31 JANVIER 1793, enterrement du MARQUIS DE LA ROUËRIE

Publié le par culture

Marquis de la Rouërie

Nous avons vu, hier, comment l'état de santé d'Armand Tuffin s'était brutalement aggravé après qu'il eût lu, dans "Le Moniteur", la mort sur l'échafaud de Louis XVI. Il est logique de consacrer une deuxième page de Blog à ce personnage hors du commun, officier de Dragons et organisateur inégalé de l'Association Bretonne qui sera à la base de la Chouannerie bretonne et mainiote ; il aura en effet eu le temps de former à ses théories judicieuses Jean Cottereau qui deviendra le fameux Jean Chouan.

P1050668.JPG

Décédé le 30 au matin dans une chambre du premier étage du château de La Guyomarais, recherché par les troupes de la Convention, il n'est pas possible d'inhumer le marquis de La Rouërie dans le caveau des La Guyomarais, à Saint Denoual, le bourg étant occupé par les Bleus. La décision est donc prise de l'inhumer dans les bois. Le lieu du Vieux Semis fut choisi, une fosse creusée par Thébault de La Chauvinais, précepteur des enfants La Guyomarais.

Au plus sombre de la nuit du 30 au 31, le corps de Monsieur Armand Tuffin fut dénudé, mis dans un drap, précautionneusement, amené près de la fosse préalablement tapissée de chaux. Le médecin Masson pratiqua, au scalpel, quelques incisions dans le corps, afin de favoriser la pénétration de la chaux qui fut versée sur le corps inhumé ;  la fosse fut refermée, cachée sous les feuilles mortes, un houx planté pour marquer l'endroit. 

Assistaient à l'inhumation clandestine: Monsieur de La Guyomarais, Thébault de La Chauvinais, Perrin le jardinier, le docteur Masson, Chafner major amériquain ancien officier et ami du marquis, Georges de Fontévieux ami et confident du marquis. 

Monsieur de La Guyomarais, rédigera et signera l'acte de décès et d'inhumation, ainsi que le docteur Masson, le major Chafner, Georges de Fontévieux, le mettra dans une bouteille qui sera cachée au pied d'un arbre et retrouvée en 1835.                    

P1050666.JPG

P1050670-copie-1.JPGHier, la tombe telle qu'elle se présente aujourd'hui, a été fleurie par deux fidèles du Souvenir Chouan au nom de l'Association. Les Américains connaissent, eux, le colonel Armand ; l'ambassade des Etats Unis a fait ériger, il y a quelques années, une stèle, en hommage "au héros de la guerre d'Indépendance des Etats Unis d'Amérique, Défenseur des libertés Bretonnes et Fondateur de l'Association Bretonne". La Revue du Souvenir Chouan de Bretagne consacrera à ce héros peu connu un long article dans La Revue de juin. Merci à Pierre et Geneviève pour le déplacement, le bouquet et les clichés.                                                              

Commenter cet article