22 MARS 1796 à VANNES: Application des Valeurs de la république !!!

Publié le par culture

22 MARS 1796 à VANNES: Application des Valeurs de la république !!!

ENCORE DES MARTYRS A VANNES, une journée sanglante. :

- Abbé Jean-Toussaint Hamery.

Né à Guer, ordonné prêtre par Monseigneur Amelot, il est nommé chapelain à Saint Servan sur Oust (près de Josselin). Il est interné une première fois à Port Louis, le 7 août 1792, pour non prestation de serment. Craignant l’exil il prête le serment Liberté-Egalité avec restriction « pourvu que ce serment n’attaque en rien le Dogme » en septembre. Obsédé par ce manquement envers l’Eglise, il se rétracte le 7 octobre et continue à accomplir son ministère de caches en caches, de Josselin à Guer. Il est arrêté le 10 octobre 1795 emprisonné le 21 à Vannes ;  il est condamné à mort et guillotiné le 22 mars 1796. Il avait 36 ans et 4 mois.

-Abbé Julien Le Bècre.

Né à Locmine-Moustoirac, ordonné prêtre par Monseigneur Amelot en l’église de Notre Dame du Méné, Vicaire à Pontivy, il refuse de partir en Espagne ; il est arrêté, le 11 septembre 1795, pour avoir dit la messe chez lui. Refusant obstinément de se plier aux lois contre le clergé il est emprisonné le 27 février 1796, mis en ““jugement““ le 17 mars, il est condamné à mort le 22 mars et exécuté le même jour. Il aurait eu 43 ans.

-Abbé Laurent Le Floch

Né à Guidel, fils de laboureur, ordonné prêtre en l’église Notre Dame du Méné par Monseigneur Amelot, il prête le premier serment à la Constitution Civile du clergé. Vicaire à Quimperlé puis à Gestel, il se rétracte de cet unique serment le 9 décembre 1795. Arrêté à Guidel le 3 mars 1796 (le jour de l’exécution de Pierre-René Rogue) il est d’abord emprisonné à Lorient puis, le 13 mars à Vannes. Interrogé le 16, “““ jugé “““le 21 comme rebelle aux lois il est condamné à mort. Il essaiera de s’enfuir, sera percé d’une dizaine de coups de baïonnette, traîné sur l’échafaud et guillotiné. Il aurait eu 34 ans

- Abbé Pierre Le Verger.

Né à Lanouée (près de Josselin) au diocèse de Saint Malo, fils de laboureur, il est ordonné prêtre par Monseigneur Antoine-Joseph des Laurents, évêque de Saint Malo. Il est nommé chapelain des Forges de Lanouée (fondées par le Duc de Rohan en 1740, elles eurent jusqu’à 800 employés) ;  à l’époque de la révolution il ne prête aucun des serments et remplace dans les paroisses dont les prêtres sont partis en exil et célèbre même publiquement comme dans l’église de Bréhan. Sa chance tourne le 23 février 1796 ; arrêté par les Bleus, portant sur lui trois petits pots d’huile rance, un bréviaire et une bougie, il est emprisonné à Vannes, condamné le 21 mars et guillotiné le 22 mars. Il avait 46 ans.

Il faut rappeler que ces faits se déroulent sous le Directoire que certains croient encore qu'il fut une époque douce !