22 MAI 1807, L’ABBÉ HENRY ESSEX EDGEWORTH de FIRMONT, RÉFRACTAIRE CÉLÈBRE, MEURT

Publié le par culture

22 MAI 1807, L’ABBÉ HENRY ESSEX EDGEWORTH de FIRMONT,                                    RÉFRACTAIRE CÉLÈBRE, MEURT

L’abbé Henry Essex Edgeworth de Firmont, est né en 1745 à Edgeworthstown ; il est le fils d’un couple presbytérien irlandais converti au catholicisme et qui a alors émigré en France, à Toulouse, où le jeune Henry fera ses études. Il ajoutera à son patronyme celui d’une terre de la famille : Firmount. Ayant ressenti l’appel de Dieu il ira faire ses études au Séminaire des Missions étrangères. Après son ordination il sera contacté par Madame Elisabeth, sœur de Louis XVI, qui l’a choisi comme confesseur, son charisme et l’excellence de sa foi ayant établi sa réputation. Après les Massacres de septembre il vit quelques temps caché dans son appartement des Missions étrangères rue du Bac, puis caché chez sa mère et sa sœur enfin chez des amis à Choisy le Roi puis de nouveau chez sa mère où il sera convoqué par le Ministre de la Justice, Garat, pour assister le Roi.

Ne voulant pas se charger des Saintes Espèces, redoutant une possible profanation par les sbires du Temple, il va proposer au Roi de lui dire la Messe. Louis XVI redoute, pour l’abbé, cette initiative et finalement cède devant l’obstination de son aumônier temporaire. L’abbé fera sa demande qui, à sa grande surprise, sera acceptée à la seule condition que les objets du culte seront fournis par le Comité de salut public.

Croix, nappes, aube, calice, patène, chasuble, étole, manipule, hosties seront livrées dans la nuit.

A l’aube le Souverain pourra ainsi assister à la messe célébrée par un prêtre réfractaire.

Après l’exécution de Louis XVI, l’abbé Edgeworth de Firmont arrive à fendre la foule des gardes et à disparaître.

Une opportunité lui fait rencontrer Monsieur de Malesherbes, effondré par l’annonce de l’assassinat de Louis XVI, et qui lui conseille de fuir : « Fuyez cette terre d’horreur et les tigres qui la gouvernent; non ils ne vous pardonneront jamais votre inviolable attachement pour le plus infortuné des rois ; votre conduite de ce matin est un crime dont tôt ou tard ils chercheront à vous punir ».

Mais il reste quelques temps à Paris car, avant de partir pour un exil forcé, Monseigneur de Juigné, Archevêque de Paris lui a confié la lourde tâche de Vicaire général. C’est cette responsabilité qui l’empêchera de quitter immédiatement la capitale. Après quelques jours passés dissimulé la nuit dans sa chambre des Missions étrangères, il acceptera l’offre d’hébergement du baron Louis Robert de Lézardière et ira habiter à Marly le Roi où il restera trois mois. Monsieur Robert de Lézardière a perdu un fils (Jacques Augustin), Diacre, lors des Massacres de septembre (béatifié en 1927) ; il va en perdre deux autres, Jacques-Paul et Sylvestre guillotinés le 7 juillet 1794 (inhumés à Picpus). Puis il est hébergé par le Comte de Rochechouart à Montigny Le Bretonneux sous le nom de Essex. Il reste là quatre mois.

Dans l’incapacité qu’il est d’apporter le moindre secours spirituel à Madame Elisabeth et d’assurer son service de Vicaire général il part avec monsieur de Lézardière se réfugier à Bayeux où ils restent dix huit mois. C’est là qu’il apprit l’assassinat de Madame Elisabeth, la sœur de Louis XVI, l’emprisonnement de sa maman et son décès ainsi que l’arrestation de sa sœur Betty. Alors de Bayeux il s’embarque pour Londres et rencontre le comte d’Artois à Edimbourg ; demandé par le Comte de Provence comme confesseur, il partira pour Blankenburg chez le Duc de Brunswick où habite le futur Louis XVIII, puis à Mittau (actuelle Jelgava en Lettonie), nouveau lieu de villégiature des proscrits, où le château a été mis à leur disposition par le Tsar Paul 1er.

Dans un des salons aménagé en chapelle sera célébré, le 10 juin 1799, le mariage de Marie-Thérèse Charlotte - la seule rescapée des enfants de Louis XVI et Marie-Antoinette – avec le fils aîné du Comte d’Artois (futur Charles X), le Duc d’Angoulême par le cardinal de Montmorency assisté de l’abbé Henry Edgeworth.

C’est dans cette ville que l’abbé décèdera, le 22 mai 1807, à l’âge de 62 ans, du typhus communiqué par des soldats français prisonniers (après la bataille d’Eylau ?). Le cimetière où il est inhumé a été rasé par l’occupant Soviétique après 1945.

La très jolie église de Saint Urcize, dans le Cantal, conserve dans une niche un calice supposé avoir été le calice de la dernière messe de Louis XVI. Après moult recherches cela semble peu probable. L’abbé a accompagné le Roi jusqu’à l’échafaud, n’est pas revenu au Temple et a ensuite disparu avant de partir se réfugier à l’étranger. Il semble plus plausible que ce soit le prêtre (l’abbé Magnien ?) qui a fourni tous les objets du culte et est venu les récupérer.

En effet la chasuble fait partie du trésor de l’église Notre Dame de Bonne Nouvelle dans le IIème arrondissement de Paris et le calice à celui de Notre Dame des Victoires, dans le même arrondissement.

C'ETAIT IL Y A 210 ANS, EXACTEMENT.

 

22 MAI 1807, L’ABBÉ HENRY ESSEX EDGEWORTH de FIRMONT,                                    RÉFRACTAIRE CÉLÈBRE, MEURT22 MAI 1807, L’ABBÉ HENRY ESSEX EDGEWORTH de FIRMONT,                                    RÉFRACTAIRE CÉLÈBRE, MEURT