ALLELUIA ! LOURDES, ORANGE ( la VILLE pas le téléphone)

Publié le par culture

ALLELUIA ! LOURDES, ORANGE ( la VILLE pas  le téléphone)

La Cité mariale a été témoin d'un nouveau miracle à l'occasion de la venue du Saint-Esprit lors de l'assemblée des évêques. En effet 224 ans après leur martyre à Orange les évêques de France, réunis à Lourdes, ont décidé d'enfin donner suite, par leur (éventuelle quand même) canonisation, à la béatification des 32 religieuses guillotinées en juillet 1794, béatification  proclamée le 10 mai 1925 par le Pape Pie XI.

Un an après que l'excellent évêque d'Avignon ait nommé un Postulateur à leur cause. (Je dis excellent car il n'a pas sa langue dans sa poche cet évêque qui va au charbon ; en 2011 il avait tenu des propos très fermes au sujet de la photo blasphématoire "Piss Christ" et citant nommément les maçons pas francs. Plus récemment la messe du Festival d'Avignon retransmise par France-Culture avait porté sa pensée à travers son homélie dans laquelle il dénonçait la GPA, la PMA, le suicide assisté, et, oh  blasphème ! L'entrée de Simone veil au panthéon) !

Pour des causes plus discutables, des canonisations, ne respectant pas les délais canoniquement établis, ont été beaucoup plus rapides. Et le Vénérable Pie XII, dont la sainteté est attestée, attend toujours à la porte de la Congrégation pour la cause des saints alors qu'il vient de se faire doubler par le fumeux Paul VI (fumeux parce que dénonciateur des fumées de Satan ayant envahi l’Église alors qu'il en a ouvert les portes et les fenêtres !).

Autre raison de l'Alleluia une traduction importante,  polémique et mauvaise depuis quarante ans du Credo sur la constitution de la Sainte Trinité Consubstantielle et non de même nature. Mais le nouveau texte ne sera de service qu'en fin 2019 (alors que les traductions d'après V2 avaient été effectuées en quelques mois) !

Par contre rien sur la persécution des "chouannes" de Mayenne, religieuses de profession, par leur évêque Mgr Thierry Scherrer. Ces religieuses dirigent des EHPAD et ne seraient pas assez progressistes au goût de l'évêque. Pourtant celui-ci a pour devise "soyez remplis du Saint-Esprit". Hélas, on peut douter de la Spiritualité du remplissage.

Pour en revenir aux religieuses dites d'Orange elles étaient dans des couvents aux alentours : Carpentras, Pont Saint-Esprit, Sisteron, Caderousse, Avignon, Pernes, Bollène (13 sacramentines) dont l'émouvante chapelle (dans laquelle le Saint Sacrement est perpétuellement exposé) où le prêtre montre l'émouvante pièce de laquelle elles assistaient, derrière un rideau, à la Messe et où l'on voit le petit guichet par où elles recevaient la communion à genoux.

Parmi les 332 suppliciés figurent aussi 36 prêtres et religieux. les 264 restants sont tous de dangereux individus : couturière, servante, cordonnier, paysans, ouvriers soyeux, aubergistes, maréchaux-ferrants, bouchers, meuniers, colporteurs, tailleurs, orfèvres, maçons, vanniers etc. Les habituels nantis de l'époque, quoi !

Tous reposent dans les trois fosses communes sous et face à la chapelle de Gabet dans laquelle la messe est célébrée par l'évêque d’Avignon tous les 9 juillet.

Les corps des juges bourreaux, après la guillotine, furent eux jetés dans le Rhône par la population; un fut lynché, un autre assassiné puis noyés. Un autre préféra rester en prison plutôt que d'être exposé à la foule.

 

La croix sous laquelle se trouve la fossé des religieuses.

La croix sous laquelle se trouve la fossé des religieuses.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :