FRANCE 3, La Vérité sort du puits (des pas fous)

Publié le par culture

Emission du 7 mars 2012

Entre 1793 et 1796, la Vendée fut le théâtre d’affrontements d’une rare violence entre des paysans insurgés et le pouvoir révolutionnaire dirigé par Robespierre. 170 000 Vendéens furent massacrés par les armées de la République, au point que certains historiens n’hésitent pas à employer aujourd’hui le terme de génocide ! La population Vendéenne a-t-elle fait l’objet d’une élimination méthodique et programmée ? Que s’est-il réellement passé durant ces trois années de combat ?

 

Tout a commencé au début de l’année 1793. La République fête son premier anniversaire dans un climat de grande instabilité. A l’extérieur, les monarchies européennes menacent les frontières. A l’intérieur, les troubles se multiplient. Des paysans déçus par la Révolution se soulèvent, tout particulièrement en Vendée Militaire, une région qui regroupe tout le Centre Ouest de la France. A Paris, le pouvoir se sent menacé. A la suite de sa ligne dure représentée par Robespierre, le Comité de Salut Public décide de réprimer le mouvement sans ménagement. L’insurrection s’est organisée en une Armée catholique et royale : l’armée « blanche », ainsi appelée en référence à la couleur emblématique des royalistes. Elle mène la vie dure à l’armée « bleue », qui doit son nom à la tunique des soldats républicains. Mais à la fin de l’année 1793, la révolte est férocement matée. 

La République a tremblé, elle veut maintenant se venger. Sous les ordres du Comité de Salut Public, les massacres continuent. Des dizaines de milliers de prisonniers sont torturés, violés, fusillés ou noyés… L’armée traque sans relâche les Vendéens pour les éliminer méthodiquement. En 1794, Robespierre est exécuté et la situation commence à se tasser. Il faudra attendre 1796 pour que la guerre cesse, laissant derrière elle une Vendée exsangue. 

Un documentaire de 52’
Réalisé par Richard Vargas
Raconté par Franck Ferrand 

Bibliographie :

Robespierre de Jean Artarit, CNRS editions
Charette d’Anne Bernet, Editions Perrin
La Guerre de La Vendée et le système de dépopulation de Gracchus Baboeuf, Editions du Cerf 

Ouvrages présentés en plateau :

La Vendée – Vengé : le génocide franco-français, de Reynald Secher, Perrin, réédité en 2006
Blancs et Bleus dans la Vendée déchirée de Jean-Clément Martin Collection découvertes Gallimard, 2008
Quatre-vingt-treize de Victor Hugo
Vendée : du génocide au mémoricide : Mécanique d’un crime légal contre l’humanité, de Reynald Secher, Préface d’Hélène Piralian, Stéphane Courtois et Gilles-William Goldnadel, éditions du Cerf, 2011
La Vendée et la Révolution. Accepter la mémoire pour écrire l’histoire de Jean-Clément Martin, Perrin, collection Tempus, 2007
Une blessure française : les soulèvements populaires dans l’Ouest sous la Révolution de Pierre Péan, éditions Fayard, Paris, 2008
Guerre de la Vendée et des Chouans de Joseph Lequinio, commenté par Jean Artarit, édité par le Centre Vendéen de Recherches Historiques
Robespierre de Joël Schmidt, Folio Classique 

Intervenants :

Elodie Cabot, anthropologue
Stéphane Courtois, historien
Jean-Clément Martin, historien
Reynald Secher, historien
Michel Chamard, historien
Jean Artarit, psychiatre et historien
Dominique Lambert, président de l’association Vendée Militaire
Bruno Galland, conservateur aux Archives Nationales
Michelle Chatrain, conservatrice au Musée de Granville
Noël Stassinet, historien
Antoine Boulant, historien

Lieux :

Archives Nationales
Service historique de la Défense
Musée de Granville
Forêt de Maulévrillier
la Chapelle-Basse-mer,
Chateau de La Durbellière
Nantes, Le Pins en Mauge, Les Lucs sur Boulogne, Machecoul, Granville, Cholet, la Chabotterie, Les Herbiers, Rennes, Le Mans, Paris

Nota Bene: Noël Stassinet n'est pas historien mais Président du Souvenir Chouan de Bretagne, précision à sa demande.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article