1792 - 2012. PÂQUES

Publié le par culture

Curieusement, ces 220 ans correspondent exactement. Dimanche 8 avril 1792, dimanche 8 avril 2012. La même date, pour ce dimanche où nous fêtons la Résurrection du Christ, à 220 ans d'écart.

Il ne se passe rien de particulier en Bretagne, même dans le Morbihan. Il y a bien quelques accrocs, par ci par là, mais rien de la dimension de ce qui s'est passé dans le pays de Vannes en février 1791 lorsque trois mille paysans sont venus se rassembler afin d'empêcher l'expulsion de leur évêque. N'en déplaise aux adorateurs de la révolution et farouches anti-catholiques, ce sont des prêtres qui ont ramené le calme et les Dragons de Lorient la violence.

A cette époque, le midi languedocien bougeait fortement à Jalès, mais le Roi, encore confiant dans l'évolution des réformes et sans préjuger de leurs effets néfastes, le désavouait.

A Orgelet, dans le Jura, on fait appel à la troupe pour "mater" quelques furieux qui veulent troubler les cérémonies pascales.

En ce dimanche de la Résurrection de 1792, nous ne pouvons tourner notre regard que vers Compiègne où une carmélite a eu la vision du sort qui attendait celles qui voulaient rester fidèles à leur engagement religieux. A la suite de ce songe, les religieuses feront don de leur vie pour que la paix soit rendue à l'Eglise et à l'Etat.

Il leur reste deux ans et cent jours avant d'entonner "Laudate Dominum, Laudate Dominum, omnes gentes Alleluia" en montant à l'échafaud.

Mais elles ne le savent pas.

Les lois criminelles contre les prêtres rétifs au Serment vont se préciser dans les jours à venir.

La guerre qui va être déclaré aux puissances étrangères va donner le coup d'envoi à une persécution comme jamais la France n'en a connue.

Le pays ne sait pas encore le vent de folie qui va le secouer durablement, jusqu'à deux cent vingt ans après.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chouanne du 3ème millénaire 08/04/2012 13:52

En effet, en cet heureux jour de Pâques, il est bon de prier pour toutes ces âmes avant tout Chrétiennes, qui ont fait don de leur vie pour que chacun puisse librement pratiquer sa foi, aujourd'hui
encore. Cependant, à l'image de Jésus Ressuscité, que peuvent penser les victimes des bourreaux de la Révolution devant la faible ferveur chrétienne qui anime aujourd'hui nos consciences, et
qu'elles ont pourtant défendue jusqu'à la mort? Nul doute qu'elles s'interrogent sur la valeur de leur sacrifice, constatant sans doute avec tristesse que nous tournons actuellement le dos au Saint
Père, au profit d'une société bâtie sur la notion du "chacun pour soi".
Heureuses fêtes de Pâques à toutes les âmes chrétiennes d'hier et d'aujourd'hui!