23 DECEMBRE 1793.........SAVENAY

Publié le par culture

Comme chaque année depuis 1993, et depuis l'an dernier que ce Blog est ouvert, le Souvenir Chouan de Bretagne marque ce 23 décembre 1793, avant veille de la Noël, pour rappeler ce qui s'est passé à Savenay et aux alentours: La fin de l'Armée Catholique et Royale, composée de Vendéens et de Bretons.

Les troupes révolutionnaires, sous le commandement de Kléber, Marceau, Westermann, Tilly et Canuel,  vont faire un véritable carnage des malheureux rescapés de la"Virée de Galerne". Les victimes seront essentiellement les femmes, les enfants, les vieillards ayant suivi l'Armée et qui n'ont pas les qualités physiques requises pour échapper aux soldats Bleus qui vont se comporter comme de véritables soudards sans aucune pitié.

SAVENAY-23-12-2011-024.jpgD'Ancenis à Savenay, les croix de bord de route sont nombreuses sur le côté droit, sens de la marche. Deux, à Blain, sont décorées du Sacré-Coeur ; celle-ci est à la sortie de Bouvron.

SAVENAY-23-12-2011-006.jpg

A Savenay, celle qui surplombe le tombeau sous lequel sont entassés les restes humains, domine aussi le vallon qu'ont escaladé les rares rescapés pour fuir la horde républicaine et gagner la route de Guérande limitrophe. Il y a une quinzaine d'année, des ossements avaient été exhumés à l'occasion de travaux ; d'après les boutons il devait s'agir de Bleus. La municipalité, alors de gauche, avait pensé à les mettre dans le tombeau. Cette pensée avait été brève.

SAVENAY-23-12-2011-007.jpgAu pied de ce tombeau, construit là à la fin du XIXè, a été déposée la croix qui ornait l'ancienne église détruite au XIXè. Ce Christ a donc assisté aux virulents combats qui se déroulèrent souvent au corps à corps devant l'église même. C'est par cette route de Guérande que Georges Cadoudal et ses compagnons quitteront la ville assiégée, car on oublie trop souvent qu'à la fin de Savenay il y avait encore des armoricains, seuls les Chouans mainiaux avaient quitté l'Armée, à Blain, avec le prince de Talmont fâché de n'avoir pas été choisi comme généralissime le 20.
En ce 23 décembre, la bataille finie est remplacée par un massacre ; on connaît la célèbre phrase de Westermann:"J'ai exterminé les femmes et les enfants....je n'ai pas un prisonnier à me reprocher...la pitié n'est pas révolutionnaire".
SAVENAY-23-12-2011-011.jpg

Dans l'église de La Chapelle Launay, photographié aujourd'hui, ce vitrail de 1952, commandé par le curé de l'époque, l'abbé David, rappelle cette épopée.

PC230082-copie-2.JPG

 

 

 

 

Avec ses deux canons restant, Gaspard de Bernard de Marigny va faire le maximum pour que le plus grand nombre puisse s'échapper dont Madame de Lescure. Certains partant vers Guérande, d'autre allant vers la Loire où le passeur Jean Legland - bien mal nommé - va faire des prouesses et embarquera vers Frossay, de l'autre côté de l'eau, plus de MILLE personnes en plusieurs mois.


 

 

 

SAVENAY-23-12-2011-017.jpgIl a été raconté, dans un village de la région, que deux vendéens furent cachés dans une maison à deux doubles cheminées, et qu'à l'époque de la Restauration, deux paysans allant vendre leurs boeufs au marché de Challans, venant de cette maison, eurent la surprise de retrouver les deux fugitifs arrivés chez eux sains et saufs.

 D'autres, hélas !' n'auront pas cette chance puisque plus de dix mille personnes - plus que la Saint-Barthélémy sur le plan national - vont perdre la vie, soit tuées sur place soit noyées en Loire.

SAVENAY 23 12 2011 021

 

 

 

 

 

 

SAVENAY-23-12-2011-018.jpg


A la Butte de Sem, en Prinquiau, existent encore trois granges (visitées en 2003) dans lesquelles furent enfermées 800 personnes qui s'étaient rendues contre promesse de vie sauve et furent fusillées en suivant. Leurs corps furent entassés dans diverses fosses, dont trois proches de ces étables. Elles furent ouvertes en 1815 et les ossements transférés dans un tombeau puis, à la fin du XIX ème siècle, mis dans ce tombeau dans le nouveau cimetière de Prinquiau.

SAVENAY-23-12-2011-020.jpgIl est certain que là aussi, il n'y a pas que des Vendéens.
Le bilan total des victimes est assez difficile à cerner précisemment, alors qu'il est connu du côté des républicains (bien que 40 morts et 200 blessés semblent des chiffres minorés) il n'existe pas de liste des membres de l'Armée Catholique et Royale ; les estimations les plus plausibles parlant de trois mille survivants, il est certainement proche de la vérité le chiffre de douze mille tués, sur place, dans le combat et les exécutions, puis ensuite lors des fusillades et des Noyades à Nantes.

Comme disaient les latins :"Vae victis" !

C'était il y a deux cent dix huit ans....
La République va-t-elle reconnaître le génocide qui a suivi ?
Il n'est pas question de repentance, uniquement que cela soit, dans la Vérité, enseigné. Il n'est pas question de "buriner", sur l'Arc de triomphe de l'Etoile, le nom de ceux qui ont ordonné ou exécuté les ordres, mais qu'il soit enseigné que, dans la Patrie des Droits de l'Homme, des exactions de type génocidaire ont existé. Et, ce qui aurait pu s'étendre au pays entier (comme cela a été sous Lénine, Staline, Pol Pot), a été stoppé par le 9 thermidor et la chute de Robespierre.
Alors, les valeurs de la République, chiche ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Irène Pincemaille 02/01/2012 18:05

Bonjour chers amis et MEILLEURS VOEUX Á TOUS. Mardi dernier, je me suis rendue à Savenay avec deux amies (dont une adhérente au mouvement), afin de remplacer les fleurs fanées sur l'ossuaire : à
défaut de fleurs articielles, nous avons déposé une jacinthe. La 2ème amie, qui connaissait peu ces questions, a été fortement impressionnée à la lecture de l'horrible compte-rendu de
Westerman.
Nous avons, ensuite, gagné Prinquiau où nous avons déposé la 2ème jacinthe apportée. Je voulais montrer les vitraux de La Chapelle Launay : hélas, église toujours fermée !
L'Abbaye de Blanche Couronne fermée elle aussi, nous sommes allées jusqu'à Rohars en Boué où j'ai fait à mes amies le récit qe vous rapportez au sujet de ceux qui ont sauvé des malheureux au péril
de leur vie. Nous avons donc, à peu près, refait l'itinéraire du mois de Juillet dernier, à l'exception de Blain.
AU LIEU DE DONNER DES LEÇONS Á LA TERRE ENTIÈRE, QUE LA RÉPUBLIQUE COMMENCE DONC PAR BALAYER DEVANT SA PORTE !!!

thizy 24/12/2011 11:26

bonjour

bravo pour l article et joyeux noel 20111

cordialement