DIMANCHE 13 NOVEMBRE : NOYADES de NANTES, UN AUTRE FILM et miscellanées.

Publié le par culture

La faible participation de notre journée du Souvenir ne peut s'expliquer, en dehors de rares agissements négatifs, que par un désintérêt total pour la cause à laquelle nous sommes attachés ; on pleure sur les événements actuels, les persécutions religieuses ici et là, on vocifère devant les télé ou sur les claviers mais, mais... Il y a le repas dominical, le poulet ou le rôti de boeuf à faire cuire, le feuilleton de Thierry la Fronde à ne pas rater sans oublier l'après-midi à regarder Guy Lux !

Je dis cela car, à la fin de la messe de 11 H 15 à Saint Clément, je fis une annonce (que m'avait autorisée l'abbé Yves Chéreau, Curé de la paroisse) sur les événements, vaguement connus de la Terreur à Nantes. Ce petit exposé de 1 ou 2 minutes, concentré sur l'essentiel, fut écouté dans un grand silence par les 4 ou 500 fidèles. Que l'hommage serait ponctué par un parachutage de gerbe dans la Loire vers 12 H 30 du haut du pont Anne de Bretagne. Finalement seules 6 personnes ont suivi. Alors....... Il n'y a qu'une fois, c'était à l'église Sainte Croix en 2013, les trois prêtres étaient restés, attentifs,  pour l'exposé fait devant la chaire et une soixantaine de fidèles. Ce fut la seule fois, en 19 ans où des prêtres furent intéressés par le calvaire de leurs frères. Une seule fois il y en eut un, mais sédévacantiste (même si l'on est en profond désaccord avec lui il y a un Pape!) qui me déclara:" Moi, j'aurais été réfractaire !" et je lui répondis : "Les réfractaires l'ont été parce qu'ils étaient obéissants au Pape, ce qui n'est pas votre cas !". Ambiance.

Heureusement que ceux dont nous honorons la mémoire n'avaient pas la télévision sinon ils seraient restés chez eux malgré la persécution qui, finalement, aurait été douce, comme celle actuelle. Il n'y aurait plus de culte, plus de prêtres, plus d'églises. Car on oublie trop souvent que c'est grâce aux combats de ceux qui sont morts durant les années terribles que nous avons encore la "liberté" religieuse.

Même si l'on a un pape (qui ne doit pas connaître son Histoire) qui pactise avec ceux qui furent durant des siècles les ennemis des catholiques, les luthériens fils d'un moine apostat et hérétique et qui furent souvent acharnés (en particulier dans les Cévennes) à la perte des catholiques contrerévolutionnaires. Il était inconcevable qu'un pape pactise avec l'hérétique surtout évêque-femme !

Dans La Revue N° 40 de décembre 2015, page 12, 3ème § ligne 2 (clin d'oeil à Richard !) il est possible de lire la remontrance que l'excellent évêque de Dol, Monseigneur Urbain-René de Hercé fit, à Versailles, au Roi Louis XVI suite à la publication du nouvel Edit concernant les Protestants et les Juifs : «Votre majesté n'a point à craindre de notre part des déclarations dictées et par la haine et par la passion; s'il nous arrive quelquefois de nous plaindre de l'aveuglement et de l'obstination de nos frères errants, c'est moins pour les proscrire que pour les rallier s'il était possible dans le sein de la véritable église, leur mère que la simple abjuration de leurs erreurs peut consoler des pertes qu'elle a faites. Il n'est aucun évêque, j'ose le croire, qui ne fut disposé à faire le sacrifice de sa vie, s'il pouvait à ce prix, obtenir de leur part un retour salutaire à la fois de leur père qu'ils ont abandonnée».

D'autres propos, de bon sens, de l'Evêque de Dol, irriteront Louis XVI qui demandera à M. de Breteuil, secrétaire d'État, de dire à Mgr de Hercé de quitter Versailles «et d'aller exercer vis-à-vis de ses diocésains son talent de prédication ». A Loménie de Brienne, Premier Ministre du Roi (qui disait de lui à propos d'une éventuelle nomination comme Archevêque de Paris :« il faudrait au moins à Paris un archevêque qui crut en Dieu» page 10), avant de quitter Versailles, l'Evêque de Dol lança cette dernière flèche: « j'ai étudié pendant neuf ans en Sorbonne, mais jamais on ne m'a enseigné qu'un évêque, ministre de son roi, pouvait être protecteur des hérétiques ! »

La connaissance d'un livre peut être salutaire pour mieux comprendre et apprécier, hors du religieusement correct, les vrais relations des différentes sectes protestantes avec le catholicisme. Publié en 2006, « Frères réformés, si vous saviez… » de Vincent Beurtheret, écrivain-historien rigoureux, nous donne des faits, année par année sur les différents éléments de persécutions ou de non-respects de l'Edit de Nantes par les protestants. Cet ouvrage comporte une bibliographie très riche où figurent même les adresses des sites Internet concernés et un très efficace index ; il est pour moi une référence.

Frères réformés, si vous saviez… Éphéméride des guerres de religion, Vincent Beurtheret, AMDG Editions, Mame imprimeur, 25 €, chez l'auteur: 45 rue Gal De Gaulle 71110 MARCIGNY. (Port offert aux Membres du Souvenir Chouan de Bretagne).

 

DIMANCHE 13 NOVEMBRE : NOYADES de NANTES, UN AUTRE FILM et miscellanées.DIMANCHE 13 NOVEMBRE : NOYADES de NANTES, UN AUTRE FILM et miscellanées.
DIMANCHE 13 NOVEMBRE : NOYADES de NANTES, UN AUTRE FILM et miscellanées.