LECTURES FRANÇAISES PARLE DU SOUVENIR CHOUAN DE BRETAGNE

Publié le par culture

LECTURES FRANÇAISES PARLE DU SOUVENIR CHOUAN DE BRETAGNE

Le mensuel contrerévolutionnaire Lectures Françaises a consacré au Souvenir Chouan de Bretagne deux demi-pages (39 et 40) de sa dernière publication d’avril. La rédaction de Lectures Françaises a surtout retenu l’article consacré au Musée-bibliothèque-archives l’Inguimbertine à Carpentras dans le Vaucluse installé dans l’ancien hôpital de l’Hôtel Dieu voulu par Monseigneur d’Inguimbert en 1754.

Cette prouesse culturelle a été réalisée par son  talentueux Conservateur général Monsieur Jean-François Delmas auquel le Souvenir Chouan de Bretagne réitère ses chaleureuses félicitations pour ce travail remarquable d‘éducation à la beauté et à la connaissance.

Si vous allez dans le Midi il vous faut absolument visiter cette merveille de culture.

 

Lectures Françaises évoque succinctement d’autres sujets traités tels que l’abbé Matthieu de Gruchy dont le Souvenir Chouan de Bretagne a été le seul à évoquer la mémoire pour le 220ème anniversaire de son exécution place Viarmes, le comte de Scépeaux qui fait l’objet d’une généreuse biographie à l’occasion de la sortie de l’ouvrage de Tanneguy Lehideux, et le superbe Aimé Picquet du Bois Guy.

Le mensuel évoque aussi Jean Jan dont nous saluerons la mémoire lors de notre rassemblement du 30 juin.

Merci à Lectures Françaises et à sa rédaction pour ce nouvel article qu’elle nous consacre.

 

Mais il ne faut pas hésiter à lire cette production de DPF VAD, BP 70001, 86190 Chiré en Montreuil ; revigorante, très bien documentée et laissant peu de part aux rêve sur les capacités de notre pauvre pays à se redresser dans les conditions actuelles d'absence de gouvernement volontaire.

Giscains des Stars disait déjà, en 1974 : Là où il y aura une volonté il y aura la France. Ce furent de belles paroles du dieu Éole.

Donc dans cette livraison de DPF des articles sur l'Education et les libertés scolaires, entr'autre, mais aussi l'ineffable Toubon qui aurait du s'appeler Toutmauvais par sa nullité sauf celle de s'être enrichi sur le dos des contribuables. Une lettre de Bismarck datant de 1871 sur les capacités des Français à s'auto-détruire comme ils l'ont montré avec le combat de la Commune contre l'Etat de droit. Ce numéro se termine par l'analyse d'un livre de Gérard Bédel sur le gaullisme, maladie sénile de la Droite, qui fera tousser.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :