MEMOIRE des VICTIMES de QUIBERON, SAMEDI 10 OCTOBRE 2015,

Publié le par culture

MEMOIRE des VICTIMES de QUIBERON, SAMEDI 10 OCTOBRE 2015,

Il y a 220 ans, l'échec de la bataille de Quiberon des 20-21 juillet 1795 qui faisait suite à la réussite du débarquement de Légénèse le 27 juin 1795, se soldait par des exécutions en masse d'Emigrés débarqués et de Chouans.

Emigré ne veut pas dire noble. La liste des exécutions du général Lemoine laisse apparaître un grand nombre de "gens du peuple" qui a choisi, dès les premiers soubresaults liberticides - les libertés y compris la liberté religieuse - et sanglants, de quitter la France afin d'y revenir à la première occasion favorable ; or Carnac-Quiberon en fut une.

La réussite du Débarquement du 6 juin 1944 est due à un commandement unifié sous les ordres du général Eisenhower: Américains, Anglais, Français, Canadiens, Australiens, Polonais etc... sont sous les ordres uniques, ainsi que leurs généraux, du Chef de l'opération, l'Américain Dwight Eisenhower. Concertation certes, mais décideur unique.

Partis de différents ports d'Angleterre dont Portsmouth - où embarquent Monseigneur de Hercé et les quarante prêtres qu'il a choisis ("Cessez de craindre pour nous. Que peut-il nous arriver de plus que de perdre la vie pour Jésus-Christ? Ne savez-vous pas qu'on a détruit toutes les anciennes reliques dont la France était en possession ? Eh bien ! Nous allons lui en fournir de nouvelles !")  - c'est au large du Finistère que l'Amiral Warren remet à Charles d'Hervilly et à Joseph Puisaye les ordres de mission, sous enveloppe, donnés par Windam, Ministre de la guerre selon les décisions de William Pitt. Ce dernier, Premier ministre anglais, assure la logistique de l'opération et ordonne le commandement : Puisaye sera le commandant des troupes débarquées mais...D'Hervilly est le commandant tant que ces troupes sont embarquées.

Le comte d'Artois, futur Charles X, qui avait pensé cette opération militaire avec Puisaye, semble ne pas avoir été informé de sa réalisation. Elle est  courtcircuitée, avant qu'elle n'ait été déclenchée, par les manoeuvres du Comité (ou Agence) Royaliste de Paris de l'abbé Brottier (qui a revêtu l'habit ecclésiastique mais n'a jamais été ordonné prêtre et cherche à établir des liens entre Provence - nouveau Louis XVIII - et la Convention) au service de Louis XVIII opposé aux tentatives de reconquête du Pouvoir par les armes de son frère le Comte d'Artois.

Lorsque d'Hervilly se décidera enfin à faire débarquer les Emigrés, Hoche aura eu le temps de verrouiller la campagne autour de Carnac et de Plouharnel ; réticent malgré tout à l'égard de Puisaye, méprisant envers les Chouans, D'Hervilly ne se lancera que trop tard dans les manoeuvres militaires, le 16 juillet. Trop tard ! Il sera blessé le 20 juillet et rapatrié en Angleterre où il mourra le 14 novembre 1795. Puisaye se rembarque le même jour : In fugam, salutatem ! 

La Bataille est terminée le 21 juillet ; Hoche remet le commandement du Morbihan au général Lemoine, lequel va faire appliquer les consignes du Comité de Salut Public apportées par Tallien depuis Paris, en collaboration avec Blad et Rouget dit de L'Isle. Hoche est parti pour Saint Malo avec ses douze bataillons. Il n'est donc pas là pour l'établissement des Commissions Militaires organisées par le général Lemoine ("révolutionnaire exalté, féroce par principe ou par besoin Lemoine se vit chargé de tout l'odieux des jugements et des exécutions militaires" Jacques Crétineau-Joly).

Plaque de baudrier du Régiment d'Hector           Le mausolée             Les reliques

Plaque de baudrier du Régiment d'Hector Le mausolée Les reliques

Plusieurs cérémonies ont été organisées en Souvenir de cette page de l'Histoire de la Bretagne et de la France, en particulier le dimanche 28 juin par la messe célébrée en la chapelle de Saint Colomban (Carnac); une réunion de Mémoire à Coëtlogon le 18 juillet pour Vincent de Tinténiac ; le mardi 28 juillet par la messe célébrée par Son Excellence Monseigneur Raymond Centène en sa cathédrale, à l'heure exacte des exécutions de Monseigneur Urbain-René de Hercé et de ses 15 compagnons d'infortune à 220 ans d'écart. Enfin par une réunion sur le site de la Vengeance de Quiberon, le 12 août à La Ceriseraie.

CE CYCLE  DE CEREMONIES DU SOUVENIR SERA CLÔT

SAMEDI 10 OCTOBRE 2015

MESSE de REQUIEM, selon la forme extraordinaire,

CELEBREE EN LA CHAPELLE DE LA CHARTREUSE DE BREC'H-AURAY à 15 H 30,

Par Monsieur l'abbé Amaury Brillet (célébrant du dimanche 28 juin).

Le Conseil d'Administration se réunissant le matin, ceux qui le désirent peuvent nous rejoindre à 12 H 15 / 12 H 30 pour le déjeuner au restaurant La Boule d'Or à Sainte Anne d'Auray (participation 22€ adhérents, 25€ non adhérents).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :