VALENCIENNES, 23 OCTOBRE 1794, MASSACRE REPUBLICAIN

Publié le par culture

VALENCIENNES, 23 OCTOBRE 1794, MASSACRE REPUBLICAIN

Révolutionnaire passionné, Robespierre en a perdu la tête le lundi 28 juillet 1794 ; la Convention revêt une toge neuve et immaculée, lavée du sang qui la souille et devient thermidorienne pour laisser penser au peuple  que le bonheur est là, de nouveau.
Pure illusion ; la malfaisance assassine anticatholique fonctionne toujours ; les pacifiques religieuses Ursulines de Valenciennes vont l'apprendre à leurs dépens.

Elles sont 32 à s'occuper de l'enseignement de la population ; riches et plus pauvres bénéficient de leurs cours lorsque survient la satanique révolution qui les chasse de leur école et de leur couvent qui leur sont volés le 18 août 1792. Elles obtiennent les papiers nécessaires pour aller se réfugier à Mons ville des Pays Bas autrichiens.

Après la déclaration de guerre de la république aux Autrichiens en avril 1792 ces derniers prirent la ville le 28 juillet 1793 ; les Ursulines revinrent donc s'installer dans leur couvent dévasté et les cours reprirent dans leur école. Le répit dura peu de temps et la ville retomba dans les mains des révolutionnaires après la Bataille de Fleurus (26 juin 1794) fin juillet.

Vingt et une religieuses partirent avec les Autrichiens ou allèrent se cacher ; onze restèrent pour continuer leur rôle d'enseignantes. Elles furent arrêter par les révolutionnaires et enfermées dans leur couvent pour "fanatisme, trahison, émigration, port d'habit prohibé" et "Avoir exercé sous la protection de l'ennemi des fonctions qui leur avaient été précédemment interdites " (exercice religieux et enseignement).

C'est une commission militaire de cinq membres qui organise le procès. Un argument fallacieux et vicieux figure dans le dossier "Emigrées rentrées"! Les religieuses sont parties à Mons (actuelle Belgique) avec des passeports en août 1792 car elles étaient chassées de France et pouvaient aller se réfugier où bon leur semblait ; elles choisirent Mons (Pays Bas autrichiens) où existait un couvent d'Ursulines. Puis quant les Autrichiens prirent Valenciennes elles revinrent dans leur couvent d'origine. Lorsque les Autrichiens s'enfuirent après leur défaite Valenciennes prise par les révolutionnaires redevint territoire français. Donc les religieuses étaient bien des émigrées rentrées et donc passibles de la peine de mort. CQFD ! Cet façon de tourner la loi fut utilisée dans les départements limitrophes en particulier par l'ignoble Le Bon (le mal nommé) à Arras avec les prêtres et religieux réfugiés à Tournai (Belgique) lors de sa prise par les révolutionnaires.

Sont concernées par ce ""tribunal"" militaire créé par Jean-Baptiste lacoste, Représentant en mission, 116 personnes dont 34 prêtres ou religieux, 13 religieuses et 69 laïcs. Les laïcs sont finalement écartés ainsi que 5 prêtres et deux religieuses.

29 prêtres ou religieux sont guillotinés entre juillet et novembre 1794.

Cinq religieuses seront guillotinées le 17 et six le 23 octobre, il y a 226 ans.  Elles montèrent à l'échafaud en chant le Magnificat. Le pape Benoît XV les a béatifiées le 13 juin 1920

 

Le 17 octobre 1794 :

Sœur Nathalie (Marie-Louise Vanot,66 ans, de Valenciennes)

Sœur Laurentine (Jeanne-Marie Prin, 47 ans, de Valenciennes)

Sœur Marie-Ursule (Hyacinthe-Augustine Bourla, 48 ans, de Condé-sur-Escaut)

Sœur Marie-Louise (Marie-Geneviève Ducret, 38 ans, de Condé-sur-Escaut)

Sœur Augustine (Marie-Madeleine Desjardins, 34 ans, de Cambrai)

Le 23 octobre :

Sœur Clotilde-Angèle Paillot, (Clotilde-Joseph, 55 ans, de Bavay)

Sœur Joseph Leroux, (Anne-Joseph, 43 ans, de Cambrai)

Sœur Scholastique Leroux, (Marie-Marguerite, 43 ans, de Cambrai)

Sœur Anne-Marie Erraux, (Augustine, 32 ans, de Pont-sur-Sambre)

Sœur Françoise Lacroix, (Liévine, 41 ans, de Pont-sur-Sambre)

Sœur Cordule Barré, (Jeanne-Louise, 44 ans, de Sailly-en-Ostrevent)

Leurs sœurs, à l'initiative de l'une d'entre elles) leur ont sacré une exposition en 2019 à voir dans la vidéo.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :