20 NOVEMBRE 1792, L'ARMOIRE DE FER, MYTHE OU REALITE ???

Publié le par culture

ARMOIRE DE FEREn ce 20 novembre 1792, François Gamain, qui fût au temps de la royauté - maintenant abolie- le serrurier de Louis XVI, est venu dénoncer à Roland, Ministre de l'Intérieur, l'existence d'une armoire cachée au château des Tuileries.

Les documents trouvés dans cette armoire, dissimulée derrière des boiseries, seront des "papiers" à charge contre le Roi de France tels qu'ils lui seront présentés par Barère lors de son interrogatoire de décembre.

Devant Roland, cette armoire, dont la serrure est à l'extérieur de la porte (bizarre pour un coffre de sûreté) sera forcée par Gamain. Roland aura largement le temps d'éplucher ces documents avant de les remettre sur le bureau de la Convention. Plus tard, on trouvera, chez Thierry de Ville d'Avray,  un trousseau de clefs dont une ouvre la serrure en question ainsi que d'autres portes. Encore bizarre pour une serrure de sécurité !!!

Roland n'avait aucun respect pour le Roi qui l'avait évincé de son gouvernement le 13 juin 1792 pour incompétence. Roland avait été ré-intégré à ce poste par l'Assemblée Législative le 10 août, après la Prise des Tuileries. Ne pourrait-on pas, à partir de là, et selon l'excellente enquête des Girault de Coursac, subodorer une vengeance ?

Roland n'aurait-il pas fait du "bourrage" de documents durant le laps de temps qui s'est écoulé entre l'ouverture de la fameuse armoire et le dépôt des papiers sur le bureau de la Convention  en ce 20 novembre 1792 ? Tout en faisant disparaître des papiers compromettants et en y ajoutant certains autres ? Ce qui expliquerait les réponses de Louis XVI, lors de son interrogatoire: "Je ne m'en souviens pas", "Je ne reconnais pas", "Je n'ai pas signé cela". D'autant qu'au vue des archives, la signature de celui qui n'est plus que Louis est relativement  simple à imiter. Ce qu'au temps de la Royauté, nul ne se serait permis !!!

La gravure qui accompagne ce texte est de l'époque de la révolution et charge Mirabeau. Cette immense armoire est une utopie, les documents ramassés (???) par Roland ayant été contenus dans une seule serviette ; l'Armoire de Fer, si elle a existé, n'était pas un coffre-fort mais aurait été une de ces petites armoires murales encastrées.

Les recherches continuent ; la preuve: cet article est sensiblement différent de celui du mois de mai sur le même sujet.

Mais n'oublions pas que la révolution est une affaire de voyous et que chez les voyous, pour discréditer l'adversaire, tout est permis.

Cette recette est toujours d'actualité ; n'en n'avons-nous pas eu la preuve avec le récit médiatique des évènements parisiens du dimanche 18 novembre...2012 ?

Commenter cet article