CLERY, CE VENDREDI 18 JANVIER 1793

Publié le par culture

Clery_par_Henri-Pierre_Danloux.jpgJean-Baptiste Cant Hanet dit Cléry, le dernier confident de Louis XVI. Volontairement il a demandé à Pétion, maire de Paris, de servir le Roi emprisonné en la Tour du Temple. Il a été valet de chambre du Dauphin Louis-Charles, futur Louis XVII à Versailles. 

Cela lui est accordé. Il va donc se retrouver enfermé en cette prison comme son maître qu'il a demandé de servir. Cela jusqu'au 21 janvier.

Depuis le 26 août, fidèle, il est non seulement le serviteur dévoué mais aussi le témoin voire le confident du Roi, en particulier depuis le 11 décembre 1792 où le Roi est totalement isolé de sa famille. Cléry est le dévoué qui, comme écrit il y a deux jours, est celui qui assure les liaisons avec la famille royale par un astucieux système de ficelles passant des messages entre le deuxième et troisième étage avec la complicité de Madame Elisabeth.

On s'imagine un valet vieillot, parce que valet, parce que serviteur du Roi. Louis XVI a 38 ans et demi ; Cléry va avoir 34 ans le 11 mai. Ils sont proches par l'âge, éloignés par le statut social, mais très rapprochés par les conditions de la détention.

En ce vendredi 18 janvier 1792, le Roi n' aucune nouvelle de Monsieur de Malesherbes. Et pour cause: dans son infinie tendresse la Convention, qui délibère toujours sur le sort du Roi, a interdit toute visite, même aux Conseils. La Liberté.

Cléry, qui a fourni à Louis XVI un volume de l'Histoire d'Angleterre sur la mort de Charles 1er, roi d'Angleterre sacrifié par les siens (avec lequel Louis XVI faisait un parallèle), apprit, à cette occasion, que Louis XVI avait lu, depuis le 13 août, 250 ouvrages ; il prit la liberté de faire observer au Roi que"sa Majesté ne pouvait être privée de ses conseils que par un décret de la Convention et qu'elle devrait demander qu'on leur permît d'entrer dans la Tour". Le Roi lui répondit:"Attendons jusqu'à demain".

En effet, la Convention gère, mais ce sont les municipaux de la Commune qui décident, nous le verrons prochainement où un ministre, Garat, doit obtenir leur accord. Si une minorité, la Convention, décide au nom de la Majorité, c'est encore une ultra minorité qui fait la loi ! C'est "ça" la démocratie ???

Commenter cet article