INDÉCENCE ou INCONSCIENCE PROVOCATRICE ?

Publié le par culture

INDÉCENCE ou INCONSCIENCE  PROVOCATRICE ?

Telle est la question que l’on peut se poser, une semaine après les funérailles du Père Olivier Maire, sur la présence du ministre de la « Justice » à la cérémonie mortuaire du  religieux assassiné par un rwandais hors la loi qu’il hébergeait.

En effet comment Dupondt-Moretti peut-il être présent, lui le ministre de tutelle de l’organisme qui avait refusé, via le tribunal administratif de Nantes, d’expulser le rwandais en situation illégale depuis son arrivée illégale en France ; de quels soutiens politiques a bénéficié cet ancien officier de police judiciaire de Kigali dont la famille Hutu (signalée par sa soi-disant piété catholique) est impliquée dans le génocide qui a touché le Rwanda en 1994 ; le père a été exécuté sommairement (jugé coupable après son exécution !) pour cela et l’oncle emprisonné à vie ?

Pourquoi à l’indécence de comportement des ministres Dupondt-Moretti et Darmanin ne se sont pas associés l’ex évêque de Nantes (qui avait demandé au Préfet de faire preuve de bienveillance à l’égard d’Emmanuel Abayisenga futur destructeur, à l’époque, des Grandes orgues de la cathédrale) et  de l’archiprêtre de la même cathédrale qui avait confié toutes les clés de l’édifice à ce  triste individu (et qui les avait retirées à un guide bénévole de toute confiance) ?

Le Rwandais est qualifié (par des gens qui par ailleurs se moquent en général de la chose) de pieux catholique (L’Obs), servant de messe et même lecteur (alors que, détail piquant, les premiers articles de presse détaillaient qu’il avait fallu trouver un interprète pour son premier interrogatoire au Commissariat de police de Nantes le soir de son forfait du 18 juillet) ; on pourrait citer les noms de personnes présentées dans nos milieux comme de fervents catholiques et qui ne sont pas des exemples. S’il avait été fervent catholique (d’après Le Monde) comment aurait-il pu accomplir ses forfaits matériels du 18 juillet 2020 et l’assassinat commis le 9 août 2021 ?

Pas triste non plus l’assertion du Vice-procureur du TGI de la Roche sur Yon, Le Goater, qui qualifie le crime du Père Olivier Maire de meurtre et non d’assassinat. Le meurtre est un homicide volontaire, l’assassinat est un meurtre prémédité. J’ai même aperçu que l’on s’orienterait vers la qualification d’homicide involontaire ! Peut-être va-t-on nous dire bientôt que le Rwandais s’est introduit dans la chambre du Père Olivier Maire pour lui demander un renseignement et que le prêtre qui était sous la douche aurait glissé sur une savonnette et se serait fracassé, à plusieurs reprises, le crâne sur le rebord de la douche ?

Abayisenga (dont le nom dans Le Monde est précédé de M.) est arrivé en Loire Atlantique vers la fin 2015 et se montre très vite dans les cercles « catholiques » du diocèse ; il fera même partie de la délégation nantaise qui en 2016 ira au Vatican, le rwandais se trouvant même au premier rang pouvant ainsi échanger avec Francisco di Roma.

Dans L’Obs société du 10 août 2021 on peut lire : « Une agression extrêmement traumatisante, subite (sic) en janvier 2018, pourrait aussi expliquer en partie son basculement. Le soir du réveillon du 31 décembre, Emmanuel Abayisenga, alors en mission bénévole à la cathédrale de Nantes, est agressé devant la sacristie. Un individu s’est jeté sur lui, lui mettant une veste sur la tête, avant de le griffer violemment au visage et de le pousser au sol. « Cette agression a été un tournant dévastateur. À partir de là, dans son psychisme, la cathédrale était devenue un lieu de violence », assure son ancienne avocate, Maître Amandine Le Roy, à « la Croix ».Dans un message décousu envoyé à plus de 250 contacts (dont l’archiprêtre qui mentira en direct en disant au journaliste l’interviewant qu’il doute de la culpabilité du mis en examen note SCB), il évoque en filigrane la possibilité de s’attaquer à la cathédrale pour y exorciser une menace diabolique. « S’il y a un fantôme ou esprit diable qui m’a agressé au sein de vos services et a caché à vos yeux la dégradation de mon état de santé depuis, avant de continuer du bénévolat toujours pour l’intérêt commun, je dois d’abord sécuriser le lieu comme mon agresseur : en y cherchant et en y faisant d’abord sortir plus loin ce diable. » Hospitalisé en psychiatrie 10 jours avant le drame ». Fin de l’article de L’Obs.

(Un missionnaire me disait, rentrant d’Afrique, que certains catholiques y gardaient, malheureusement, un grand fond animiste donc de sorcellerie note SCB).

A la fin de sa détention provisoire le 31 mai dernier, il avait été placé sous contrôle judiciaire, avec obligation de résidence au sein de la communauté religieuse vendéenne, selon le parquet de La-Roche-sur-Yon.

Mais le 20 juin, la gendarmerie avait été sollicitée par le père Olivier Maire car le suspect « voulait quitter son hébergement ». Il avait alors été hospitalisé en psychiatrie, avant de revenir dans la communauté une dizaine de jours avant le drame, selon la même source ».

Pour qualifier cet assassinat d’un prêtre? l’évêque de Vendée évoque un « martyr de la charité ».Mgr Jacolin oublie quant même que la Communauté des Missionnaires Montfortains n’est pas un hôpital psychiatrique et que c’était prendre un très gros risque que d’accueillir un individu instable qui avait fait, par les dégâts irréparables commis dans la cathédrale de Nantes qu’il voulait exorciser de son diabolisme, l’étalage de son délire psychiatrique.

Un danger public mortel qu’il a démontré en assassinant le Père Olivier Maire, plutôt martyr de l’angélisme religieux et de l’incurie (incompétence ?) politique.

Alors la présence du ministre de la « justice » : indécence, inconscience j’menfoutisme ?

La justice française prompte dans certains cas, exagérée dans d’autres, absente dans celui-ci  aurait appliqué la loi, le Père Olivier Maire serait toujours sur cette terre et la cathédrale de Nantes toujours ouverte au public dont les oreilles seraient charmées par les pièces musicales sortant des deux orgues ! Quel gachis M. le ministre de la ""justice"" !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :