CHIRé: BELLE RÉUSSITE DES 46èmes JOURNEES CHOUANNES

Publié le par culture

Le dîner de clôture réunissant 400 convives a du réjouir le coeur des organisateurs et plus spécialement celui de Jean Auguy fondateur de DPF (Diffusion de la Pensée Française) qui a évoqué 50 ans d'aventures politiquement et historiquement incorrectes !

Je pense que l'on peut estimer à plus de trois mille personnes (chiffre à corriger dès que le nombre de billets d'entrée sera connu) le nombre de ceux qui se sont déplacés pour les 50 ans de Chiré et le 46ème anniversaire des Journées Chouannes. 800 repas servis le samedi soir, 1.200 dimanche midi : du jamais vu ! Pour la première conférence de l'après-midi la fameuse rotonde était comble et pourtant elle a été largement agrandie par rapport à quelques années précédentes où les succès allaient, vaille que vaille, grandissant.

CHIRé: BELLE RÉUSSITE DES 46èmes JOURNEES CHOUANNES

En dehors du nombre de repas servis, la rotonde est un peu le thermomètre de la réussite. Et ces deux jours il allait très bien, aidé de plus par un temps favorable sous des frondaisons rafraîchissantes.

Une belle organisation servie par des bénévoles soucieux de leur rôle et souriants, revêtus de leur tee-shirt bleu ciel avec son inscription en lettres rouges: Chiré. 137 auteurs d'importance variable selon leurs sujets traités au milieu desquels les inévitables vendeurs de livres. Rencontre avec plaisir et intérêt de Odile de Lacoste-Lareymondie (Vendée Créole), de Marion Sigaut qui a écrit, outre des ouvrages sur l'empannage et le naufrage de l'enseignement, une remarquable étude sur cette fripouille de Voltaire - qui avait fait l'objet d'un article dans La Revue N°23 juin 2010 - ou de Henri-Christian Giraud, petit-fils du Général à l'Histoire riche et glorieuse etc...

La journée s'est achevée par l'habituel et attendu exposé du Père Lecareux et sa verve habituelle sur la décrépitude dans laquelle est plongé notre malheureux pays. Mais auparavant c'est Philippe de Villiers qui a fait un panégyrique de son oeuvre: Le Puy du Fou dont il affirme la pérénité grâce à sa totale indépendance financière, sa quasi autharcie s'affirmant dans tous les domaines, ses 1600 salariés, ses différentes écoles, équitation, fauconnerie etc. auxquels  s'ajoute une école primaire puis un collège, avec dans les cartons un lycée voire l'Université. Tout cela, évidemment, hors contrat et auto-financé ! Et l'Histoire du Puy du Fou et ses petits secrets, la voix de Chaumette (Vous savez qui je suis ? Oui le descendant du conventionnel régicide), le Sous-préfet cracheur de feu;  je me souviens pour ma part des premiers spectacles où les organisateurs demandaient aux spectateurs de ne pas manifester leur enthousiasme en tapant des pieds vu la fragilité des gradins ! 

La conclusion porte sur l'anneau de Sainte Jeanne d'Arc et le Puy du Fou, sanctuaire de la France et de son Histoire. Il est heureux de voir que ceux qui critiquaient (voir pire) Philippe de Villiers ou avaient applaudi à sa démission du Conseil Général de Vendée le 20 septembre 2010 se font maintenant ses thuriféraires. Il est vrai que l'on a jamais vu un wagon de troisième classe renverser une locomotive; il préfère s'y raccrocher.

Encore merci et félicitations à Monsieur Jean Auguy, Fondateur et à son gendre Xavier d'Hautefeuille, successeur, aux organisateurs et bénévoles pour ces deux belles journées, particulièrement celle de dimanche.