EXCLUSIF S.C.B: INTERVIEW DE REYNALD SECHER

Publié le par culture

Dans La Revue de juin, remise aux adhérents samedi lors de la réunion de la Coordination des Chouanneries dont l'organisateur était, pour la deuxième fois le Souvenir Chouan de Bretagne, cette entrevue avec notre conseiller en Histoire:

Photo 020Docteur Reynald Secher, vous venez de découvrir des documents qui bouleversent l’approche de la Guerre de Vendée et de l’Ouest.

 

C’est exact. Jusqu’à ma thèse sur le génocide de la Vendée, tout le monde pensait à une simple guerre civile qui commençait en mars 1793 et s’achevait, du moins dans un premier temps, avec le traité de la Jaunaye. Par l’analyse systématique des documents (lois, rapports officiels, ordres donnés, bilans démographiques et immobiliers…) j’en avais déduit que, dès janvier 1794, on avait mis en œuvre une véritable politique d’extermination des Vendéens et d’anéantissement de leurs biens dans le but de parachever le crime. Pour moi, il s’agissait d’un génocide légal, base

des génocides du XXe siècle. Le tollé avait été quasi général car on me reprochait de manquer de preuve et que s’il y avait eu crime c’était avant tout des crimes de guerre liés à la guerre civile et au dérapage de quelques généraux dont Turreau. La mauvaise foi de ces contestataires était évidente mais comme ils maîtrisaient l’information, il était difficile de se faire entendre.

Qu’est-ce qui change avec les documents trouvés ?

Tout, car en fait la guerre civile n’existe plus, ou plus précisément elle se réduit à 4 mois.

C’est à dire ?

En fait, et cela je l’avais bien vu, la loi du 1er août, prolongée par celle du 1er octobre marque bien le début de la mise en œuvre du génocide. Il s’agit d’éradiquer du sol de la nation la race impure des Vendéens.

Vous y allez peut-être un peu fort ?

Non, car ce sont les mots utilisés au plus haut niveau de l’État. Au delà de ce discours, le Comité de salut public met en application un système massif d’élimination.

 

Vous pouvez préciser ?


Le livre est écrit et vous découvrirez tout le 15 septembre. Cela va faire l’effet d’une  bombe dans le milieu intellectuel français qui est plus que favorable à la Terreur. C’est quelque chose qui m’a toujours surpris que l’on puisse défendre l’indéfendable, l’impensable, l’innommable, qui plus est au nom des Droits de l’homme.

derniere-couverture-Reynald.JPGVous êtes sûr de l’origine c’est-à-dire de l’authenticité des documents ?

Il n’y a aucun doute à ce sujet. Ce sont des milliers de pages signées  par les membres du Comité du salut public y compris des hommes comme Robespierre. Ce que je peux vous dire c’est que grâce à ces documents, toute cette Histoire devient incroyablement
lumineuse sans aucune contestation possible.

 
Vous pouvez nous citer un exemple ?

 Je pense aux Mémoires de Turreau. Il ne dit que la vérité en déclarant n’avoir fait qu’appliquer la loi et les ordres. Rien que ses écrits de janvier 1794 prennent un sens tout autre. C’est la même chose pour le député Carrier qui se plaint de ne pouvoir se défendre car on lui a pris ses documents.

 

                                                        Alors attendons le SIXDIX ! (par allusion au Onzeneuf ! !)

                                                                                                                                 S.C.B.

Dans le cadre du Mémoricide:

Dans le cadre de l’entretien précédant,  Réflexion du S.C.B, et de l’un des ses adhérents à propos du cours d’Histoire dicté mot pour mot, dans un collège – lycée du Morbihan, par l’enseignante, possédant son doctorat en Histoire :

 

LA RÉVOLUTION FRANÇAISE, L’ AFFIRMATION D’UN NOUVEL UNIVERS POLITIQUE
Le 18ème siècle est un siècle mouvementé en Europe et dans le monde.  Pour trouver une réponse aux crises de la France*, les États Généraux s'ouvrent en Mai 1789. Sous le poids des circonstances, la dynamique révolutionnaire se radicalisera à partir de 1791. Il s’agit de comprendre les enjeux politiques entre 1789 et 1804 – naissance - de l’Empire.

 

L’échec de la Monarchie Constitutionnelle.

La constitution de 1791 garantit la séparation des pouvoirs. Le Roi détient l'exécutif et a un droit de veto temporaire. Le pays législatif est détenu par l'assemblée, elle vote les lois, le budget et déclare la guerre.

Il y a 2 raisons à cet échec :

-la première est la fuite du Roi (arrêté à Varenne en Juin 1791) ; à partir de ce moment, on ne fait plus confiance au Roi, les Cordeliers demandent la déchéance du Roi et l'avènement de la République.

-deuxième raison : la guerre, en avril 1792 est déclarée à l’Autriche et à la Prusse (Grande Allemagne)**. A partir de juillet, il y a des défaites françaises. Paris est menacé mais le Roi refuse d'accorder des renforts.

Après ce refus, une insurrection éclate au Palais de Tuileries et cela entraîne la chute de la monarchie. Le 21 septembre 1792, c'est la première République. Une nouvelle assemblée est élue (la Convention). Elle est composée des Montagnards qui veulent toujours faire la révolution, ensuite les Girondins qui sont plus modérés et les Plaines***. Les révolutionnaires sont divisés : en juin 1793, se sont les Girondins qui dominent la Convention puis à nouveau les Montagnards."

 

Voilà l’enseignement de l’ Histoire dispensé à des élèves de 15–16 ans en classe de seconde, à deux ans du Baccalauréat, par une enseignante pourvue d’un doctorat, dans un langage qui serait propre ( ?) à des C.M.2 !

 

Voilà le cours d’Histoire de ma fille, 16 ans,  que je viens de vous transcrire dicté mot pour mot par son enseignante ! Le reste du cours est constitué d'un polycopié sur la révolution américaine, un autre sur les deux révolutions en Grande-Bretagne, et encore un autre sur la révolution hollandaise, sans doute pour démontrer à nos enfants que nous n'étions pas les seuls à nous rebeller !

Toujours est-il que c'est à l'occasion de ce cours que ma fille a questionné son enseignante sur le rôle des chouans dans l'histoire de la Contre - Révolution, qu'elle lui a rappelé le combat qu'ils ont mené pour leurs prêtres contre la Constitution Civile du clergé et qu'elle a précisé que les chouans n'étaient pas monarchistes comme sa pseudo-prof le prétendait.

A cela madame a répondu :  " c'était il y a longtemps maintenant, il faut relativiser " !!!! Pourtant, il me semble que l'on ne "relativise" pas vraiment en maintenant encore de nos jours la fête nationale du 14 juillet ! 

A noter à la décharge de cette enseignante que le "r" du ROI dans ses textes dictés sont bel et bien écrits en majuscule. Mercimadame pour le respect que vous formulez envers ce personnage en qui le peuple n'avait plus confiance. Voilà le programme d'histoire en seconde de lycée, à deux années de préparer le bac, diplôme que l'on attribue aux élèves dotés d'une glorieuse culture générale !!!

 

                                                                                                                                             T.L.F.

* souligné par le SCB. **Etonnant d’assimiler en 2011 la Prusse de 1790 à la Grande Allemagne !   *** ????

Commenter cet article

thizy 06/07/2011 12:25


bonjour

connaissez vous une revue mensuelle ou autre qui traite du probleme de la vendee et des CHOUANS

ME communiquer l adresse

cordialement