12 août 1795

Publié le par culture

doc-1-2669.JPG

      A Saint Pierre Quiberon La Commission Dubois siègeant dans la maison Le Toullec à Kéraude, du 1 au 5 août a fait comparaitre 101 prévenus. 55 (49 Emigrés et 6 Chouans) sont condamnés à mort par fusillade.

Antoine Dubois, chef du Bataillon d'Arras a présidé cette commission, assisté du capitaine Charles Wable, du sous-lieutenant Nicolas Courtois, du sergent Pierre Roty et du caporal Pierre Lemaire.

Le Bataillon d'Arras, sa triste mission remplie est

rentré sur Nantes dès le 7 août.

 

La Commission Dinne, siégeant au manoir de Kerdavid, à Saint Pierre Quiberon du 27 juillet au 10 août n'a pas encore regagné ses quartiers. La Commission Dinne doit son nom à son président Emmanuel Dinne, chef du 2ème Bataillon de Tirailleurs Belges.Elle a fait comparaître 166 prévenus. 113 (111 Emigrés et 2 Chouans) ont été condamnés à mort par fusillade.

Condamné à mort par fusillade ne veut pas dire que chaque condamné a eu en face de lui un peloton d'exécution.

doc-1-2670.JPG

 

      Un des principaux lieux d'exécution fut la plage au bout du Port d'Orange, à hauteur du bosquet, à gauche sur cette photo.La raison en est simple, cette plage est à proximité des maisons où siègent les Commissions.Mais d'autres endroits  de saint Pierre furent aussi utilisés.

  Depuis le 10 août, les fusils se sont tus.

 

La Commission Bouillon, à Auray, n'a siégé que le 29 juillet. 18 prévenus, 14 condamnations à mort ( 12 Emigrés et 2 Chouans).

La Commission Druilhe à Auray, siégeant en la chapelle de la Congrégation des hommes (actuel Syndicat d'Initiative) sur 250 prévenus n'a prononcé que 29 condamnation à mort (23 Emigrés et 6 Chouans).

La Commission Lalène, siégeant au même endroit que Druilhe, n'a pas fini son travail, de même que les Commissions Bedos, Bouillon, Levieux à Vannes. Les Commissions Lohée, Honoré, Legrand, Guidal à Vannes, Bonnard à Port Louis n'ont pas encore commencé leur sinistre tâche.

 

doc-1-2621_edited.JPG En ce Douze août, le Bataillon d'Arras, commandé par Antoine Dubois quitte Nantes pour rejoindre Châteaubriant.Sans se douter que leur tâche macabre à Saint Pierre Quiberon et sur Auray va être durement punie.

Dans la côte de La Ceriseraie, entre Carquefou et Nort sur Erdre, Les Chouans de René Victor Palierne-30 ans- et de Esprit Bégnine Blandin-27 ans-au nombre de 3 à 4 mille, attaquent le Bataillon dont peu réchappera d'une mort cruelle, les femmes qui suivaient les Chouans étant souvent les plus acharnées.

D'après les Bleus, 220 hommes seront exterminés.Le général Lemoine dans un mémoire, précise que sur trois bataillons : "j'ai le regret de vous annoncer que tous ont péri, assassinés par nos lâches ennemis. C'est à peine si les états de situation que je viens de parcourir en présentent quelques-uns sur les cadres. Les brigands avaient juré de les faire tous périr et nous ne pouvons plus qu'honorer leur mémoire républicaine".

Pour plus de détails sur cette "affaire" de La Ceriseraie, voir La Revue du Souvenir Chouan de Bretagne de juin 2010.


Commenter cet article