9 FEVRIER 1793, ABSOLUTION COLLECTIVE !

Publié le par culture

massacresseptembreCarnavale.jpgDécret de la Convention, en date du 9 février 1793, qui "suspend les procédures relatives aux évènements des premiers jours de septembre 1792 ".

Terme pudique pour désigner ce que nous appelons les "Massacres de septembre" qui firent au moins 1500 victimes, assassinées dans des conditions horribles, pour la plus grande gloire de la révolution. Ces massacres font partie intégrante des valeurs fondatrices de la république, chères à nos hommes politiques (hommes au sens latin du terme englobant les hommes et les femmes politiques de toutes couleurs). 

En évacuant ce "problème" la Convention évite à divers individus, membres de la Convention ou de la Commune Insurrectionnelle de Paris de rendre des comptes, pas devant elle mais devant l'Histoire. Citons quelques noms: Danton, Panis, Billaud-Varenne, Sergent-Marceau, Jourdeuil, Santerre, Huguenin, Stanislas Maillard, Hébert, François Héron, Lenffant, Duffort, Leclerc etc...et leurs hommes de main ; la rémunération sera de 1 Livre par assassiné alors que les "ouvriers" demandaient 40 sous. Certains obtiendront de récupérer les habits des victimes, les valeurs (argent, bijoux) étant données aux responsables des massacres. Les victimes étaient de dangereux contre-révolutionnaires: prêtres emprisonnés souvent malades et âgés, enfants, droits communs, malades psychiatriques, prostituées, orphelins etc...

Hypothèse: Et si on avait voulu tuer à moindre frais pour effrayer la population et créer, déjà, une atmosphère de Terreur afin de mieux impressionner la population et la rendre plus docile ?

Pour le moment, les assassins sont assurés de leur impunité. Et les Girondins, complices, ne vont pas tarder à s'en mordre les doigts ......tant qu'ils ont une tête pour le faire !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

thizy 10/02/2013 17:45

une honte pour la democratie

Chambretaud 10/02/2013 10:33

Il en va ainsi de la « justice » révolutionnaire. Le 26 octobre 1795, la Convention votera une loi d'amnistie générale pour les faits relatifs à la Révolution et tous les crimes étaient oubliés...
Une situation rêvée pour les escrocs et les assassins !