ENTRE DEMI-MENSONGES ................ ET FAUSSES VÉRITÉS !!!

Publié le par culture

 

Cet adage, qui garde toutes ses saveurs en ces temps de république liberticide exquise, est l'oeuvre du Père Yves-Marie Salem Carrière - Prêtre de la Mission- fondateur de l'Association d'Histoire : Association Père Yves-Marie Salem Carrière-Souvenir Catholique en Languedoc.

Il s'applique, cet adage, plus particulièrement à l'article faisant le compte-rendu de la grandiose réception au Puy du Fou de l'anneau attribué à Jeanne d'Arc, réception organisée par Philippe de Villiers et son fils.

Cet article est  un concentré de l'haleine  acide de la dame à la poitrine dénudée qui,  sur le pilier droit de l'Arc de Triomphe,  nous emmène non pas dans un lupanar mais vers la liberté.

Mais tout n'est pas faux : les faits historiques racontés sont avérés mais on sent toujours en arrière le cancrelas qui sommeille. L'épopée de Jeanne telle qu'elle est racontée est vraie, mais la mise sous le projecteur date bien sûr de Jules et l'autre Jules s'est chargé de la Propagande. Ce qui est amusant quant on sait que les deux Jules (Michelet et Ferry) auraient été ex-aequo dans un concours d'anti-calotins-bouffeurs-de-curés !

Il faut reconnaître aussi que l'Obs est parfaitement dans son rôle de papier hygiénique usagé ; qui pourrait encore s'en étonner ? Cela dure depuis les origines de cette presse qui en 1975 se pâmait devant les effets de libération du Cambodge, qui sera libéré à coups de pelles de la moitié de sa population ! Et on a eu de la peine à trouver, 38 ans après ces crimes,  un semi-lampiste aux mains teintes de sang et qu'il aurait été logique de faire tomber, lui aussi, à coups de pelle !

François Reynaert est dans son rôle de Fouquier-Tinville,  de dénonciateur de quelque chose qui l'agace de même que Croissandeau agite sa balayette en s'en prenant à la pédophilie dans l'Eglise démontrant, de façon inopinée, qu'il maîtrise parfaitement la connaissance des Evangiles : La Parabole de la paille dans l'oeil du frère et la poutre dans son propre oeil telle que racontée par saint Mathieu et saint Luc.

C'est vrai que Philippe de Villiers fait dans le démonstratif spectaculaire ....Sinon il ne serait pas lui et il n'y aurait pas le Puy du Fou. Il a le droit d'avoir des admirateurs, même si ça empoisonne la goche salonarde. De même que le Souvenir Chouan de Bretagne a le droit d'organiser un hommage,  justifié et sans expertise, au Bienheureux Pierre-René Rogue et de ne réunir qu'une soixantaine de personnes ! Peut-être qu'à défaut d'être 5000 pour commémorer Charette, lundi de Pâques prochain, nous ne serons que 5. Et alors ?