25 OCTOBRE 1793, LE GENERAL DE LA ROCHE-NEGLY

Publié le par culture

LA-ROCHE-NEGLY-HOTEL.jpgSurnommé aussi général Rimbert, Gabriel-François de La Roche-Négly, né le 4 octobre 1757 à Chamblas en Velay, capitaine au Royal-Auvergne s'est battu lors de "la Guerre aux Amériques". Blessé grièvement lors de l'assaut de Savannah en 1779, il fallut le trépaner après qu'il eut reçu un "biscaïen" en pleine tête. Promptement rétabli, accompagné de Claude-Henri de Rouvroy comte de Saint Simon - parent éloigné du mémorialiste - il se bat avec Rochambeau ; il est présent lors de la victoire de Yorktown.

Au contraire du comte de Saint Simon qui va tourner casaque, abandonner sa particule, prendre fait et cause pour la Révolution et s'enrichir avec la vente des biens d'Eglise, La Roche Négly va prendre fait et cause pour la Contre-Révolution, au risque de tout perdre.

Dans son pays du Velay, il va recruter une armée qui comptera plus de trois cents fantassins et une cinquantaine de cavaliers pour rejoindre les fédéralistes de Lyon afin de les aider dans leur défense contre les troupes de la Convention aux ordres de Fouché et Collot d'Herbois- responsables de la mort de 5 à 6 mille personnes par canonnades -, Laporte, Albitte (surnommé le Robespierre savoyard) cinglé anti-clochers d'église (700 à 800 détruits).

Un des chefs les plus héroïques de la révolte lyonnaise, il aura eu l'occasion de réaliser plusieurs combats.

D'après Boudon-Lasherme, un soir il partira avec deux cent cinquante hommes et 50 cavaliers pour faire prisonniers, sans verser une goutte de sang, le général Nicolas son état-major et ses troupes à Saint Anthème, dans le Puy de Dôme. Il fera cette déclaration à Nicolas: "Vous n'avez rien à craindre ; nous, royalistes, nous respectons les droits de l'humanité. Vous, Républicains, vous méconnaissez les droits de la guerre ; vous assassinez vos prisonniers, nous avons pour les vôtres des égards dûs au malheur". 

La Roche-Négly ne bénéficiera pas de la magnanimité dont il avait fait preuve envers ses ennemis. Fait prisonnier le 24 octobre il est fusillé le 25 octobre 1793 sur la place Bellecour à Lyon. 

Il voulait commander lui-même le feu mais le chef de peloton essaya de l'en dissuader. Alors, le général Gabriel-François de La Roche-Négly, soldat valeureux aux états de service brillants : "Mauvais soldat de réquisition ! Si tu ne sais pas la déférence qu'on doit à un général, apprends au moins le respect que l'on doit aux morts !" Et se tournant vers le peloton: "Feu donc, Jean foutres!". Il avait 36 ans.

Le général de La Roche-Négly était apparenté aux plus grandes familles du Sud: du Pont de Ligonnès, Chapteuil de Bonneville, La Tour Maubourg, Roget de La Fagette etc...

De son souvenir, il reste cette photo de son hôtel, prise au Puy en Velay et la mémoire d'un homme valeureux, courageux et généreux.

Commenter cet article

Myriam Ogier 23/03/2013 14:48

Bonjour
Effectivement comme l.écrivait F ou P de Vaissiere, il y a confusion entre deux frères.
Gabriel François de la Roche Negly a combattu auprès de La Fayette.
celui qui est mort fusillé à Lyon est un des frères, Pierre Louis
Cordialement

de Vaissière 05/03/2012 14:01

Bonjour,

Je crois qu'il y a erreur sur la personne dont vous parlez ce n'est pas Francois Gabriel de Larochenegly dont il s'agit,mais plutôt de son frère. En effet François Gabriel de Larochenegly est mort
le 14 octobre 1838 de sa belle mort, et heureusement puisque je descend de sa fille... De plus ce dernier avait ramené de la guerre d'indépendance des USA une philosophie quelque peu différente de
son frère... contrairement à son frère qui effectivement s'est battu au coté des royalistes.
Concernant celui qui fut fusillé sur la place Bellecour, je crois qu'il a finit par épouser la fille du notaire avec qui il avait eu quelques temps auparavant un enfant, et qu'il n'épousa pas alors
pour conserver son droit d'ainesse. Ces dernies ont aussi disparu de la surface de la terre on ne sait comment..

Voila pour les infrmations, n'hésitez pas à me faire parvenir des infos qui pourraient rétablir la vérité historique.

Cordialement