et Michelet sont les seules historiens crédibles ; il ignore que Combes est décédé depuis un certain temps. Il ne faut pas penser qu'il va "bouffer du curé" à chacun de ses repas, mais les mauvaises habitudes se prennent vite. La Révolution lui devient obsessionnelle. Il en rêve la nuit et il coupe des têtes, à n'en plus finir. Il ne faut pas se fier à sa bonne bouille de jacobin Montagnard. Marat aussi souriait et Fouquier-Tinville avait un certain humour...tranchant, certes.

Bref ce Conventionnel sorti du placard de 1793, agrégé de lettres plutôt postales, n'a pas eu connaissance des ouvrages écrits sur Louis XVI, en particulier celui du Professeur Jean de Viguerie sur "Le Roi bienfaisant". C'est dommage pour lui ; il aurait pu éviter une imbécillité saugrenue, de ces petites mesquineries qui font tache, qui révèlent le "Minus habens", à court d'idées pour détourner l'attention de sa ville en faillite.

Monsieur le maire de Rouen, avec un violent coup de menton, a débaptisé un salon de l'Hôtel de Ville, nommé Louis XVI. Et avec un autre violent coup de menton, il l'a rebaptisé "République" ; ça, c'est viril, en voilà un homme politique !

P1290062P1290062P1290062.jpgPendant ce temps, à Nantes, les travaux de nettoyage de la Colonne Louis XVI, place Louis XVI dite Foch, se terminent et l'ancien souverain, souriant, s'est extrait des échafaudages le 21 janvier.

Louis XVI ne nous en voudra pas de dire que c'est un beau pied de nez au sot qui, 10 jours plus tard à Rouen, débaptisait un salon.

Jean-Marc Ayrault à Nantes, Robert à Rouen, un Girondin, un Montagnard, représentent 220 ans après les manières de penser de la société dirigeante ; toujours entre les deux, les dirigés , le dail à portée de main.

Pour en revenir à la statue de Louis XVI, nul ne sait pourquoi a été décidée la restauration de ce monument et pile pour les 220 ans de l'exécution du souverain ; même si on constatait que cette colonne avait bien besoin de nettoyage.

Serait-ce de vieux souvenirs d'Histoire ayant refait surface dans la tête du natif de Maulévrier ? Ou une sorte de "Flash back" d'un élu agissant à contrario de ses prédécesseurs de 1792, se retournant contre Louis XVI alors qu'ils avaient voté la construction d'un monument à la gloire du Roi bienfaisant (comme ce terme figure sur le théâtre Graslin) en 1790 ???

Merci à M.FD.E - "fleurisseur" du 21 janvier à Paris pour le renseignement.

Commenter cet article