1792 - 2012, 20 AVRIL, IL Y A DEUX CENT VINGT ANS...

Publié le par culture

Portrait_de_Louis_XVI-246x300.jpg

LE DEBUT DE LA FIN...

Ce vendredi 20 avril 1792  - le calendrier grégorien n'ayant pas été aboli par Fabre d'Eglantine et consorts qui n'étaient pas encore passés par là avec leur réforme pitoyable (précurseurs des réformes démagogiques toujours d'actualité 220 ans après) - le Roi forcé par ses ministres girondins dont il ne voulait pas, vient d'autoriser l'Assemblée Législative à déclarer la guerre à l'Autriche.

Le jeu des alliances fera que l'Autriche se trouvera épaulée par la Prusse. Cet état de guerre, sous des noms de régimes différents - Convention, Directoire, Consulat, Empire - va perdurer jusqu'à 1815. Cela, Louis XVI, le Roi Bienfaisant (Professeur Jean de Viguerie), ne le savait pas.

Il ne sait pas que le respect qu'il porte aux peuples de son royaume, lui qui ne veut pas répandre le sang, va engendrer la fureur des tarés qui feront la plus belle hécatombe du peuple de France pour les décennies à venir. Lui qui n'a jamais porté une cuirasse, ou n'a jamais été représenté en tenue guerrière, est forcé par Dumouriez et les ministres Girondins de déclarer la guerre à l'Autriche de sa belle-famille.

Armel de Wismes me disait une fois que son tort fut peut-être de ne jamais se présenter en chef militaire. "Et il est le seul roi dans ce cas".

Toujours est-il qu'en ce samedi 21 avril les décrets de déclaration de guerre sont portés au ministre plénipotentiaire d'Autriche. La machine destructrice de la monarchie est lancée. Rien ne l'arrêtera avec les conséquences que nous savons, 220 ans après.

Et pourtant, pour le bien de son peuple, le Roi de France avait accepté beaucoup, même au delà de ce qui pouvait être bon, éventuellement, pour lui. Le peuple pour lequel les réformes sont soi-disant faites, ne sait pas encore que c'est lui qui va "trinquer".

Robespierre, le poudré à défaut de teinture de cheveux ou de poche de farine, reste encore présentable mais cela ne saurait durer.

La puissance destructrice des idées de la "philosophie des Lumières" (et des philosophes guerriers bien au chaud chez eux il en existe encore), que Louis rejetait, va se révéler par la démolition de toutes les structures de la société et de ces libertés qui seront remplacées par la "Liberté et l'Egalité" bientôt suivies de leur corollaire:"ou la mort".

Régulièrement, nous suivrons sur ce Blog, les évènements vieux (?) de 220 ans.

Bis repetita placent ? ça ne "placent "pas forcément ! Surtout quand ça sent la fureur assassine.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article