PARCE DOMINE, PARCE POPULO TUO

Publié le par culture

Hier après-midi, Dimanche, l'abbé Amaury Brillet est monté dans le clocher de l'église dont il est le vicaire, Saint Patern, pour donner la bénédiction du Saint Sacrement à la ville de Vannes. Selon l'antique formule il a chanté l'hymne de pénitence :

Parce Domine, Parce populo tuo, ne in aeternum irascaris nobis,  Pardonnez Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne vous fâchez pas contre nous pour l'éternité.

L’Épiscopat suit à la lettre les ordres du gouvernement interdisant les rassemblements de plus de 100 personnes comme si les assemblées de fidèles dans les églises étaient identiques à des rassemblements d'individus comme dans un hall de gare ou dans une discothèque.
J'ai honte d'être involontairement complice quand on pense à ceux dont nous honorons toujours le souvenir du martyr jusqu'à l'ultime sacrifice et qui n'ont pas eu peur des virus maladifs ou idéologiques.

A-t-on signalé, depuis vingt siècles, un cas de contamination par la Sainte Communion ?

Comme on pouvait voir, hier après-midi à Lourdes, l'esplanade de la Grotte de Massabielle totalement déserte pour la récitation du chapelet dont les deux orants n'osaient même pas lever les yeux vers la statue de l'Immaculée. Sauf pour les invocations.

Lourdes, la Cité des miracles dont les sanctuaires sont inaccessibles (comme les bains) à ceux qui viennent demander une guérison.

A se taper la tête contre le rocher !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :