5 MARS 1793: Egalité encore et toujours !

Publié le par culture

Saint-Gengoux.jpg-Décret de la Convention nationale: le nom de la ville de Saint Gengoux le Royal (en Bourgogne) est changé en celui de "Jouvence".

Pourquoi "Jouvence" ? Serait-ce que la Président de la Convention - Dubois Crancé - pensait à une cure de rajeunissement ?

Il est intéressant de noter qu'à proximité se situe le fief de Cormatin dont un futur adjoint de Puisaye dans la Chouannerie bretonne porte le nom. Son passé de révolutionnaire écartera de lui bien des Révoltés ; seul Amateur de Boishardy lui fera une certaine confiance, mais de brève durée.

-Décret qui réunit à la République française la ville de Florennes et les 36 villages formant son arrondissement.

Le même discours frelaté:

La Convention nationale, au nom du peuple français, déclare qu'elle accepte le voeu librement émis par le peuple souverain de Florennes (Belgique), et ses trente six villages qui forment son arrondissement, dans leur assemblée primaire pour se réunir à la France.

En conséquence, la Convention déclare:

Art. 1er/: La ville de Florennes et les trente six villages de son arrondissement font partie intégrante de la République.

Art. 2/: Les commissaires de la Convention à l'Armée de Belgique sont chargés de prendre toutes les mesures nécessaires pour l'exécution des Lois de la République dans la ville de Florennes et dans son arrondissement, ainsi que de faire parvenir à la Convention tous les renseignements nécessaires pour fixer, dans le plus bref délai possible, le mode de réunion.

Dans quelques mois les bienheureux annexés se mettront sous les ordres du fameux Charles de Loupoigne pour "réviser" le contrat d'association.

Egalité mais.....:

-La Convention décrète que les fonctionnaires publics qui marcheront à la défense de la patrie, en qualité de gardes nationales volontaires, jouiront, pendant toute la durée de leur service, du tiers de leur premier traitement et seront rétablis dans leurs fonctions à la fin de la campagne. (Ce tiers de leur traitement correspond quand même à deux fois celui du sodat des gardes nationales volontaire ! De plus, le volontaire des gardes nationales devra, lui, à la fin de la campagne, se débrouiller pour vivre. Egalité, Egalité quand tu nous tiens !!!)


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article